Co­rey Hart pré­sente sa pro­té­gée

Le chan­teur Co­rey Hart était ré­cem­ment de pas­sage à Montréal afin d’as­sis­ter au lan­ce­ment du pre­mier al­bum de Ma­rie-Ch­ris­tine. Pro­duc­teur dé­lé­gué du disque, l’ar­tiste mon­tréa­lais pré­sen­tait par le fait même la pre­mière oeuvre lan­cée sous son éti­quette Sie

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Va­nes­sa Gui­mond

Co­rey Hart était ner­veux à l’idée de ve­nir ren­con­trer les mé­dias mon­tréa­lais pour pré­sen­ter Walk in Beau­ty, pre­mier al­bum de Ma­rie-Ch­ris­tine sur le­quel il tra­vaille de­puis quatre ans. Mal­gré tout, c’est avec le sou­rire qu’il a en­chaî­né les en­tre­vues, lui dont le der­nier pas­sage « no­table » dans sa ville na­tale re­mon­tait à 2007.

« Je ne sa­vais pas trop à quoi m’at­tendre. Ça fai­sait long­temps que je n’avais pas par­lé aux mé­dias et je me de­man­dais vrai­ment com­ment les choses al­laient se dé­rou­ler, a-t-il af­fir­mé. Les gens sont tel­le­ment gen­tils et ac­cueillants que je passe une su­per jour­née. »

RARES VI­SITES À MONTRÉAL

Af­fi­chant un sou­rire sin­cère, l’ar­tiste à qui l’on doit de nom­breux suc­cès comme Sun

glasses at Night et Ne­ver Surrender a éton­nam­ment res­sen­ti le be­soin de jus­ti­fier ses rares vi­sites à Montréal.

« Je vis une autre vie, mais quand je re­viens ici, je suis tout de même chez moi, a dé­cla­ré ce­lui qui vit aux Ba­ha­mas de­puis 1996. Il faut que les gens com­prennent que je n’aime pas être sé­pa­ré de ma fa­mille proche, c’est-à-dire de Ju­lie (Masse) et de mes quatre en­fants. D’ailleurs, mes frères pensent que je suis fou, mais c’est qui je suis, tout sim­ple­ment. »

SO­LIDE ÉQUIPE

Ma­rie-Ch­ris­tine, pour qui le lan­ce­ment d’un al­bum est un rêve de­ve­nu réa­li­té, a pour sa part ré­vé­lé que la pré­sence de Co­rey Hart à Montréal avait une si­gni­fi­ca­tion par­ti­cu­lière.

« Qu’il soit ici, ça me donne l’im­pres­sion que tous les mor­ceaux sont fi­na­le­ment mis en place. Je me sens com­blée, vrai­ment », at-elle dé­cla­ré, sous le re­gard ad­mi­ra­tif de son col­lègue.

« Je crois que l’al­bum a une cer­taine in­té­gri­té. Au­jourd’hui, je suis sur­tout heu­reux que nous ayons choi­si de prendre le temps de faire les choses comme il le fal­lait. Nous avons choi­si d’igno­rer les ins­tincts qui nous pous­saient à vou­loir avan­cer plus ra­pide- ment », a ex­pli­qué Co­rey Hart.

« Main­te­nant, quand j’écoute l’al­bum, je suis fier. Je suis con­vain­cu que c’est le meilleur disque que nous pou­vions faire, at-il pour­sui­vi. Nous n’avons au­cun re­gret, et ça, c’est quelque chose que je ne peux pas dire des al­bums que j’ai lan­cés au cours de ma car­rière. J’ai des re­grets à pro­pos de cha­cun d’eux. »

Pour Ma­rie-Ch­ris­tine, ce lan­ce­ment re­pré­sen­tait éga­le­ment l’oc­ca­sion idéale de pré­sen­ter ses chan­sons sur la scène de L’Astral.

« Les gens vont réa­li­ser que la ma­gie de Ma­rie-Ch­ris­tine opère vrai­ment lors­qu’elle est sur scène, a as­su­ré Co­rey Hart. Elle est char­mante, belle et gen­tille dans la vie, mais c’est lors­qu’elle chante avec des mu­si­ciens qu’on réa­lise à quel point c’est une grande ar­tiste. »

MA­RIECH­RIS­TINE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.