LES MER­VEILLES DE PUER­TO PLA­TA

Le Journal de Quebec - Cahier Voyages - - La Une - SAN­DRA GO­DIN Le Jour­nal de Qué­bec san­dra.go­din @que­be­cor­me­dia.com Le Jour­nal a été in­vi­té par Va­cances Air Ca­na­da, et a été lo­gé au Grand Ba­hia Prin­cipe de San Juan.

PUER­TO PLA­TA | Lors­qu’on pense à la Ré­pu­blique do­mi­ni­caine, on as­so­cie sou­vent le pays à la des­ti­na­tion pri­sée qu’est Pun­ta Ca­na. Bien que les tou­ristes aient moins le ré­flexe de se po­ser à Puer­to Pla­ta, la ré­gion offre pour­tant le meilleur de la Ré­pu­blique, de son his­toire fas­ci­nante à ses eaux tur­quoise et ses com­plexes tou­ris­tiques à taille hu­maine.

Puer­to Pla­ta si­gni­fie « port d’ar­gent », ville ain­si nom­mée par son fon­da­teur Ch­ris­tophe Co­lomb en jan­vier 1493, en rai­son des re­flets ar­gen­tés des nuages sur la mer. Ses pay­sages, ses plages pa­ra­di­siaques, sa culture et son his­toire font de la ville, la troi­sième en im­por­tance de la Ré­pu­blique, un in­con­tour­nable à vi­si­ter pour ceux qui aiment sor­tir des tout-in­clus.

Ville très co­lo­rée et vi­brante, Puer­to Pla­ta compte 300 000 ha­bi­tants. Les édi­fices co­lo­niaux abondent et re­gorgent de res­tau­rants, ca­fés, bou­tiques et de

street art.

DES PLAGES PA­RA­DI­SIAQUES

Sor­tons d’abord un peu de la ville. Les nom­breux pe­tits coins de pa­ra­dis au­tour de Puer­to Pla­ta font par­tie de sa re­nom­mée.

À 25 km de la ville se trouve So­sua Beach, une des plus belles plages des Ca­raïbes, si­tuée dans une baie bor­dée de mon­tagnes. Une plage de rêve avec son eau claire et calme, qui fe­ra le bon­heur des ama­teurs de plon­gée en apnée.

Une pa­no­plie de res­tau­rants et bars borde la plage, pour ceux qui vou­draient faire la fête avec les lo­caux et se lais­ser al­ler à quelques pas de ba­cha­ta ou de me­rengue.

Quant aux vagues qui frappent sans re­lâche la plage de Ca­ba­rete, elles en

font le pa­ra­dis des sur­feurs (voir texte

à la page sui­vante).

La grande plage de San Juan, où se trouve le Grand Ba­hia Prin­cipe, a aus­si des qua­li­tés ex­cep­tion­nelles. Le sable ca­ra­mel, l’eau tur­quoise, le calme… tout est pro­pice aux ac­ti­vi­tés nau­tiques.

UN PA­NO­RA­MA FA­BU­LEUX

Re­ve­nons au coeur de Puer­to Pla­ta. La ville pos­sède d’abord le seul té­lé­phé­rique de toutes les Ca­raïbes. Construit en 1974, il re­lie la ville au mont Isa­bel De Torres, à une al­ti­tude de 800 mètres.

Non seule­ment le pa­no­ra­ma est ex­tra­or­di­naire, mais on peut pas­ser plu­sieurs heures à se ba­la­der dans la fo­rêt luxu­riante de la mon­tagne, où poussent près de 600 es­pèces de plantes. Avec son sen­tier amé­na­gé, il est pos­sible de grim­per le mont à pied.

Pour les friands d’his­toire, le fort San Fe­lipe, une an­cienne pri­son da­tant de 1577 trans­for­mée en mu­sée qui ra­conte l’his­toire de Puer­to Pla­ta, offre aus­si un pa­no­ra­ma ex­cep­tion­nel.

POUR LES GOUR­MANDS

Même si l’hi­ver est une pé­riode pri­vi­lé­giée pour voya­ger dans les pays chauds, vous ne de­vriez pas hé­si­ter à vi­si­ter la Ré­pu­blique do­mi­ni­caine en été. La tem­pé­ra­ture plus éle­vée rend les sa­veurs ex­quises : les mangues, me­lons, ana­nas, avo­cats, pa­payes sont sa­vou­reux comme vous ne les au­rez ja­mais goû­tés.

Par­mi les bon­nes adresses où cas­ser la croûte, le res­tau­rant El Ber­gan­tin, qui était ja­dis un club ré­ser­vé aux femmes bien nan­ties de Puer­to Pla­ta, est par­fait pour dé­cou­vrir des plats ty­pi­que­ment do­mi­ni­cains.

Il fau­dra un peu plus d’ef­forts pour trou­ver le meilleur des­sert en ville, mais le dé­tour en vaut la peine. Dans une toute pe­tite mai­son sur la rue Mael­la, une vieille dame fa­brique des dulce de

co­co con leche, des bou­chées cré­meuses à la noix de co­co qu’on mange avec les doigts. Un pur dé­lice.

Le tour de ville des com­pa­gnies tou­ris­tiques vous fe­ra aus­si faire un pe­tit ar­rêt dans une fa­brique de ci­gares, où l’on peut dé­gus­ter un peu de ma­ma­jua­na ,la bois­son ty­pique de la Ré­pu­blique do­mi­ni­caine, faite de miel, de rhum, de vin rouge et d’écorces de bois de Gaïac. On lui prête des pro­prié­tés mé­di­ci­nales... et aphro­di­siaques.

Jas­sil Villa­nue­va

Le Centre-ville co­lo­ré de Puer­to Pla­taSur la route, des lo­caux tiennent des kiosques de dé­lices do­mi­ni­cains, comme le chi­char­ron (couenne de porc frite) et les dulce de al­men­dra, des bis­cuitsaux amandes dé­ca­dents.

Puer­to Pla­ta pos­sède le seul té­lé­phé­rique des Ca­raïbes, qui nous mène à une al­ti­tude de800 mètres. Il offre un ma­gni­fique pa­no­ra­ma sur la ville.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.