100 % élec­trique et ex­ci­tante à conduire

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - LA UNE - Fré­dé­ric Mer­cier

Tout a été dit sur la Che­vro­let Bolt. En­fin, presque tout.

Cer­tains l’ont louan­gée avant même de l’avoir es­sayée. Elle a même rem­por­té le titre de voi­ture nord-amé­ri­caine de l’an­née avant son ar­ri­vée chez les conces­sion­naires…

Faut dire qu’elle a de quoi im­pres­sion­ner, cette pe­tite voi­ture 100 % élec­trique. Avec une au­to­no­mie an­non­cée de 383 ki­lo­mètres et un prix de base de 42 895 $, plu­sieurs n’ont pas hé­si­té à la mettre sur un pié­des­tal, la pro­cla­mant la pre­mière voi­ture élec­trique abor­dable of­frant une au­to­no­mie in­té­res­sante.

À plus de 40 000 $, on va se gar­der une pe­tite gêne avec le mot «abor­dable». La Bolt re­pré­sente as­su­ré­ment un pas dans la bonne di­rec­tion vers la dé­mo­cra­ti­sa­tion des vé­hi­cules élec­triques, mais pour beau­coup de gens, elle est en­core beau­coup trop chère. Même avec le cré­dit de 8000 $ of­fert par le gou­ver­ne­ment du Qué­bec.

À ce prix-là, au moins, vous vous re­trou­vez avec un vé­hi­cule ca­pable de par­cou­rir 383 ki­lo­mètres en une seule re­charge. Du moins, c’est ce que Che­vro­let an­nonce.

MONTRÉAL-QUÉ­BEC

Mis à part les mo­dèles de Tes­la, la Che­vro­let Bolt est la pre­mière voi­ture élec­trique ca­pable de par­cou­rir la dis­tance entre Montréal et Qué­bec sans avoir à s’ar­rê­ter en che­min pour une re­charge.

Et pour confir­mer ça, je me suis prê­té au jeu et j’ai conduit la Bolt de mon do­mi­cile mont­réa­lais jusque dans la Ca­pi­tale-Na­tio­nale. Et, oui, j’ai réus­si à m’y rendre d’un trait. Sauf que ç’a été pas mal plus ser­ré que je pen­sais.

Même en conser­vant une vi­tesse de croi­sière de 100 km/h tout au long du tra­jet, il ne me res­tait que 38 ki­lo­mètres d’au­to­no­mie une fois le pont Pierre-La­porte tra­ver­sé. Di­sons qu’il n’y avait plus beau­coup de jus pour jouer aux tou­ristes…

Il faut dire qu’à -7 °C, ce n’était as­su­ré­ment pas la jour­née idéale pour pous­ser les li­mites de l’au­to­no­mie de la voi­ture. Par contre, un au­to­mo­bi­liste qué­bé­cois doit in­évi­ta­ble­ment faire face à des condi­tions hi­ver­nales dif­fi­ciles, et il est im­por­tant de com­prendre que l’au­to­no­mie de la bat­te­rie est gran­de­ment in­fluen­cée par le froid. Tout comme la consom­ma­tion d’es­sence d’une voi­ture or­di­naire, d’ailleurs.

Dans des condi­tions op­ti­males, au­raisje pu par­cou­rir 383 ki­lo­mètres en une seule charge? Peut-être. Avec 30 de­grés en plus, le vent dans le dos en des­cen­dant une côte…

Une fois la bat­te­rie à plat, une re­charge en­tière né­ces­site 9 heures et de­mie en se bran­chant à une borne de 240 volts. Avec les bornes de re­charge ra­pide de 400 volts of­fertes par le Cir­cuit élec­trique, vous pou­vez re­trou­ver 145 ki­lo­mètres d’au­to­no­mie en une de­mi­heure en­vi­ron.

TECH­NO JUS­QU’AU BOUT

À bord, la Che­vro­let Bolt prend des airs d’or­di­na­teur sur quatre roues.

Un écran tac­tile de 10,2 pouces trône au centre de la console, per­met­tant d’ac­cé­der à une mul­ti­tude d’in­for­ma­tions quant à l’uti­li­sa­tion d’éner­gie du vé­hi­cule. D’une convi­via­li­té exem­plaire, ce sys­tème d’in­fo­di­ver­tis­se­ment est aus­si com­pa­tible avec Apple CarP­lay et An­droid Au­to.

Avec la Bolt, vous avez aus­si ac­cès au Wi-Fi à bord, à une ap­pli­ca­tion mo­bile per­met­tant de la contrô­ler à dis­tance ain­si qu’à une pa­no­plie de sys­tèmes de

sé­cu­ri­té ac­tive.

Mal­gré tout ça, vous de­vez vous at­tendre à un confort in­fé­rieur à ce que vous re­trou­ve­riez dans une voi­ture à es­sence du même prix.

Des exemples? Dans le vé­hi­cule que j’ai mis à l’es­sai, dont la fac­ture dé­pas­sait les 46 000 $, je n’avais pas de toit ou­vrant, pas de sièges élec­triques et une fi­ni­tion in­té­rieure plus sem­blable à celle d’une Toyo­ta Ya­ris qu’à une Au­di A4.

LE SOU­RIRE FEN­DU JUS­QU’AUX OREILLES

La Che­vro­let Bolt a beau­coup fait ja­ser pour son prix, mais on a très peu par­lé de son com­por­te­ment rou­tier. Et c’est dom­mage, parce que cette voi­ture en a énor­mé­ment dans le ventre!

Elle n’en a peut-être pas l’air, mais la Bolt est une vraie pe­tite bombe. Avec 200che­vaux et 266 livres-pied de couple, il y a moyen d’avoir beau­coup, beau­coup de plai­sir à son vo­lant. Che­vro­let a même pen­sé in­té­grer un mode Sport qui rend la ré­ponse de l’ac­cé­lé­ra­teur en­core plus di­recte.

Le ré­sul­tat? Vous pou­vez pas­ser de 0 à 100 km/h en 6,5 se­condes. Et si vous rou­lez à 50 km/h et que vous en­fon­cez la pé­dale de droite au plan­cher, les roues avant vont se mettre à crier et à tour­ner sur place. Oui, à ce point-là.

La Bolt n’est donc pas une voi­ture qu’on achète seule­ment pour des rai­sons en­vi­ron­ne­men­tales. C’est aus­si une ba­gnole qu’on conduit avec le sou­rire ac­cro­ché au vi­sage.

Après tout, ce n’est pas parce qu’on conduit une voi­ture élec­trique qu’on ne peut pas s’amu­ser un peu!

La Che­vro­let Bolt n’est pas par­faite. Tou­te­fois, elle re­pré­sente le fu­tur, et pas juste pour Che­vro­let. Pour l’in­dus­trie au­to­mo­bile au com­plet.

Elle nous donne es­poir qu’un jour, les vé­hi­cules 100 % élec­triques se­ront ca­pables de sé­duire le grand pu­blic. Et juste ça, c’est une bonne rai­son de l’ai­mer.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.