FOR­MI­DABLE GA­BRIELLE

Ga­brielle

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Maxime Demers Agence QMI

C’est un film cou­ra­geux, mais aus­si pro­fon­dé­ment tou­chant que signe la ci­néaste Louise Ar­cham­bault avec son se­cond long-mé­trage, Ga­brielle, qui ar­rive sur nos écrans après avoir char­mé le pu­blic dans quelques fes­ti­vals à l’étran­ger.

Ga­gnant du prix du pu­blic au Fes­ti­val de Lo­car­no (comme Mon­sieur Laz­har il y a deux ans), Ga­brielle est une oeuvre d’une grande sen­si­bi­li­té qui touche en plein coeur. Un vrai feel good mo­vie, sin­cère et au­then­tique, qui ré­chauffe l’âme.

L’his­toire du film tourne donc au­tour de Ga­brielle (Ga­brielle Ma­rion-Ri­vard), une jeune femme de 22 ans qui vit avec le syn­drome de Williams (un han­di­cap in­tel­lec­tuel).

Do­tée d’un ta­lent ex­cep­tion­nel pour la mu­sique et le chant, elle par­tage sa vie entre ses cours de cho­rale, sa soeur (Mé­lis­sa Dé­sor­meaux-Pou­lin) et sa mère (Isa­belle Vincent) et enfin son amou­reux, Mar­tin (Alexandre Lan­dry), qui souffre éga­le­ment d’une dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle.

Mal­gré les ré­ti­cences de leurs en­tou­rages re­spec- tifs, Ga­brielle et Mar­tin as­pirent à pou­voir vivre leur amour nor­ma­le­ment et à avoir droit à leur au­to­no­mie.

PU­DEUR ET FI­NESSE

Im­pos­sible de ne pas tom­ber sous le charme de la ré­vé­la­tion du film, la for­mi­dable Ga­brielle Ma­rionRi­vard, qui souffre elle-même du syn­drome de Williams. Pé­tillante, res­pi­rant la can­deur et la joie de vivre, elle est le coeur et l’âme de ce très beau film réa­li­sé avec pu­deur et fi­nesse par Louise Ar­cham­bault ( Fa­mi­lia).

Op­tant pour une ap­proche qua­si do­cu­men­taire, la ci­néaste a trou­vé le bon ton, fil­mant ses ac­teurs avec spon­ta­néi­té et gé­né­ro­si­té, sans ja­mais tom­ber dans le mi­sé­ra­bi­lisme.

Au­tour de sa Ga­brielle, Louise Ar­cham­bault a d’ailleurs réuni une dis­tri­bu­tion au­da­cieuse com­po­sée d’ac­teurs pro­fes­sion­nels (dont l’ex­cellent Alexandre Lan­dry) et de per­sonnes at­teintes de dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle.

Un mé­lange heu­reux qui donne lieu à cer­taines scènes par­ti­cu­liè­re­ment émou­vantes, dont celles où la cho­rale de Ga­brielle chante avec Ro­bert Char­le­bois. Il faut voir ce Ga­brielle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.