Le Journal de Montreal

Bell aug­mente ses ta­rifs en pleine pan­dé­mie

Pas de ré­pit pour les abon­nés de l’en­tre­prise de té­lé­com­mu­ni­ca­tion au Qué­bec

- PHI­LIPPE ORFALI Le Jour­nal de Mon­tréal

En pleine pan­dé­mie de CO­VID-19 et alors que les pertes d’em­plois se mul­ti­plient, des mil­lions de clients de Bell à l’échelle du pays viennent de re­ce­voir un avis d’aug­men­ta­tion du prix de leur fac­ture de té­lé­phone et de télévision.

Pas de ré­pit pour les clients du géant des télécoms en ces temps dif­fi­ciles.

« À comp­ter du 1er mai 2020, le ta­rif men­suel de votre ser­vice Té­lé­pho­nie aug­men­te­ra de 2,50 $ par ligne, et votre ra­bais for­fait de Bell Té­lé se­ra ré­duit de 7 $ à 3,50 $ par mois », men­tion­nait un avis à la clien­tèle re­çu par de nom­breux clients de Bell, hier.

Cette an­nonce sur­vient alors que la plu­part des tra­vailleurs ca­na­diens sont con­fi­nés chez eux, for­cés de tra­vailler de la mai­son pour évi­ter la trans­mis­sion du co­ro­na­vi­rus, lors­qu’ils n’ont pas été mis à pied par leur em­ployeur pour la même rai­son.

Jé­rôme Char­trand, lui, est tom­bé en bas de sa chaise en re­ce­vant ce cour­riel de son four­nis­seur de ser­vice té­lé­pho­nique et té­lé, hier.

« Ça n’a au­cun sens, je n’ac­cepte pas l’aug­men­ta­tion. Tout le monde est en train de perdre son em­ploi et ils trouvent que c’est le bon mo­ment de nous en­voyer cet avis ? Est-ce qu’ils sont pas­sés de­vant un bu­reau de chô­mage ? s’in­digne le Lon­gueuillois.

« Qu’ils re­poussent la hausse ! Ça n’a au­cun bon sens de faire ça au monde. »

PRÉ­VUE DE LONGUE DATE

Bell sou­tient que cette hausse était pré­vue de longue date, même si elle n’a été an­non­cée qu’hier. L’en­tre­prise n’a pas pré­ci­sé com­bien de clients étaient vi­sés par cette hausse, mais l’en­tre­prise comp­tait près de 2,77 mil­lions de clients Té­lé au der­nier tri­mestre de 2019.

« Nous no­tons bien sûr que d’autres four­nis­seurs ont éga­le­ment an­non­cé des hausses de prix », a sou­li­gné Va­nes­sa Dam­ha. Bell, Vi­déo­tron et Ro­gers avaient en ef­fet an­non­cé, dé­but jan­vier, des hausses de ta­rifs. C’était tou­te­fois bien avant la pan­dé­mie.

Jointe par té­lé­phone, une porte-pa­role du mi­nistre fé­dé­ral de l’In­dus­trie, Nav­deep Bains, n’a pas ca­ché son éton­ne­ment face à la dé­ci­sion de Bell dans les cir­cons­tances.

« Nous tra­vaillons avec les en­tre­prises de té­lé­com­mu­ni­ca­tions afin d’as­su­rer la pé­ren­ni­té des ré­seaux du­rant cette pé­riode. Ces ser­vices sont es­sen­tiels, d’au­tant plus que de nom­breux Ca­na­diens doivent tra­vailler à par­tir de la mai­son pour contri­buer à apla­tir la courbe de la CO­VID-19 », a af­fir­mé Vé­ro­nique Si­mard.

BELL SUR SES GARDES

La ré­ponse de Bell face à la pan­dé­mie de CO­VID-19 a été par­mi les plus mo­destes de son in­dus­trie.

Alors que ses com­pé­ti­teurs tels que Te­lus, Ro­gers et Vi­déo­tron ont an­non­cé dès le 13 mars qu’ils re­ti­raient toutes les li­mites de don­nées de leurs for­faits in­ter­net jus­qu’à la fin mars ou avril, et ce pour leurs clients ré­si­den­tiels et d’af­faires, Bell n’a em­boî­té le pas que le len­de­main, seule­ment pour sa clien­tèle ré­si­den­tielle.

Puis, le 19 mars, pour la clien­tèle de­vant tra­vailler à do­mi­cile, Bell a of­fert 10 Go de don­nées lo­cales sup­plé­men­taires aux consom­ma­teurs et aux pe­tites en­tre­prises uti­li­sant l’in­ter­net mo­bile, ain­si qu’un cré­dit de 10 $.

« Nous sa­vons que plu­sieurs clients au­raient ai­mé que nous leur of­frions des don­nées illi­mi­tées. Nous ai­me­rions aus­si pou­voir le faire et nous en sommes dé­so­lés. Du­rant cette si­tua­tion sans pré­cé­dent, les de­mandes sur les ré­seaux mo­biles ont aug­men­té de fa­çon si­gni­fi­ca­tive. Nous de­vons nous as­su­rer que tous conti­nuent d’avoir un ac­cès ra­pide et fiable », a fait va­loir Bell.

 ?? PHO­TO AGENCE QMI, JOËL LEMAY ?? Jé­rôme Char­trand a été cho­qué de consta­ter la hausse des ta­rifs de Bell alors que le Qué­bec af­fronte l’épi­dé­mie du co­ro­na­vi­rus.
PHO­TO AGENCE QMI, JOËL LEMAY Jé­rôme Char­trand a été cho­qué de consta­ter la hausse des ta­rifs de Bell alors que le Qué­bec af­fronte l’épi­dé­mie du co­ro­na­vi­rus.
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada