UNE BELLE COM­BI­NAI­SON DE LUXE ET DE PER­FOR­MANCE

Il y a un adage qui dit que lorsque tout fonc­tionne pour le mieux, on ne change rien.

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - LA UNE - FRANCIS LA­LONDE Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Il faut croire que les in­gé­nieurs d’Infiniti consi­dèrent que tout va ron­de­ment pour la Q50 puisque l’édi­tion 2018 de la ber­line ja­po­naise de­meure pra­ti­que­ment in­chan­gée par rap­port au pré­cé­dent mo­dèle. UNE FOR­MULE GAGNANTE ?

Il est vrai qu’à pre­mière vue le vé­hi­cule nip­pon ne pré­sente au­cun dé­faut de concep­tion : de­si­gn élé­gant, ha­bi­tacle confor­table, mo­to­ri­sa­tion puis­sante… Bref, tout semble y être pour com­bler les be­soins des consom­ma­teurs à la re­cherche d’une voi­ture à la fois luxueuse et spor­tive.

Bien que la Q50 ait tout pour être une ber­line in­ter­mé­diaire at­trayante, sa conduite sé­duit moins lors­qu’il s’agit de plaire à des pas­sion­nés d’au­to­mo­bile qui sont à la re­cherche de sen­sa­tions fortes. Lorsque l’on se trouve der­rière le vo­lant de la Q50, et ce, même sous sa dé­cli­nai­son Red Sport 400 qui est mu­nie d’un mo­teur V6 à bi­tur­bo de 400 che­vaux, on ne se sent pas en­ga­gé dans sa conduite.

Pour­tant, la di­rec­tion élec­tro­nique (qui pro­fite cette an­née d’une ré­vi­sion) et les sus­pen­sions di­gi­tales à contrôle élec­tro­nique font un tra­vail re­mar­quable. Dif­fi­cile de de­man­der mieux en ce qui a trait au confort et à la ra­pi­di­té d’exé­cu­tion. Mal­gré tout, je n’ai ex­pri­mé au­cun « wow » lors de mon es­sai qui se dé­rou­lait sur les jo­lies routes si­nueuses de Na­sh­ville. Et non, je n’ai pas vu P.K. !

Je n’irais pas jus­qu’à dire que c’est une conduite en­nuyante. Vrai­ment pas. On en vient sim­ple­ment à ou­blier que l’on se trouve aux com­mandes de la Q50. LE SOU­CI DU DÉ­TAIL Il n’en de­meure pas moins que cette ber­line offre beau­coup de confort, en plus de pro­po­ser un de­si­gn ra­cé qui lui est propre. Les concep­teurs d’Infiniti ont d’ailleurs ef­fec­tué quelques mo­di­fi­ca­tions à l’es­thé­tisme de l’ha­bi­tacle, dont un nou­veau vo­lant ins­pi­ré de la Q60 ain­si que la mise en place d’un ta­bleau de bord ré­vi­sé et d’une nou­velle fi­ni­tion pour le pan­neau d’ins­tru­men­ta­li­sa­tion.

L’ex­té­rieur bé­né­fi­cie aus­si d’un lé­ger re­mo­de­lage. Très lé­ger. En somme, élar­gis­se­ment de la grille et ins­tal­la­tion d’un nou­veau pare-chocs avant, dont les lignes sont plus pro­non­cées pour les édi­tions SPORT et RED SPORT 400. On re­mar­que­ra aus­si de nou­velles jantes en alu­mi­nium de 18 pouces pour l’édi­tion de base qui sont mon­tées sur des pneus an­ti-cre­vai­son, tan­dis que les dé­cli­nai­sons SPORT et RED SPORT 400 sont pour­vues de jantes de 19 pouces.

Ce sont là les prin­ci­paux chan­ge­ments pour cette ver­sion 2018 de la Q50. DU PA­REIL AU MÊME

Les mo­to­ri­sa­tions de­meurent quant à elles in­chan­gées. Le mo­dèle de base, la Q50 2.0t, dis­pose d’un quatre cy­lindres tur­bo

de 208 che­vaux, alors que les ver­sions 3.0 LUXE et 3.0 SPORT pro­posent tou­jours un V6 à bi­tur­bo de 300 che­vaux. Cette même mo­to­ri­sa­tion de 3,0 litres passe à 400 che­vaux pour l’édi­tion Red Sport 400.

Les consom­ma­teurs peuvent aus­si se tour­ner vers la dé­cli­nai­son hy­bride de la Q50, qui est mu­nie d’un mo­teur V6 de 3,5 litres ain­si que d’un mo­teur élec­trique de 50 kW.

Bien qu’Infiniti offre l’en­semble de ses mo­dèles Q50 avec une pro­pul­sion aux États-Unis, le mar­ché ca­na­dien n’a droit qu’à des ver­sions à rouage in­té­gral.

POUR­QUOI CHOI­SIR LA Q50?

Dans la ca­té­go­rie des ber­lines in­ter­mé­diaires de luxe, la Q50 fait face à une concur­rence fé­roce et re­le­vée : BMW Sé­rie 3, Au­di A4, sans ou­blier la Classe C de Mer­cedes-Benz ain­si que la Lexus RC.

Alors, pour­quoi se tour­ner vers la Q50 d’Infiniti ? Prin­ci­pa­le­ment pour le confort de conduite et pour son de­si­gn. On de­vra re­gar­der ailleurs si l’on est à la re­cherche d’un « wow » der­rière le vo­lant.

Les pre­mières li­vrai­sons sont pré­vues pour la fin du mois d’août, alors que les prix de vente de­vraient res­ter sen­si­ble­ment les mêmes. Le mo­dèle de base est pour le mo­ment ven­du à par­tir de 39 900 $.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.