Des mots sur la ma­la­die

So­phie Thi­bault, chef d’an­tenne du ré­seau TVA, vient de re­le­ver un im­mense dé­fi: mettre en mots sa re­la­tion avec sa mère, Mo­nique La­rouche-Thi­bault, qui a vé­cu 50 ans de sa vie le corps em­mu­ré dans la sclé­rose en plaques.

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION -

RÉ­TI­CENCES

ÉMO­TION

Dans Telle mère, quelle fille?, livre pa­ru aux Édi­tions de l’Homme, So­phie Thi­bault ra­conte la re­la­tion qu’elle en­tre­te­nait avec sa mère ma­lade. Un livre qui prend la forme d’un jour­nal à deux voix, d’une valse à deux temps entre une mère et sa fille.

Au dé­part, So­phie Thi­bault avoue que le pro­jet ne l’em­bal­lait pas outre me­sure. «L’idée est de Jean Cou­ture (col­la­bo­ra­teur à la ré­dac­tion de Mme Thi­bault, mère). Il sou­hai­tait que je parle de ma re­la­tion avec ma mère, que je dise de quelle ma­nière la ma­la­die de ma mère avait trans­for­mé notre re­la­tion, m’avait trans­for­mée... C’est cu­rieux, mais lorsque le pro­jet est né, mes deux pa­rents étaient vi­vants. Au­jourd’hui, ils sont tous les deux dé­cé­dés», dit So­phie Thi­bault. La mère de So­phie Thi­bault est dé­cé­dée l’au­tomne der­nier. «Ma mère n’a pas vu le livre ter­mi­né», note So­phie Thi­bault.

Quoi qu’il en soit, si So­phie Thi­bault avait des ré­ti­cences face à l’écri­ture de ce livre, sa mère, quant à elle, était em­bal­lée par le pro­jet. «Elle m’en par­lait sou­vent et me di­sait qu’elle avait hâte...», se rap­pelle So­phie Thi­bault.

L’écri­ture du livre s’est éta­lée sur cinq ans. «Lorsque nous avons com­men­cé à écrire, ma mère avait 76-77 ans. Elle n’avait plus l’in­dex aus­si agile et sa mé­moire de 50 ans... Moi, j’avais mon tra­vail avec les ho­raires que ça com­porte... Ce­la a été très ar­du, un mé­chant dé­fi. C’est un livre qui a été très émo­tif à écrire. Il a fal­lu re­ve­nir dans des sou­ve­nirs. Heu­reu­se­ment que ma mère a tou­jours écrit. Jean (Cou­ture) a trou­vé plein d’écrits que ma mère n’avait ja­mais pu­bliés. Ça nous a beau­coup ai­dés en cours d’écri­ture.»

So­phie Thi­bault sou­haite que ce livre fasse du bien. À ceux qui sont aux prises avec la ma­la­die, la sclé­rose en plaques, ou une autre. À ceux qui vivent avec une per­sonne ma­lade... «J’es­père que le livre va rap­pro- cher des gens, per­mettre de mieux se com­prendre. Dans ce livre, il est ques­tion de vie, de mort, de pa­rents... des thèmes qui peuvent tou­cher tout le monde. C’est amu­sant de lire une per­sonne de 77 ans qui parle de son quo­ti­dien avec une telle au­to­dé­ri­sion...».

JOUR­NA­LISTE

So­phie Thi­bault men­tionne qu’il lui a fal­lu chan­ger son style d’écri­ture pour Telle mère, quelle fille?. «Moi, je suis jour­na­liste. Au dé­but, j’écri­vais comme un jour­na­liste, avec beau­coup de dates, de ques­tions comme où?, quand?, comment?... Puis, Jean Cou­ture m’a dit que je de­vrais me lais­ser al­ler plus dans l’émo­tion pour ce type d’ou­vrage. J’ai chan­gé mon style.»

La chef d’an­tenne a tel­le­ment ai­mé son ex­pé­rience qu’elle en­tend s’at­te­ler à l’écri­ture d’un ro­man à comp­ter de l’été. «Je me vois dé­jà sur le bord du lac avec mon por­table... J’ai hâte.» Elle ne sait pas quand son pre­mier ro­man sor­ti­ra. Une par­tie des pro­fits de la vente de Telle mère, quelle fille? se­ra ver­sée à la Fon­da­tion de la sclé­rose en plaques. Quelque 18000 per­sonnes sont at­teintes de cette ma­la­die au Qué­bec.

So­phie Thi­bault se­ra en séance de si­gna­tures chez Archambaul­t de Place Sainte-Foy, le 8 mars, Jour­née in­ter­na­tio­nale de la femme, à comp­ter de 13h30.

PHOTO LES ARCHIVES, LE JOUR­NAL DE MON­TRÉAL

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.