FRED­DIE HIGH­MORE OU L’ART D’EM­BRAS­SER EM­MA RO­BERTS

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

Après avoir été la ve­dette d’Ar­thur et les Mi­ni­moys, voi­là que Fred­die High­more gran­dit dans The Art of Get­ting By et il parle de ses choix de rôles, de ses études et... du fait d’em­bras­ser Em­ma Ro­berts.

The Art of Get­ting By, en salle le 17 juin, est le pre­mier long mé­trage de Ga­vin Wie­sen qui en signe aus­si le scé­na­rio très au­to­bio­gra­phique. Pour in­car­ner George, un ado­les­cent new-yor­kais qui se dés­in­té­resse to­ta­le­ment de ses études avant de ren­con­trer Sal­ly (Em­ma Ro­berts), la fille de ses rêves, Wie­sen a choi­si Fred­die High­more, le Ar­thur de Luc Bes­son dans la tri­lo­gie éco­lo­gique Ar­thur et les Mi­ni­moys.

« C’est un film très réa­liste sur le pre­mier amour, le fait de gran­dir et de dé­cou­vrir qui on est », ex­plique l’ac­teur de 19 ans à l’agence QMI lors d’une en­tre­vue té­lé­pho­nique alors qu’il était de pas­sage à New York.

Son im­pli­ca­tion dans le pro­jet s’est ef­fec­tuée de ma­nière très na­tu­relle. « J’ai par­lé à Ga­vin un an avant le dé­but du tour­nage, nous nous sommes en­suite ren­con­trés à Londres et ce qu’il a vu a dû lui plaire. Les autres ac­teurs se sont en­suite joints à la dis­tri­bu­tion et nous sommes al­lés fil­mer à New York. »

Le tour­nage, d’une du­rée de cinq se­maines, a été par­ti­cu­liè­re­ment agréable. En plus d’Em­ma Ro­berts, qui in­carne sa dul­ci­née, on trouve Ri­ta Wil­son dans le rôle de la mère de George et Eli­za­beth Rea­ser (de la sa­ga Twi­light) dans ce­lui de la mère... du per­son­nage de Ro­berts!

« Vous n’êtes pas la seule à nous dire que nous avons tous une chi­mie im­pres­sion­nante à l’écran. En ef­fet, nous étions comme une fa­mille et nous nous sommes tous très bien en­ten­dus dès le dé­but. »

Contrai­re­ment à George, Fred­die n’a éprou­vé au­cun pro­blème à em­bras­ser Em­ma Ro­berts... « Nous nous en­ten­dions tel­le­ment bien que ce­la n’a pas été gê­nant. En plus, la scène a été tour­née à quatre heures du ma­tin, ce qui fait que nous étions dans un état presque se­cond, dit-il en riant. Le se­cret, c’est de faire abs­trac­tion de toute l’équipe qui est au­tour. »

LOIN D’AVOIR LA GROSSE TÊTE

Même s’il a tour­né avec les plus grands noms de l’in­dus­trie du ci­né­ma − John­ny Depp, Luc Bes­son, He­le­na Bon­ham Carter, pour ne ci­ter qu’eux − Fred­die High­more est loin d’avoir la grosse tête. « Je viens de fi­nir mes exa­mens, confie-t-il. Eh oui, je suis ins­crit à Cam­bridge en études d’arabe et d’es­pa­gnol. » Est-ce à dire qu’il re­nonce au grand écran?

« Non, je pense que mes études uni­ver­si­taires sont un moyen, comme George dans The Art of Get­ting By, de re­tar­der le plus pos­sible le mo­ment de faire un choix dé­fi­ni­tif de car­rière. » Des pro­jets sup­plé­men­taires, ac­tuel­le­ment « en négociatio­ns » et dont il n’a pas le droit de par­ler, « pour­raient se confir­mer à l’au­tomne ».

PHO­TO COURTOISIE Fred­die High­more campe un ado­les­cent new-yor­kais qui se dés­in­té­resse to­ta­le­ment de ses études, avant de ren­con­trer la fille de ses rêves.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.