As­tuces pour éco­no­mi­ser l’élec­tri­ci­té

En hi­ver, la fac­ture d’élec­tri­ci­té a ten­dance à gon­fler. D’ailleurs, le chauf­fage re­pré­sente à lui seul plus de la moi­tié de la fac­ture an­nuelle d’élec­tri­ci­té.

Le Journal de Quebec - Immo - - MAISON EXTRA - Pa­mé­la EGAN

Alors, si vous pré­fé­rez gar­der vos sous dans vos poches, et que vous vou­lez faire une dif­fé­rence sur l’en­vi­ron­ne­ment, voi­ci quelques as­tuces d’hy­dro-qué­bec pour vous ai­der à ré­duire votre consom­ma­tion en élec­tri­ci­té.

Pour ré­duire votre consom­ma­tion liée au chauf­fage, vous pou­vez mo­di­fier vos ha­bi­tudes et ap­por­ter des amé­lio­ra­tions à votre mai­son de même que chan­ger cer­tains ap­pa­reils.

La tem­pé­ra­ture du ther­mo­stat

Un geste bien simple est de ré­duire la tem­pé­ra­ture de consigne du ther­mo­stat de seule­ment 1 °C pen­dant toute la sai­son froide, ce qui per­met d’éco­no­mi­ser en­vi­ron 5 % de la consom­ma­tion d’élec­tri­ci­té an­nuelle liée au chauf­fage. De même, il est in­utile de chauf­fer une pièce in­oc­cu­pée.

Pour uti­li­ser ef­fi­ca­ce­ment votre chauf­fage, Hy­droQué­bec re­com­mande de dé­pous­sié­rer les plinthes chauf­fantes ain­si que les sor­ties d’air chaud. Vous de­vez éga­le­ment évi­ter de pla­cer un meuble de­vant une source de cha­leur comme une plinthe élec­trique ou un ra­dia­teur.

En rem­pla­çant les ther­mo­stats mé­ca­niques de votre mai­son par des ther­mo­stats élec­tro­niques, vous pour­riez éco­no­mi­ser jus­qu’à 10 % sur vos coûts de chauf­fage. Et si votre ré­si­dence est pour­vue d’un sys­tème de chauf­fage cen­tral, vous pou­vez même vous pro­cu­rer un ther­mo­stat in­tel­ligent. Ce type de ther­mo­stat en­re­gis­tre­ra vos ha­bi­tudes quo­ti­diennes et se­ra en me­sure de ré­gler au­to­ma­ti­que­ment la tem­pé­ra­ture par la suite se­lon vos be­soins ha­bi­tuels.

Les fe­nêtres

Par temps froid, les fe­nêtres laissent échap­per beau­coup de cha­leur. Pour ré­duire les pertes de cha­leur, Hy­dro-qué­bec re­com­mande de fer­mer les ri­deaux et les stores pen­dant la nuit. De jour, il faut plu­tôt les ou­vrir pour que les rayons du so­leil ré­chauffent la mai­son­née de ma­nière na­tu­relle.

Les cou­rants d’air

Une mai­son mal iso­lée ou com­por­tant des fuites d’air ou de ven­ti­la­tion peut perdre jus­qu’à 25 % de sa cha­leur. Pour illus­trer le pro­blème, Hy­dro-qué­bec donne l’exemple sui­vant : « Une mai­son in­di­vi­duelle ayant des pro­blèmes de pertes de cha­leur liés à ces deux élé­ments, c’est comme lais­ser une fe­nêtre ou­verte de 5 cm du­rant tout l’hi­ver. » Ce n’est pas rien ! Cal­feu­trer portes et fe­nêtres au­ra tôt fait de li­mi­ter les pertes de cha­leur. Il faut tou­te­fois pro­cé­der à ces pe­tits tra­vaux par temps sec et lorsque la tem­pé­ra­ture est su­pé­rieure à 5 °C. Et tant qu’à ef­fec­tuer ces amé­lio­ra­tions, pour­quoi ne pas en pro­fi­ter pour po­ser des coupe-froid et des joints d’étan­chéi­té, ain­si que pour col­ma­ter le pour­tour des tuyaux et des sor­ties de conduits de ven­ti­la­tion ?

Pen­sez aus­si à ins­tal­ler des cache-prises ou des cous­sins en mousse entre la plaque et le boî­tier des prises de cou­rant et des in­ter­rup­teurs, vous ré­dui­rez la perte de cha­leur par les murs ex­té­rieurs. La mai­son n’en se­ra que plus confor­table !

La hotte de cui­sine et le ven­ti­la­teur de salle de bain

Et si vous avez be­soin de faire fonc­tion­ner la hotte de la cui­sine ou le ven­ti­la­teur de la salle de bain (qui sont soit dit en pas­sant es­sen­tiels pour éva­cuer les odeurs et l’hu­mi­di­té), de grâce, ne les ou­bliez pas en marche. « En l’es­pace d’une heure, la hotte de la cui­si­nière et le ven­ti­la­teur de la salle de bain peuvent ex­pul­ser tout l’ air chauf­fé d’une mai­son », fait re­mar­quer l’or­ga­nisme.

Consom­ma­tion liée à l’eau

Tout comme pour le chauf­fage de la mai­son, la consom­ma­tion d’eau en­gendre des coûts en élec­tri­ci­té qui peuvent être ré­duits si vous pre­nez la peine de mo­di­fier vos ha­bi­tudes et que vous ap­por­tez des amé­lio­ra­tions aux ins­tal­la­tions de votre de­meure. Hy­dro-qué­bec rap­porte d’ailleurs que le chauf­fage de l’eau consti­tue la deuxième source de consom­ma­tion d’élec­tri­ci­té. Il faut donc y voir ! Se­lon l’or­ga­nisme, vous de­vriez par ailleurs main­te­nir le chauffe-eau à 60 °C (140 °F), car il est tout à fait in­utile de chauf­fer l’eau au-de­là de cette tem­pé­ra­ture.

Les douches

Prendre une douche au lieu d’un bain per­met de ré­duire sa consom­ma­tion d’eau chaude. Se­lon Hy­droQué­bec, il est pos­sible de ré­duire sa consom­ma­tion en eau de 33 % en pre­nant une douche de 7 mi­nutes plu­tôt qu’un bain, en sup­po­sant que la bai­gnoire est rem­plie à moi­tié, ce qui cor­res­pond à 100 litres d’eau et que la douche fonc­tionne à un dé­bit de 9,5 litres par mi­nute, soit 66,5 litres. Mais Hy­dro va en­core plus loin en af­fir­mant qu’il est pos­sible de ré­duire en­core da­van­tage sa consom­ma­tion en ayant re­cours à une pomme de douche à dé­bit ré­duit qui pour­rait avoir un dé­bit de 5,7 litres par mi­nute. De cette fa­çon, seule­ment 39,9 litres se­ront uti­li­sés pen­dant la douche, ce qui re­pré­sente 60 % moins d’eau que pour un bain.

Le lave-vais­selle

Uti­li­ser le lave-vais­selle né­ces­site moins d’eau que de la­ver la vais­selle à la main. « Un la­ve­vais­selle uti­lise en moyenne 13 litres d’eau par cycle, alors que le la­vage à la main peut en consom­mer jus­qu’à 36 litres. Au bout d’une an­née, l’eau éco­no­mi­sée peut re­pré­sen­ter la di­men­sion d’un ca­mion-ci­terne », in­dique Hy­dro-qué­bec. Un la­ve­vais­selle cer­ti­fié Ener­gy Star est par ailleurs 10 % plus ef­fi­cace et consomme en moyenne 15 % moins d’eau chaude que les autres ap­pa­reils.

La la­veuse

Hy­dro rap­porte que « la­ver à l’eau chaude coûte jus­qu’à 18 fois plus cher que la­ver à l’eau froide ». Et bien en­ten­du, il est pré­fé­rable de dé­mar­rer la la­veuse lors­qu’elle est rem­plie au maxi­mum de sa ca­pa­ci­té. En l’ins­tal­lant près du chauffe-eau, vous ré­dui­rez les pertes de cha­leur dans les tuyaux de rac­cor­de­ment. Une fois de plus, en op­tant pour un ap­pa­reil à haute ef­fi­ca­ci­té cer­ti­fié Ener­gy Star, vous consom­me­rez moins d’éner­gie, en fait de l’ordre de 25 %, et vous uti­li­se­rez jus­qu’à 40 % moins d’eau qu’avec une la­veuse tra­di­tion­nelle.

Une fuite d’eau

Un ro­bi­net d’eau chaude qui fuit, ne se­rait-ce qu’une goutte à la se­conde, laisse cou­ler 27 litres d’eau chaude par jour. Au bout d’un an, ce­la cor­res­pond à 20 000 bou­teilles d’eau de 500 ml. Rem­pla­cer les joints d’étan­chéi­té qui se dé­té­riorent, sou­vent dus au vieillis­se­ment, per­met de ré­gler le pro­blème ra­pi­de­ment.

En­core plus d’as­tuces

D’autres me­sures pour­raient vous per­mettre de ré­duire en­core da­van­tage votre consom­ma­tion en élec­tri­ci­té. Il suf­fit de pen­ser aux ap­pa­reils élec­tro­niques qui consomment de l’éner­gie même lors­qu’ils sont éteints, d’où l’im­por­tance de les dé­bran­cher lors­qu’ils ne sont pas uti­li­sés. Vous pour­riez éga­le­ment pen­ser à rem­pla­cer les am­poules à in­can­des­cence pour des am­poules à DEL, ou même pri­vi­lé­gier la mi­jo­teuse à la cui­si­nière. Pour en­core plus de conseils, ren­dez-vous sur le site in­ter­net hy­dro­que­bec.com.

Le chauf­fage de l’eau consti­tue la deuxième source de consom­ma­tion d’élec­tri­ci­té.Cré­dit : Can Stock Pho­to / Lo­po­lo

Le chauf­fage re­pré­sente à lui seul plus de la moi­tié de la fac­ture an­nuelle d’élec­tri­ci­té.Cré­dit : Can Stock Pho­to / High­ways­tarz

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.