La fon­da­tion d’une mai­son

Le Journal de Quebec - Immo - - MAISON EXTRA - Na­dia BER­GE­RON

Vide sa­ni­taire, sous-sol ou dalles flot­tantes : à vous de choi­sir la fon­da­tion qui cor­res­pond à vos be­soins !

Peu im­porte la mé­thode de construc­tion choi­sie, une mai­son s’ap­puie tou­jours sur une as­sise ou une base qui pro­cure une sta­bi­li­té à l’en­semble de l’ha­bi­ta­tion. Cer­tains ne veulent pas né­ces­sai­re­ment avoir un sous­sol, alors ils vont op­ter pour un vide sa­ni­taire.

Il s’agit d’une « cave » non ha­bi­table d’en­vi­ron 5 à 6 pieds de haut. « On n’a pas le droit de mettre de la dalle de bé­ton au sol dans un vide sa­ni­taire lé­gal. Le plan­cher doit être re­cou­vert de gra­vier », ajoute Ni­co­la Mag­gio, pré­sident de l’en­tre­prise Les Fon­da­tions An­toine Co­té.

Le vide sa­ni­taire re­pré­sente un bel es­pace de ran­ge­ment sous la mai­son per­met­tant de pla­cer les élé­ments mé­ca­niques du bâ­ti­ment, comme le chauffe-eau, la ba­layeuse cen­trale, l’échan­geur d’air, etc. Cet en­droit vous donne aus­si ac­cès à l’élec­tri­ci­té et à la plom­be­rie sous le plan­cher du rez-de-chaus­sée.

Vide sa­ni­taire : iso­lé et chauf­fé

En gé­né­ral, il n’y a pas de fe­nêtre dans un vide sa­ni­taire. Tou­te­fois, cer­taines per­sonnes en posent avec des mous­ti­quaires pour pou­voir les ou­vrir et aé­rer cette pièce du­rant les jour­nées chaudes de l’été. « Si vous en met­tez, vous de­vrez aus­si ins­tal­ler des mar­gelles, car les fe­nêtres sont vrai­ment dans le sol », ex­plique M. Mag­gio. Il faut ce­pen­dant tou­jours iso­ler, chauf­fer et ven­ti­ler cet en­droit. Les murs de bé­ton se­ront no­tam­ment iso­lés avec de l’uré­thane gi­clé ou des pan­neaux d’iso­la­tion ri­gides, par exemple.

Sur le bord des ri­vières, des mu­ni­ci­pa­li­tés peuvent exi­ger un sous-sol, mais de type vide sa­ni­taire. « On ne peut pas le fi­nir, car le ter­rain est su­jet à la nappe phréa­tique qui va s’éle­ver », pré­vient M. Mag­gio. Les mu­ni­ci­pa­li­tés ne veulent pas avoir de pour­suites par les pro­prié­taires, si ja­mais il y a de l’eau dans la « cave ».

Sous-sol

Dans une construc­tion neuve, la fon­da­tion avec un sous-sol est très po­pu­laire et très pra­tique, en par­ti­cu­lier pour une fa­mille qui compte plu­sieurs en­fants. Une fois le sous-sol amé­na­gé, avec des chambres, une salle fa­mi­liale et une salle de bain, vous avez un bel es­pace pour lo­ger les pe­tits et les grands ! La hau­teur entre le pla­fond et le plan­cher, in­cluant leur fi­ni­tion, est d’en­vi­ron 8 pieds. « Pour qu’il soit ha­bi­table, il faut mettre une dalle de bé­ton », rap­pelle M. Mag­gio. Les fe­nêtres sont obli­ga­toires dans toutes les chambres à cou­cher, peu im­porte l’étage. Au sous­sol, on en pose éga­le­ment dans le sa­lon ou la pièce cen­trale afin d’op­ti­mi­ser la lu­mi­no­si­té na­tu­relle. Si vous ajou­tez des lu­mières vives, en­cas­trées au pla­fond, vous maxi­mi­se­rez da­van­tage l’éclai­rage.

Dalles flot­tantes

Une autre op­tion consiste à pla­cer la struc­ture di­rec­te­ment au sol, sur des dalles flot­tantes. La dalle de bé­ton est cou­lée par terre : « Le sol doit avoir été re­ma­nié préa­la­ble­ment afin d’ob­te­nir une ca­pa­ci­té por­tante cor­recte pour sup­por­ter la charge du bâ­ti­ment », si­gnale M. Mag­gio. Dans le bé­ton, on va mettre de l’ar­ma­ture de bonne qualité pour avoir une dalle ar­mée, c’est-à dire une plaque mo­no­li­thique qui per­met­tra de mieux conso­li­der l’ou­vrage. Après avoir ex­ca­vé le ter­rain de ma­nière adé­quate, du gra­vier com­pac­té se­ra ajou­té et en­suite on dé­po­se­ra la dalle flot­tante des­sus. Le ma­té­riel doit être drai­né afin d’évi­ter toute pos­si­bi­li­té d’in­fil­tra­tion d’eau. Avec le froid hi­ver­nal, l’eau ge­lée gonfle et peut pro­vo­quer des dom­mages.

Plan­cher chauf­fant

Idéa­le­ment, on ins­talle un plan­cher chauf­fant quand la struc­ture est au sol. Les plinthes élec­triques ont des li­mites : l’air chaud monte… il ne des­cend pas ! Avec un plan­cher chauf­fant, vous amé­lio­rez gran­de­ment votre confort. Les rai­sons qui poussent les gens à vou­loir mettre des dalles flot­tantes sont va­riées. La struc­ture peut être mise di­rec­te­ment sur le sol à cause de la nappe phréa­tique éle­vée. Il est donc in­ter­dit d’avoir un vide sa­ni­taire ou un sous-sol. Cer­tains pro­prié­taires veulent tout sim­ple­ment avoir un plain-pied sans étage in­fé­rieur. Le bud­get peut aus­si in­ter­fé­rer dans la dé­ci­sion. Le prix pour la construc­tion d’un sous­sol, pour une mai­son de 30 pieds par 40 pieds, re­vient en­vi­ron entre 15 000 $ et 20 000 $. Pour la même di­men­sion, le vide sa­ni­taire peut coû­ter entre 10 000 $ et 12 000 $, tan­dis que vous pour­rez dé­bour­ser au­tour de 10 000 $ pour des dalles flot­tantes. Tout est une ques­tion de choix, de goût et de bud­get !

En gé­né­ral, les mai­sons neuves sont construites avec un sous-sol qui pro­cure da­van­tage d’es­pace. Cré­dit: Cour­toi­sie Les Fon­da­tions An­toine Cô­té

La struc­ture de votre mai­son peut re­po­ser sur des dalles flot­tantes si vous ne vou­lez pas avoir de sous-sol. Cré­dit: Cour­toi­sie Les Fon­da­tions An­toine Cô­té

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.