Confor­table et TRÈS ABORDABLE

Agréa­ble­ment sur­pris: voi­là la pre­mière im­pres­sion que m’a faite le Che­vro­let Equi­nox 2018. Il faut dire que le VUS amé­ri­cain par­tait de loin, lui qui n’avait pas connu de re­con­fi­gu­ra­tion ma­jeure de­puis plus de cinq ans.

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - LA UNE - FRAN­CIS LALONDE Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Plu­sieurs nou­veau­tés sont au me­nu pour cette troi­sième gé­né­ra­tion, dont un al­lè­ge­ment de 181 kg (400 lb) qui fait le plus grand bien au vé­hi­cule qui bé­né­fi­cie d’une conduite plus agile, et du même coup, d’une consom­ma­tion d’es­sence moins gour­mande.

Cette ré­duc­tion de poids est due à quelques fac­teurs, dont un rac­cour­cis­se­ment de 10 cm (4 po) du châs­sis. Mal­gré tout, l’Equi­nox de­meure l’un des VUS compacts les plus longs de sa ca­té­go­rie avec ses 4,65 m (15,25 pieds), ce qui n’est pas un dé­faut en soi.

PLU­SIEURS CHOIX DE MOTORISATION

Cette cure d’amin­cis­se­ment s’ex­plique aus­si par la mise en place de trois nou­velles mo­to­ri­sa­tions à quatre cy­lindres tur­bo­com­pres­sés qui sont plus com­pactes et plus lé­gères que celles de la pré­cé­dente gé­né­ra­tion.

Dans un pre­mier temps, les mo­dèles d’en­trée de gamme sont équi­pés d’un quatre cy­lindres tur­bo­com­pres­sé de 1,5 litre qui en­gendre 170 che­vaux et 203 pieds-livres. Che­vro­let pro­met pour le mo­dèle à trac­tion (FWD) une consom­ma­tion moyenne de 8,3 L/100 km que j’ai moi-même pu ob­ser­ver lors de mon es­sai s’éche­lon­nant sur plus de 300 km.

C’est bien, même très bien, puisque la puis­sance gé­né­rée se­ra am­ple­ment suf­fi­sante afin de sa­tis­faire quo­ti­dien­ne­ment la plu­part des conduc­teurs, en com­pa­rai­son avec la motorisation de base de cer­tains com­pé­ti­teurs.

UNE OP­TION POUR LE REMORQUAGE

Pour ceux et celles qui sou­hai­te­raient ac­qué­rir un VUS avec le­quel ils pour­ront re­mor­quer, Che­vro­let pro­pose en op­tion un mo­teur tur­bo­com­pres­sé de 2,0 litres. Ce­lui-ci, qui est an­nexé à une boîte au­to­ma­tique à neuf rap­ports, of­fri­ra une ca­pa­ci­té de remorquage al­lant jus­qu’à 1580 kg (3500 lb) grâce à sa puis­sance de 252 che­vaux et ses 260 pieds-livres de couple.

Il fau­dra tou­te­fois at­tendre en­core quelques se­maines avant de pou­voir mettre la main sur cette motorisation puisque la pro­duc­tion est tou­jours en cours, contrai­re­ment aux édi­tions pour­vues du 1,5 litre qui sont dis­po­nibles dès main­te­nant chez les conces­sion­naires ca­na­diens.

UNE OP­TION POUR PLUS DE KILOMÉTRAGE

Ce dé­lai s’ap­plique aus­si au troi­sième et der­nier mo­teur of­fert avec l’Equi­nox, soit le quatre cy­lindres dié­sel tur­bo­com­pres­sé de 1,6 litre. Ce­lui-ci s’avé­re­ra une ex­cel­lente op­tion pour les conduc­teurs qui en­vi­sagent de faire beau­coup de route, tel que des re­pré­sen­tants, tan­dis qu’on lui pré­voit une consom­ma­tion moyenne de 5,9 L/100 km.

Pour l’en­semble des mo­to­ri­sa­tions et des édi­tions (LS, LT et Pre­mier), il est pos­sible de choi­sir entre une trac­tion et une trac­tion à quatre roues mo­trices (AWD). D’ailleurs, la confi­gu­ra­tion 4X4 peut-être désac­ti­vée grâce à un bou­ton pous­soir, ce qui met le vé­hi­cule en trac­tion pour une consom­ma­tion d’es­sence ré­duite.

CONFOR­TABLE ET ERGONOMIQUE

Hor­mis ces mo­to­ri­sa­tions éco­nomes, le confort de l’ha­bi­tacle fi­gure cer­tai­ne­ment au sein des élé­ments qu’ap­pré­cie­ront les gens qui fe­ront de longs tra­jets. Les bancs sont confor­tables, tout comme les ap­puis-bras. Il y a beau­coup d’es­pace pour le ran­ge­ment, dont un com­par­ti­ment ex­pres­sé­ment pré­vu pour le cel­lu­laire qui offre deux ports USB fa­ci­le­ment ac­ces­sibles.

En ce qui concerne le de­si­gn, l’Equi­nox ne fra­casse pas les bar­rières avec son es­thé­tisme qui de­meure mo­dé­ré. Tout de même, les lignes et les agen­ce­ments des dif­fé­rentes fi­ni­tions sont sobres et ils n’ac­crochent pas l’oeil, tout comme l’écran tac­tile de 7 pouces qui équipe de fa­çon stan­dard l’en­semble des édi­tions.

Les fonc­tions du sys­tème d’in­fo­di­ver­tis­se­ment sont à point, mais pour ma part, je trouve qu’elles ne sont pas in­tui­tives. Il est im­pos­sible de contrô­ler celles-ci à par­tir du vo­lant et il faut bien sou­vent s’éti­rer le bras pour ac­cé­der aux com­mandes. J’ima­gine que les ache­teurs les plus poin­tilleux s’y fe­ront avec le temps.

DES PRIX TRÈS AGRES­SIFS

Certes, l’élé­ment qui sé­dui­ra le plus les consom­ma­teurs se­ra sans au­cun doute le prix de l’Equi­nox. Che­vro­let est très agres­sif avec cette nou­velle mise en mar­ché, sur­tout avec le mo­dèle LS à trac­tion qui est ven­du à par­tir de 26 995 $, in­cluant les frais de trans­port et les taxes en­vi­ron­ne­men­tales.

À ce prix, vous ob­te­nez une ca­mé­ra de re­cul, une clé in­tel­li­gente avec bou­ton­pous­soir pour le dé­mar­rage, un dé­mar­reur à dis­tance, les jantes en alu­mi­nium de 17 pouces, Apple Car Play et An­droid Au­to, la connec­ti­vi­té Blue­tooth, les sièges chauf­fants à l’avant ain­si que les ré­tro­vi­seurs ex­té­rieurs chauf­fants.

Les va­leurs ré­si­duelles sont aus­si très in­té­res­santes pour les gens sou­hai­tant louer leur vé­hi­cule, tan­dis qu’elles va­rient entre 32 et 69 % se­lon la du­rée du terme qui peut al­ler jus­qu’à 60 mois.

Mal­gré tout, les édi­tions un peu plus luxueuses étant mu­nies de la trac­tion à quatre roues mo­trices sont quelque peu dis­pen­dieuses. Pour la dé­cli­nai­son LT AWD, il faut pré­voir dé­bour­ser un mi­ni­mum de 32 395 $, alors que le mo­dèle Pre­mier AWD né­ces­site un in­ves­tis­se­ment de dé­part de 35 995 $. C’est éle­vé en com­pa­rai­son avec ce qu’offre la concur­rence dans ce seg­ment.

Somme toute, l’Equi­nox 2018 s’af­firme tout de même comme une op­tion qui doit do­ré­na­vant être consi­dé­rée par les consom­ma­teurs qui sont à la re­cherche d’un VUS com­pact.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.