Le Journal de Montreal

Pas de président, mais un premier ministre pour diriger

Le nouveau gouverneme­nt doit organiser rapidement de nouvelles élections

-

PORT-AU-PRINCE, Haïti | (AFP) Un nouveau gouverneme­nt sera formé aujourd’hui à Haïti, avec à sa tête le premier ministre Ariel Henry, qui avait été nommé par le président Jovenel Moïse juste avant son assassinat.

« Depuis plusieurs jours, Claude Joseph et Ariel Henry ont multiplié des rencontres de travail qui aboutiront à la formation d’un gouverneme­nt inclusif avec Ariel Henry comme premier ministre et Claude Joseph, ministre des Affaires étrangères », a déclaré un responsabl­e proche de l’exécutif.

« Il n’y aura pas de président de la République. Ce nouveau gouverneme­nt aura pour mission d’organiser les élections générales le plus vite possible », a-t-il ajouté.

Cette annonce semble mettre un terme au bras de fer qui opposait le premier ministre par intérim Claude Joseph et Ariel Henry, en concurrenc­e pour assumer la direction de l’exécutif haïtien.

La balance a finalement penché en faveur d’Ariel Henry, médecin chirurgien de 71 ans, qui en est à sa troisième expérience ministérie­lle. Il a aussi été ministre de l’Intérieur de janvier à septembre 2015, puis ministre des Affaires sociales et du Travail de septembre 2015 à mars 2016. Il fut également membre du cabinet du ministre de la Santé publique de juin 2006 à septembre 2008, avant de devenir chef de cabinet de septembre 2008 à octobre 2011.

SOUTIEN INTERNATIO­NAL

Durant le week-end, Ariel Henry a bénéficié du soutien d’un groupe d’ambassadeu­rs représenta­nt l’Allemagne, le Brésil, le Canada, l’Espagne, les ÉtatsUnis, la France, l’Union européenne, le représenta­nt spécial de l’Organisati­on des États américains et la représenta­nte spéciale du secrétaire général des Nations unies.

Dans un communiqué émis samedi, ce Core Group avait appelé « à la formation d’un gouverneme­nt consensuel et inclusif ».

Hier, Washington a salué l’accord trouvé, se félicitant « de voir les acteurs politiques et civils haïtiens travailler à la formation d’un gouverneme­nt d’union qui peut stabiliser le pays et poser les bases d’élections libres et équitables », selon les mots du porte-parole du départemen­t d’État, Ned Price.

FUNÉRAILLE­S ET ENQUÊTE

Parallèlem­ent aux préparatio­ns des obsèques qui doivent se tenir vendredi, l’enquête sur l’assassinat du président abattu à l’âge de 53 ans se poursuit avec le soutien technique de la police fédérale américaine, le FBI.

La police haïtienne a procédé à l’arrestatio­n d’une vingtaine de mercenaire­s colombiens et affirme avoir mis au jour un complot organisé par un groupe d’Haïtiens comprenant un ancien sénateur actuelleme­nt recherché ainsi qu’un pasteur médecin établi en Floride. Ces hommes auraient recruté le commando grâce à une société de sécurité colombienn­e, également implantée en Floride.

Mais de nombreuses zones d’ombre demeurent, notamment sur de possibles complicité­s au sein des autorités haïtiennes, ce qui expliquera­it l’apparente facilité avec laquelle le commando a accompli sa mission létale.

 ?? PHOTO AFP ?? Le premier ministre haïtien par intérim, Claude Joseph, laisse sa place à Ariel Henry, 71 ans, pour diriger le pays temporaire­ment.
PHOTO AFP Le premier ministre haïtien par intérim, Claude Joseph, laisse sa place à Ariel Henry, 71 ans, pour diriger le pays temporaire­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada