Une toile so­laire pour du confort et des éco­no­mies

En plus de pro­lon­ger la sai­son de la bai­gnade, une toile so­laire sur notre pis­cine peut nous faire éco­no­mi­ser jus­qu’à 45% sur notre fac­ture d’élec­tri­ci­té pour le chauffe-eau.

Le Journal de Montreal - - AMÉNAGEMEN­T EXTÉRIEUR -

Se­lon Hy­dro-Qué­bec, pour une pis­cine hors terre de 24pi de dia­mètre, l’uti­li­sa­tion d’une toile so­laire per­met de di­mi­nuer po­ten­tiel­le­ment les frais de chauf­fage de 180 $ par été. Dans le cas d’une pis­cine creu­sée de 16 x 32 pi, cette éco­no­mie s’élè­ve­ra à 230 $ pour la sai­son.

Sur le mar­ché, on trouve des toiles so­laires d’épais­seurs va­riables. Les plus épaisses sont ga­ran­ties pour six sai­sons, alors que les plus minces le sont gé­né­ra­le­ment pour quatre. «On a ce­pen­dant vu des toiles com­plè­te­ment des­sé­chées après un seul été à cause d’une trop forte concen­tra­tion de pro­duits chi­miques dans l’eau », pré­vient Mi­chel Cha­put, re­pré­sen­tant de Toile So­leil.

En ma­tière de prix, l’épais­seur de la toile et la gran­deur de la pis­cine font loi. Par exemple, une toile mince pour une pis­cine hors terre de 12pi de dia­mètre ne coû­te­ra qu’une tren­taine de dol­lars, tan­dis qu’une plus épaisse pour une pis­cine creu­sée de 24 x 44 pi vau­dra en­vi­ron 280 $.

Les règles d’or

Afin de maxi­mi­ser l’ef­fi­ca­ci­té d’une toile, on l’ins­talle à la fin de la jour­née, après l’ajout des pro­duits d’en­tre­tien quo­ti­dien, puis on la re­tire le len­de­main afin que la pis­cine pro­fite du so­leil. Elle li­mi­te­ra ain­si les pertes de cha­leur du­rant la nuit, peu im­porte le for­mat de la pis­cine, creu­sée ou hors terre. En re­vanche, pour per­mettre l’oxy­gé­na­tion de l’eau, il ne faut ja­mais lais­ser une toile en place plus de 48 heures consé­cu­tives.

« Cer­tains consom­ma­teurs croient à tort qu’avec un chauf­feeau ou une ther­mo­pompe ils n’ont pas be­soin d’une toile so­laire, par­tage M. Cha­put. C’est aus­si er­ro­né que de pen­ser que, grâce à son sys­tème de chauf­fage, une mai­son n’a pas be­soin d’un toit! Il est im­por­tant de conser­ver la cha­leur en la cou­vrant. »

Par ailleurs, des per­sonnes se privent de bai­gnade pen­dant des jour­nées chaudes, lais­sant leur pis­cine cou­verte pour la chauf­fer. « Autre er­reur », in­dique l’ex­pert dont l’en­tre­prise pro­duit des toiles pour les ban­nières Tré­vi, Club Pis­cine, Si­ma, Maître Pis­ci­nier, Ré­cré’Eau et IPG. « La meilleure fa­çon de chauf­fer sa pis­cine est de per­mettre aux rayons du so­leil d’y pé­né­trer », dit M. Cha­put, rap­pe­lant au pas­sage que les bulles de la toile ne servent pas de loupes chauf­fantes, mais bien à des fins de flot­tai­son.

Les bé­né­fices éco­lo­giques

L’uti­li­sa­tion d’une toile so­laire s’avère aus­si fa­vo­rable pour l’en­vi­ron­ne­ment. Par exemple, elle di­mi­nue l’éva­po­ra­tion de l’eau et, du même coup, l’obli­ga­tion de de­voir sou­vent en re­mettre dans la pis­cine. De plus, sa pré­sence ré­duit beau­coup le re­cours à des pro­duits chi­miques d’as­sai­nis­se­ment ain­si que leur éva­po­ra­tion.

Cô­té en­tre­tien et conser­va­tion, il est re­com­man­dé de mettre une toile pro­tec­trice sur la toile so­laire lorsque celle-ci se trouve hors de l’eau. Elle se­ra ain­si pro­té­gée des rayons du so­leil, des in­tem­pé­ries et de la sa­le­té de l’air. À la fin de la sai­son, il faut net­toyer la toile, puis la lais­ser sé­cher avant de la plier et de l’en­tre­po­ser. Op­tez pour un en­droit sec, à l’ombre et tem­pé­ré pour lui évi­ter de ge­ler.

Cou­ver­ture so­laire of­ferte chez Toile So­leil. toi­le­so­leil.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.