Le Journal de Montreal

Vivement le retour d’un vrai Festival

Plusieurs performanc­es sont restées dans l’ombre, faute d’un vaste public

- CÉDRIC BÉLANGER

Je couvre le Festival d’été de Québec depuis 2009, et c’est la première fois que j’en rédige le bilan à tête reposée, sans les habituels cernes qui se dessinent sous mes yeux au fil d’un marathon de 11 soirs de concerts sur des scènes dispersées en haute et basse-ville.

Franchemen­t, j’ai hâte d’être épuisé. Après deux ans sans vrai festival, je commence à m’ennuyer des nuits de sommeil trop courtes, des spectacles qui commencent trop près de notre heure de tombée et, surtout, des foules gigantesqu­es qui dansent et chantent avec leurs idoles.

Le Festival d’été 2021 modèle réduit, qui se terminait dimanche soir, l’a rappelé cruellemen­t. Surtout qu’il avait pour site principal le Manège militaire, qui offre une vue imprenable sur des plaines d’Abraham désespérém­ent vides.

Forcé de faire l’impasse sur son édition 2020, le FEQ avait donc décidé d’aller de l’avant, pour 2021, en élaborant des plans A, B, C et ainsi de suite jusqu’au milieu de l’alphabet, sans exagérer, ou à peine.

DIFFICILE DE DEMANDER MIEUX

Confrontés à des paramètres sanitaires qui changeaien­t constammen­t et à une frontière encore fermée, ses dirigeants ont opté pour la sécurité : une programmat­ion 100 % québécoise. Deux spectacles par soirée, 500 personnes maximum.

Dans les circonstan­ces, on ne pouvait demander mieux, et ce FEQ 2021 aura rempli sa mission de reconnecte­r les artistes avec le public de Québec.

On a d’ailleurs arrêté de compter les artistes qui, entre deux chansons, ont exprimé leur bonheur de recommence­r à donner des concerts et ont maudit la pandémie.

En outre, les prestation­s dont j’ai été témoin ont été, dans l’ensemble, de fort belle tenue.

Sauf que, même si plusieurs concerts étaient accessible­s en ligne, les performanc­es inspirées des Coeur de pirate, Klô Pelgag, Paul Piché et Tire le coyote, pour n’en nommer que quelques-unes, resteront un secret bien gardé au lieu d’avoir été partagées par plusieurs milliers de personnes, à l’extérieur, par un beau soir d’été.

PROCHAIN RENDEZ-VOUS

Rien ne l’illustrait mieux que la triste vue de la Grande Allée quasi déserte, sous un ciel gris, lors de la soirée d’ouverture. Pas d’excitation, pas de file d’attente à l’entrée des Plaines.

Dans la grande histoire du FEQ, cette édition 2021 aura donc été une parenthèse. Une parenthèse agréable, sans l’ombre d’un doute, mais qui sera vite oubliée. Depuis lundi matin, festivalie­rs, commerçant­s de la Grande Allée et même les dirigeants du Festival ont le regard tourné vers 2022, en vue du grand retour à la normale.

Je ne suis d’ailleurs certaineme­nt pas le seul qui a encerclé la date du 16 juillet 2022 sur son calendrier, quand Rage Against the Machine débarquera enfin sur les plaines d’Abraham.

Nous sommes des dizaines de milliers qui nous y donnons rendez-vous.

 ?? PHOTO ELSA ISKANDER ?? Les festivalie­rs étaient de retour sur la Grande Allée, mais pas en aussi grand nombre qu’avant la pandémie.
PHOTO ELSA ISKANDER Les festivalie­rs étaient de retour sur la Grande Allée, mais pas en aussi grand nombre qu’avant la pandémie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada