TU­NI­SIE cherche tou­ristes déses­pé­ré­ment

TU­NIS | Faut-il en­core avoir peur d’al­ler en Tu­ni­sie ? Les évé­ne­ments qui ont ac­tuel­le­ment lieu en Li­bye, avec qui le pays par­tage plus de 400 km de fron­tière, ont-ils des ré­per­cus­sions ? Les images de la Ré­vo­lu­tion de jas­min qui ont conduit l’ex-pré­si­den

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME - Da­vid Na­than

Au­tant de ques­tions qui ont trou­vé une ré­ponse grâce à un ré­cent voyage or­ga­ni­sé par le voya­giste Sul­ta­na Tours en col­la­bo­ra­tion avec l’Of­fice du tou­risme tu­ni­sien.

Tu­nis, la ca­pi­tale éco­no­mique et com­mer­ciale du pays, est aus­si un lieu de pas­sage obli­gé de nom­breux vi­si­teurs qui se pro­mènent et ma­ga­sinent pen­dant des heures dans les ruelles étroites du souk de la mé­di­na (la vieille ville).

En ce lun­di d’avril, le contraste entre l’ef­fer­ves­cence des mar­chands et l’ab­sence des tou­ristes est frap­pant. Nous nous en­fon­çons dans ce dé­dale de sen­teurs et de cou­leurs et avons presque l’im­pres­sion que le souk est ou­vert uni­que­ment pour nous. Nous croi­se­rons en ef­fet très peu de vi­sages oc­ci­den­taux. Les mar­chands nous in­vitent en Fran­çais à ve­nir vi­si­ter leur échoppe et nous fai­sons une pause su­crée en dé­gus­tant des ma­krouds aux dattes, une pâ­tis­se­rie suc­cu­lente en forme de lo­sange.

Quelques mètres plus loin, Hei­tem Saoiadhi, un com­mer­çant de la Me­di­na nous ré­sume la si­tua­tion, le sou­rire aux lèvres. « Il n’y a plus de tou­ristes en Tu­ni­sie, mais ce n’est pas grave, nous sommes libres main­te­nant! On peut dis­cu­ter en­semble toi et moi en pleine rue sans que la po­lice ne vienne nous de­man­der des comptes. Je suis confiant, les tou­ristes vont fi­nir par re­ve­nir, ce qui compte c’est que nous soyons libres ».

AU­TOUR DE TU­NIS

Au nord de Tu­nis, Car­thage est notre pro­chaine étape. La vi­site de cette ci­té, ja­dis dé­truite et re­cons­truite par les Ro­mains, ré­vèle de nom­breux sites ar­chéo- lo­giques clas­sés au pa­tri­moine mon­dial de l’UNESCO. Ruines sé­cu­laires et en­core… dé­sert tou­ris­tique.

Nous pour­sui­vons notre voyage dans une Tu­ni­sie sou­riante et ac­cueillante. Les vi­sages sont ou­verts et les dis­cus­sions s’en­gagent fa­ci­le­ment. Dans les rues de Si­di Bou Saïd, ce pit­to­resque village aux mai­sons bleues et blanches, quelques étu­diants des beaux-arts s’ap­pliquent à re­pro­duire la beau­té de ces mai­sons à l’ar­chi­tec­ture ara­bo-an­da­louse.

Nous nous en­fon­çons dans le sud du pays et fai­sons es­cale dans les villes cô­tières d’Ham­ma­met et de Sousse. Là aus­si, les mar­chands at­tendent déses­pé­ré­ment les tou­ristes. À Mo­nas­tir, le mau­so­lée d’Ha­bib Bour­gui­ba, le pre­mier pré­sident du pays, se vi­site re­li­gieu­se­ment. Nous croi­sons deux tou­ristes fran­çais qui nous confient vi­si­ter le pays de­puis main­te­nant dix ans. Se­lon eux, rien n’a chan­gé de­puis la Ré­vo­lu­tion, si ce n’est la dé­ser­tion des tou­ristes.

Ar­ri­vé à El Jem, c’est un for­mi­dable bond dans le temps que nous fai­sons en vi­si­tant l’am­phi­théâtre ro­main, une construc­tion da­tant du IIIe siècle. Sous un so­leil ma­ti­nal, mais dé­jà in­tense, nous ima­gi­nons les com­bats de gla­dia­teurs qui ont eu lieu au­tre­fois dans ces ruines.

Tou­jours plus au sud, nous nous plon­geons dans une am­biance plus contem­pla­tive. Nous sommes à Mat­ma­ta, un village à flanc de mon­tagne construit à 600 mètres d’al­ti­tude et qui offre des points de vue face aux­quels il est dif­fi­cile de res­ter de marbre. Autre in­té­rêt du site : les ha­bi­ta­tions tro­glo­dytes, ces mai­sons creu­sées dans la mon­tagne. Contre quelques di­nars tu­ni­siens, il est pos­sible d’en vi­si­ter cer­taines.

SA­HA­RA

Un bain de foule des plus dé­pay­sant nous est of­fert en la ville de Douz, sur­nom­mée la « Porte du Sa­ha­ra ». Le mar­ché po­pu­laire de la ville est un in­con­tour­nable pas­sage dans la vi­site du pays. Dans une am­biance cha­leu­reuse, les ven­deurs de mou­tons, de chèvres et de poules né­go­cient âpre­ment leurs bêtes tan­dis que plus loin les mar­chands de fruits et lé­gumes co­lorent leurs étals de mille cou­leurs. Quelques heures plus tard, un autre spec­tacle nous cou­pe­ra le souffle, la vue ma­jes­tueuse du lac as­sé­ché de Chott El Je­rid de To­zeur, une éten­due sa­line de 5 000 mètres car­rés. L’illu­sion d’op­tique est par­faite, on ju­re­rait un vrai lac. Plus tard ca­nyon et l’oa­sis de Mi­dès nous don­ne­ront le ver­tige;

in­sai­sis­sables beau­tés na­tu­relles de ce site si­tué à proxi­mi­té de la fron­tière al­gé­rienne.

Quelques heures de route et c’est un voyage dans le 7e art que nous fai­sons. Nous sommes à Nef­ta, en plein dé­sert. Nous pro­gres­sons dans les dunes brû­lantes quand sou­dain, un village abri­tant d’étranges fu­sées ap­pa­raît de­vant nous. Mi­rage ? Non, il s’agit du dé­cor de « La guerre des étoiles », conser­vé en l’état. Dé­pay­sant.

Au terme de ce voyage au coeur de la Tu­ni­sie, il est bien dif­fi­cile de ne pas tom­ber amou­reux du pays tant ce­lui-ci est riche, va­rié et beau. En ce qui concerne la sé­cu­ri­té, nous n’avons ja­mais sen­ti la moindre ten­sion en par­cou­rant les rues, pas de re­gard hos­tile, bien au contraire. Entre l’image que l’on per­çoit à tra­vers les mé­dias et la réa­li­té, il y a une dis­so­nance.

« J’ai pas­sé cinq se­maines en Tu­ni­sie, dans toutes sortes de mi­lieux sociaux et je ne me suis ja­mais sen­ti en dan­ger, au contraire, nous a confié Pa­trick Bel­le­rose, un jour­na­liste in­dé­pen­dant qué­bé­cois qui vient de pas­ser cinq se­maines en Tu­ni­sie. Les Tu­ni­siens sont in­croya­ble­ment ac­cueillants, par­ti­cu­liè­re­ment de­puis la ré­vo­lu­tion, ils ont en­vie de par­ta­ger avec le reste du monde leur joie d’être en­fin libres de la dic­ta­ture. »

Le taux d’oc­cu­pa­tion de nom­breux hô­tels est de seule­ment 10 % et les voyages en Tu­ni­sie se vendent en­core mal. « Nous avons eu 50 % d’an­nu­la­tion pour la pé­riode jan­vier-mars », dit Serge Des­long­champs, res­pon­sable des re­la­tions pu­bliques de Sul­ta­na Tours, une agence de voyages mont­réa­laise spé­cia­li­sée dans les voyages aux Maghreb.

Mal­gré la dé­ser­tion des tou­ristes, les Tu­ni­siens que nous avons ren­con­trés res­tent confiants dans l’ave­nir de leur pays. Les élec­tions à l’As­sem­blée cons­ti­tuante le 24 juillet pro­chain de­vraient don­ner au pays un ci­ment po­li­tique né­ces­saire à sa re­cons­truc­tion. La Tu­ni­sie est belle et libre et est plus que ja­mais à dé­cou­vrir. Ce voyage a été ren­du pos­sible grâce au bu­reau ca­na­dien de l’Of­fice na­tio­nal du tou­risme tu­ni­sien, à Sul­ta­na Tours et à TWS.

1. Mos­quée Zi­tou­na, un mo­nu­ment re­li­gieux ma­jes­tueux si­tué dans la Mé­di­na de Tu­nis, en Tu­ni­sie. 2. L'am­phi­théâtre d'El Jem, un mo­nu­ment du IIIe siècle à la beau­té in­tacte. 3. Les ar­ti­sans s'ac­tivent en at­ten­dant le re­tour des tou­ristes, à la Mé­di­na de...

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.