Le Journal de Montreal

L’ITA­LIE FRAN­CHIT LE CAP DES 4000 MORTS

- Italy · Milan · Francesco Boccia · Singapore Ministry of Health

AFP | L’Ita­lie, pla­cée en confi­ne­ment gé­né­ra­li­sé de­puis une se­maine, af­fiche un bi­lan par­ti­cu­liè­re­ment si­nistre : 627 dé­cès ces der­nières 24 heures, un re­cord por­tant le bi­lan du pays au-de­là des 4000 morts.

C’est en­core la ré­gion de Mi­lan, la Lom­bar­die, où les hô­pi­taux sont dé­bor­dés, qui paye le plus lourd tri­but, avec 381 dé­cès sup­plé­men­taires (2549 au to­tal).

Dans le pays, ce sont près de 6000 cas sup­plé­men­taires qui ont été dé­tec­tés, là en­core un chiffre ja­mais at­teint jus­qu’à pré­sent.

Avec 4032 morts dé­sor­mais re­cen­sés, l’Ita­lie a plus de 66 morts par mil­lion d’ha­bi­tants, une pro­por­tion qui passe à plus de 250 pour la Lom­bar­die, pou­mon éco­no­mique du pays.

Le gou­ver­ne­ment ita­lien en­vi­sage de nou­velles me­sures res­tric­tives qui pour­raient être adop­tées ra­pi­de­ment dans la lutte contre la pan­dé­mie.

« Dans les pro­chaines 24 à 48 heures, de nou­velles res­tric­tions sont pos­sibles », a an­non­cé ven­dre­di le mi­nistre aux Af­faires ré­gio­nales, Fran­ces­co Boc­cia, évo­quant, entre autres, la pos­si­bi­li­té de sus­pendre les ac­ti­vi­tés en plein air.

Et dans la soi­rée, le mi­nistre de la San­té, Ro­ber­to Spe­ran­za, a si­gné un dé­cret fer­mant parcs, es­paces verts et jar­dins pu­blics du 21 au 24 mars dans toute l’Ita­lie, une me­sure dé­jà adop­tée par de nom­breuses com­munes au­pa­ra­vant.

Il a éga­le­ment in­ter­dit les ac­ti­vi­tés lu­diques et spor­tives en plein air, au­to­ri­sant les gens à faire des exer­cices « in­di­vi­duel­le­ment, à proxi­mi­té de sa propre ha­bi­ta­tion et en res­pec­tant une dis­tance mi­ni­mum d’un mètre des autres per­sonnes ».

Tou­te­fois, con­fi­nés chez eux de­puis une di­zaine de jours, cer­tains Ita­liens com­mencent à avoir la bou­geotte. Alors que plus de 53 000 d’entre eux ont dé­jà été ver­ba­li­sés pour des sor­ties in­jus­ti­fiées, le gou­ver­ne­ment em­ploie tous les moyens pour les en dis­sua­der.

Se­lon le dé­cret gou­ver­ne­men­tal, les sor­ties ne sont au­to­ri­sées que pour mo­tif pro­fes­sion­nel, de san­té ou des courses ali­men­taires. Tout contre­ve­nant en­court jus­qu’à trois mois de pri­son ou 206 eu­ros (en­vi­ron 320 $) d’amende.

Bar­rages rou­tiers, contrôles au coin des rues : la po­lice est om­ni­pré­sente et pro­cède chaque jour à des di­zaines de mil­liers de contrôles (pho­to) pour s’as­su­rer que les dé­pla­ce­ments sont tous bien jus­ti­fiés.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada