IMA­GI­NAIRE l’évo­lu­tion d’un spec­tacle

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Va­nes­sa Gui­mond

Ni­co­la Cic­cone peut se van­ter d’avoir fou­lé de nom­breuses scènes, au cours des treize der­nières an­nées. Presque huit mois après sa ren­trée mont­réa­laise, qui a eu lieu au Théâtre Mai­son­neuve de la Place des Arts, l’au­teur­com­po­si­teur-in­ter­prète se dit heu­reux à l’idée de re­pré­sen­ter ses chan­sons dans cette salle, un en­droit qui convient par­fai­te­ment au type de concert qu’il aime pré­sen­ter à son pu­blic.

« J’adore cette salle. Pour moi, c’est un peu comme une salle my­thique, af­firme d’em­blée ce­lui qui pré­sen­te­ra, le 14 juin, une sup­plé­men­taire de son spec­tacle Ima­gi­naire dans le cadre des Fran­coFo­lies. En plus, c’est une salle qui pro­fite beau­coup aux ra­con­teurs d’histoire. Le pu­blic est as­sis. Ça me per­met de créer un uni­vers un peu plus in­time, d’ame­ner les gens à écou­ter mes textes. » Sur son sixième al­bum en car­rière,

Ima­gi­naire, Ni­co­la Cic­cone parle d’amour, évi­dem­ment, mais il aborde éga­le­ment des thèmes plus dif­fi­ciles, comme la ma­la­die. Se­lon lui, cette salle lui per­met de faire « voya­ger » les gens à tra­vers les pa­roles de ses mo­no­logues et de ses chan­sons.

« Entre les mor­ceaux, je peux plus prendre mon temps. Je peux par­ler aux gens et pré­sen­ter mon tra­vail. Les mots

qu’on a peur d’en­tendre, qui parle de la ma­la­die, ne pour­rait pas être in­ter­pré­tée sur une scène ex­té­rieure, par exemple. »

UN AR­TISTE EN CONFIANCE

Ni­co­la, dont les yeux laissent trans­pa­raître une cer­taine sé­ré­ni­té, af­firme être plus confiant, au­jourd’hui, lors­qu’il monte sur une scène.

« Je pense que j’ai fait toutes les salles où il est pos­sible de jouer dans le cadre des Fran­cos. J’ai joué à Wil­frid-Pel­le­tier, au Spec­trum, au Club So­da et sur les scènes ex­té­rieures en fin de jour­née, au dé­but de ma car­rière », a-t-il dé­cla­ré.

« Plus je vieillis, plus j’aime le cô­té scé­nique de mon mé­tier, parce que je me sens en contrôle de plus en plus, a-til ajou­té. Sur scène, il ar­rive tou­jours des choses que je ne peux pas pré­voir, mais je suis mieux pré­pa­ré pour leur faire face. »

Lors de son re­tour à la Place des Arts, c’est en com­pa­gnie de quatre mu­si­ciens mul­ti-ins­tru­men­tistes que Ni­co­la pré­sen­te­ra 23 de ses chan­sons. Au me­nu, quelques pièces ex­traites de son plus ré­cent al­bum, mais éga­le­ment des mor­ceaux qui ont mar­qué son ré­per­toire ou qu’il sou­haite faire connaître aux gens.

« En fait, j’uti­lise mes chan­sons connues comme des al­liers pour faire dé­cou­vrir de nou­velles pièces au pu­blic, et ça marche. Les gens sont beau­coup plus ré­cep­tifs après avoir en­ten­du une chan­son qu’ils connaissen­t et qu’ils af­fec­tionnent plus par­ti­cu­liè­re­ment. »

ÉVO­LU­TION

De­puis sa ren­trée mont­réa­laise, en oc­tobre 2010, Ni­co­la Cic­cone a pré­sen­té

Ima­gi­naire à plus de 40 re­prises. Pour cette rai­son, le chan­teur es­time que ses ad­mi­ra­teurs mon­tréa­lais au­ront droit à une ver­sion dif­fé­rente du spec­tacle, puisque ce­lui-ci a évo­lué au fil du temps.

« Il y a des chan­sons que je suis obli­gé de faire sur scène, parce qu’on me les de­mande tel­le­ment. Par exemple, je ne fai­sais plus Nous se­rons six mil­liards, mais les gens ont tel­le­ment in­sis­té que je l’ai ré­in­té­grée au spec­tacle. Il y a aus­si des chan­sons qui n’étaient pas en­core po­pu­laires, en oc­tobre der­nier, que les gens ont fi­ni par adop­ter avec le temps, comme J’t’aime pas j’t’adore, a-t-il ex­pli­qué. Ces pièces ont un main­te­nant une place dif­fé­rente dans le spec­tacle, elles sont in­tro­duites au­tre­ment. »

VER­SION ES­TI­VALE

Ques­tion de se faire plai­sir, Ni­co­la Cic­cone a choi­si de ré­ar­ran­ger quelques chan­sons afin de lais­ser plus de place à l’ac­cor­déon, un ins­tru­ment qui ne se trou­vait pas à l’avant-plan, sur son al­bum. L’ar­tiste af­firme éga­le­ment ne pas avoir la même éner­gie se­lon les sai­sons. Il es­time, donc, que c’est à un concert es­ti­val qu’au­ra droit son pu­blic.

« Je suis un gars "vis­cé­ral", je suis dif­fé­rent en été et en au­tomne. J’ai une autre éner­gie. Pour moi, c’est nor­mal. Ça se res­sent dans mes mo­no­logues. J’ai un autre dé­bit. Je suis plus ex­tro­ver­ti, a-t-il af­fir­mé. En plus, comme ce n’est plus une pre­mière, il y a moins de ner­vo­si­té as­so­ciée au spec­tacle. »

Ni­co­la Cic­cone pré­sen­te­ra une sup­plé­men­taire d’Ima­gi­naire au Théâtre Mai­son­neuve de la Place des Arts, le 14 juin. Après s’être ac­cor­dé une pause bien mé­ri­tée, cet été, il re­pren­dra les spec­tacles au mois de sep­tembre, et ce, jus­qu’à la fin de sa tour­née, pré­vue pour dé­cembre 2011.

√ Ni­co­la Cic­cone se­ra en concert dans le cadre des Fran­coFo­lies, le 14 juin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.