Le Journal de Montreal

Après Branson, au tour de Bezos de conquérir l’espace

À bord de sa fusée Blue Origin, le milliardai­re réalise son rêve d’espace

-

AFP | L’homme le plus riche de la planète a réalisé hier son rêve d’espace à bord du premier vol habité de son entreprise, Blue Origin, marquant une nouvelle étape pour la bourgeonna­nte industrie du tourisme spatial.

« Tous ceux qui ont été dans l’espace ont dit que ça les avait changés et qu’il étaient stupéfaits, abasourdis, par la Terre et sa beauté, mais aussi sa fragilité, et je suis entièremen­t d’accord », a dit le milliardai­re Jeff Bezos après sa virée d’une dizaine de minutes dans l’espace.

Le propulseur New Shepard, avec à son sommet une capsule transporta­nt quatre personnes, s’est envolé hier matin depuis un site isolé dans le désert occidental du Texas.

Aux côtés du fondateur d’Amazon figuraient son frère, Mark, la pionnière de l’aviation, Wally Funk, 82 ans, et le premier client payant de Blue Origin, un Néerlandai­s de 18 ans, Oliver Daemen, qui sont devenus respective­ment l’astronaute la plus âgée et le plus jeune de l’histoire.

L’engin a accéléré à l’aide d’un moteur fonctionna­nt à l’hydrogène et à l’oxygène liquides, sans émission de carbone. La capsule s’est ensuite séparée de son propulseur et les néo-astronaute­s ont passé quelques minutes à 107 km d’altitude.

« C’EST TOUT NOIR ICI ! »

Ils ont pu admirer la courbe de la planète bleue et le noir profond du reste de l’univers, depuis de larges vitres.

« C’est tout noir ici ! », s’est exclamée Mme Funk.

Après quelques minutes en apesanteur, la capsule est redescendu­e en chute libre avant de déployer trois parachutes géants, puis d’activer un rétropropu­lseur pour atterrir délicateme­nt dans le désert après un vol d’environ 10 minutes.

À leur sortie, les quatre passagers ont été accueillis par des cris de joie des équipes de Blue Origin. Jeff Bezos arborait un chapeau de cow-boy.

« PAS UNE COMPÉTITIO­N »

« Bien joué », a salué sur Twitter le milliardai­re britanniqu­e Richard Branson, qui avait coiffé Jeff Bezos au poteau en s’envolant vers l’espace le 11 juillet dans un avion de Virgin Galactic. L’engin avait atteint 86 km d’altitude.

Bezos assure ne pas vouloir faire de ces tours une compétitio­n avec les autres.

« Il s’agit de construire une route vers l’espace pour que les génération­s futures puissent y faire des choses incroyable­s », disait-il la veille sur la chaîne NBC.

Le fondateur d’Amazon a créé Blue Origin en 2000 avec pour but, un jour, de bâtir des colonies spatiales flottantes, dotées de gravité artificiel­le et où des millions de personnes pourraient vivre.

Aujourd’hui, l’entreprise développe une fusée orbitale à forte poussée nommée New Glenn, mais également un module d’alunissage.

D’AUTRES VOLS EN 2021

Ce premier vol habité a aussi été le premier transporta­nt un passager payant.

Blue Origin prévoit deux autres lancements cette année et beaucoup d’autres dès 2022, malgré le prix de cet aller-retour.

« Il y a manifestem­ent un grand intérêt et les premiers vols partent à un très bon prix », a assuré le directeur général de Blue Origin, Bob Smith.

Un troisième milliardai­re, Elon Musk, et sa société, SpaceX, se joindront à la course à l’espace en septembre, avec une expédition orbitale composée uniquement de civils, à bord de sa fusée, Crew Dragon.

SpaceX s’est également alliée avec l’entreprise Axiom pour emmener des visiteurs à bord de la Station spatiale internatio­nale.

La société envisage elle aussi des vols de tourisme spatial, mais beaucoup plus ambitieux, de plusieurs jours et beaucoup plus loin. Le prix du voyage à bord de la fusée Falcon 9, propulsant la capsule Dragon, se compte en dizaines de millions de dollars.

 ?? CAPTURES D’ÉCRAN BLUE ORIGIN. ?? Les astronaute­s du jour, au retour de leur vol d’une dizaine de minutes. Jeff Bezos est sorti avec un chapeau de cow-boy, accueilli par sa mère Jacklyn. En mortaise, le quatuor en apesanteur pendant quelques minutes.
CAPTURES D’ÉCRAN BLUE ORIGIN. Les astronaute­s du jour, au retour de leur vol d’une dizaine de minutes. Jeff Bezos est sorti avec un chapeau de cow-boy, accueilli par sa mère Jacklyn. En mortaise, le quatuor en apesanteur pendant quelques minutes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada