Le Journal de Montreal

Une dis­til­le­rie fa­brique et donne son dés­in­fec­tant à mains

L’en­tre­prise de La­val­trie le dis­tri­bue gra­tui­te­ment dans une pharmacie lo­cale

- GE­NE­VIÈVE QUESSY Col­la­bo­ra­tion spé­ciale Alcoholic Drinks

LA­VAL­TRIE | Une dis­til­le­rie de La­nau­dière a pris l’ini­tia­tive de fa­bri­quer du dés­in­fec­tant pour les mains à par­tir de son al­cool de rai­sins et d’en faire don à la po­pu­la­tion de­vant la sou­daine fré­né­sie pour se pro­cu­rer le pré­cieux pro­duit en temps de co­ro­na­vi­rus.

« Quand on a vu qu’il n’y avait plus de dés­in­fec­tant à mains dans les ma­ga­sins, on s’est dit qu’il fal­lait faire quelque chose. On a d’abord pen­sé à nos conci­toyens de La­val­trie, pe­tite ville de 5000 per­sonnes où on connaît presque tout le monde et où beau­coup sont des per­sonnes âgées », ra­conte Sa­rah Hood­spith-Ca­rone.

L’al­cool à plus de 70 % étant l’in­gré­dient prin­ci­pal des ar­ticles dés­in­fec­tants pour les mains, An­tho­ny Ca­rone et Sa­rah Hood­spith-Ca­rone n’ont donc pas hé­si­té à uti­li­ser l’al­cool qu’ils pro­duisent avec leur alam­bic pour en fa­bri­quer.

AU LIEU DE FAIRE DU GIN

De­puis quelques mois, en plus de ses vins, le vi­gnoble Ca­rone fa­brique le gin Black Ra­ven et l’eau-de-vie Uti­ca à par­tir du rai­sin de ses vignes. Il a donc uti­li­sé des stocks d’al­cool à 70 % qu’il avait en pro­vi­sion afin de confec­tion­ner son gin pour en faire du dés­in­fec­tant.

Le mé­lange d’al­cool, de gly­cé­rine, de per­oxyde d’hy­dro­gène et d’huile es­sen­tielle de la­vande a pris 20 mi­nutes à pré­pa­rer, et les pe­tites bou­teilles sont par­ties im­mé­dia­te­ment pour la pharmacie lo­cale, où elles sont dis­tri­buées gra­tui­te­ment de­puis la se­maine der­nière à la po­pu­la­tion de la ré­gion et aux vi­si­teurs.

La phar­ma­cienne Ju­lie Bour­geois, du Familiprix La­no­raie, est très re­con­nais­sante de cette ini­tia­tive.

« Ils nous les donnent, et nous, on les re­dis­tri­bue à la po­pu­la­tion en es­sayant de pri­vi­lé­gier les cas prio­ri­taires.

C’est fran­che­ment gen­til de la part du vi­gnoble de contri­buer au bien col­lec­tif. La de­mande est très grande ici en pharmacie. »

La phar­ma­cienne le confirme, ce genre d’item est né­ces­saire en temps de crise.

« Le pro­duit est cer­tai­ne­ment ef­fi­cace pour les mains ou pour dés­in­fec­ter une sur­face. À par­tir de 70 %, l’al­cool tue tous les mi­crobes. »

EN DE­MANDE

Les dis­til­la­teurs et vi­gne­rons se pré­parent à pro­duire du dés­in­fec­tant tant que

le be­soin se­ra pré­sent. L’ar­ticle a d’ailleurs été si po­pu­laire qu’ils sont pré­sen­te­ment en train d’en re­faire.

Une ini­tia­tive que d’autres dis­til­le­ries pour­raient imi­ter afin d’ai­der leurs com­mu­nau­tés, pour­vu que les autres in­gré­dients de­meurent dis­po­nibles, croit Sa­rah Hood­spith-Ca­rone, qui ajoute qu’un coup de pouce gou­ver­ne­men­tal pour­rait éga­le­ment être un in­ci­ta­tif.

« Nous avons pris sur nous-mêmes de faire don de notre al­cool, mais ce n’est peut-être pas toutes les dis­til­le­ries qui peuvent le faire », a-t-elle dit.

 ?? PHO­TO COUR­TOI­SIE VI­GNOBLE CA­RONE ?? Le vi­gne­ron et dis­til­la­teur An­tho­ny Ca­rone montre un bo­cal con­te­nant du dés­in­fec­tant pour les mains fait à par­tir de l’al­cool pro­duit dans son alam­bic.
PHO­TO COUR­TOI­SIE VI­GNOBLE CA­RONE Le vi­gne­ron et dis­til­la­teur An­tho­ny Ca­rone montre un bo­cal con­te­nant du dés­in­fec­tant pour les mains fait à par­tir de l’al­cool pro­duit dans son alam­bic.

Newspapers in French

Newspapers from Canada