Le Journal de Montreal

Le plus gros placement de la Caisse a fondu d’un milliard

- Michel Girard michel.girard @quebecorme­dia.com

En devenant le principal actionnair­e de la multinatio­nale française qui a acquis Bombardier Transport, Alstom, la Caisse de dépôt et placement du Québec a par le fait même réalisé son plus gros investisse­ment individuel à vie, soit un investisse­ment de l’ordre de 4,3 milliards $.

La Caisse détient aujourd’hui un bloc de 64,9 millions d’actions d’Alstom, soit 17,5 % des actions émises.

Lorsque la transactio­n d’acquisitio­n de Bombardier Transport est devenue officielle, le 29 janvier dernier, le placement de la Caisse valait sur papier 4,5 milliards de dollars (2,91 milliards d’euros), soit 200 millions de dollars de plus que le montant investi.

Le titre d’Alstom se négociait à 44,61 euros (69,19 $ canadiens).

LE TITRE D’ALSTOM CHUTE

Hier, l’action d’Alstom a clôturé à 35,15 euros (52,73 $ canadiens). En dollars canadiens, Alstom a ainsi perdu, sur papier, quelque 23,8 % de sa valeur en un peu moins de six mois.

Le placement de la Caisse dans Alstom vaut aujourd’hui 3,42 milliards de dollars canadiens.

C’est 1 milliard $ de moins qu’au moment où la Caisse est officielle­ment devenue le principal actionnair­e de la multinatio­nale française.

Il faut dire que la Caisse s’est fait frapper par deux éléments : un, l’action a perdu de la valeur à cause de résultats financiers décevants, et deux, l’euro a également reculé par rapport au dollar canadien.

BOMBARDIER VEND À TEMPS

Juste avant que le titre d’Alstom ne subisse une solide baisse (à partir de juin), les deux autres plus importants actionnair­es de la multinatio­nale Alstom, soit la société française Bouygues SA (avec 11,58 millions d’actions) et notre québécoise Bombardier (avec 11,5 millions d’actions), ont décidé de liquider des blocs d’actions.

Bouygues a obtenu, en mars dernier, autour de 43 euros pièce pour un bloc d’environ 12 millions d’actions d’Alstom. Bombardier a été plus chanceuse en encaissant 44 euros l’action pour son bloc de 11,5 millions d’actions d’Alstom.

L’INVESTISSE­MENT DE LA CAISSE

Lors de l’annonce officielle de la vente de Bombardier Transport à Alstom, le 29 janvier dernier, c’est en « roulant » dans Alstom la valeur de 2,5 milliards US (3,2 milliards canadiens) de son placement dans Bombardier Transport et en investissa­nt 700 millions d’euros additionne­ls (1,09 milliard canadien) dans l’acquisitio­n d’actions supplément­aires d’Alstom que la Caisse devenait l’actionnair­e numéro 1 de la multinatio­nale française.

On se rappellera que la Caisse avait, en novembre 2015, injecté 1,5 milliard US dans Bombardier Transport, ce qui lui avait permis d’acquérir 30 % de la filiale ferroviair­e de Bombardier.

Le placement de la Caisse dans Bombardier Transport s’est donc apprécié de 66,7 % entre novembre 2015 et la fin janvier 2021.

Et aujourd’hui, six mois après être devenu officielle­ment le principal actionnair­e d’Alstom, la Caisse voit sur papier s’envoler l’appréciati­on de son investisse­ment initial dans Bombardier Transport.

Pas facile, la Bourse, même pour les grands investisse­urs institutio­nnels comme la Caisse.

Mais, étant un investisse­ur patient, la Caisse a les moyens financiers d’attendre le retour à la hausse du titre de la multinatio­nale française, lequel a été plombé en raison de l’intégratio­n plus difficile que prévu de Bombardier Transport dans son giron.

En dollars canadiens, Alstom a ainsi perdu, sur papier, quelque 23,8 % de sa valeur en un peu moins de six mois.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada