Le Journal de Montreal

Les peines dis­con­ti­nues sont sus­pen­dues

- Crime · Public Safety Canada

Les dé­te­nus qui de­vaient se pré­sen­ter ce week-end pour pur­ger leur peine dis­con­ti­nue dans une des pri­sons du Qué­bec n’au­ront plus à le faire jus­qu’à nou­vel ordre, pour évi­ter de pro­pa­ger la CO­VID-19.

« Les per­sonnes qui purgent une peine dis­con­ti­nue dans la com­mu­nau­té sont consi­dé­rées comme un vec­teur de trans­mis­sion po­ten­tiel de la CO­VID-19 puis­qu’elles font des al­lées et ve­nues dans les éta­blis­se­ments de dé­ten­tion », a ex­pli­qué le mi­nis­tère de la Sécurité pu­blique (MSP), qui ajoute vou­loir « pro­té­ger la san­té des per­sonnes in­car­cé­rées et des membres du per­son­nel ».

Les in­di­vi­dus de­vront par contre res­pec­ter plu­sieurs condi­tions, dont celle de de­meu­rer en tout temps à do­mi­cile. Des contacts té­lé­pho­niques pou­vant sur­ve­nir à n’im­porte quel mo­ment vont per­mettre de s’as­su­rer de leur pré­sence à la mai­son.

En ab­sence de ré­ponse, un man­que­ment se­ra consi­gné à leur dos­sier.

Le MSP rap­pelle que les gens ayant re­çu ce type de peine « re­pré­sentent un faible risque pour la so­cié­té ».

On es­time que la me­sure touche en­vi­ron 500 per­sonnes.

À ce jour, au­cun cas de la CO­VID-19 n’a été confir­mé dans les éta­blis­se­ments de dé­ten­tion au Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada