SENSDESSUS DES­SOUS

Ils se consi­dèrent eux-mêmes comme un vieux couple. «On ne se parle plus et on n’a pas de sexe en­semble!» Pour­tant, après 20 ans en duo, Do­mi­nic Sillon et Mar­tin Cloutier ont en­core beau­coup plai­sir à faire rire.

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin RA­PHAEL.GEN­DRON-MAR­[email protected]­BE­COR­ME­DIA.COM √ Le duo Do­mi­nic et Mar­tin se­ra Fou au Théâtre St-De­nis les 24, 25, 27 et 28 sep­tembre. Il vi­si­te­ra la Salle Al­bert-Rous­seau, à Qué­bec, le 1er oc­tobre. Pour toutes les dates: do­mi­ni­cet­mar­tin

En hu­mour, rares sont les groupes ca­pables de du­rer. Même s’ils ont tou­ché sé­pa­ré­ment à d’autres pro­jets ces der­nières an­nées, Do­mi­nic Sillon et Mar­tin Cloutier ont tou­jours gar­dé le cap sur leur duo. Cet au­tomne, ils re­viennent avec un tout nou­veau spec­tacle, Fou.

« On cher­chait un titre qui se­rait por­teur, dit Mar­tin. Pour la pre­mière fois, on vou­lait une thé­ma­tique qui al­lait tein­ter tous les nu­mé­ros du show. On vou­lait aus­si faire un lien avec le titre de notre der­nier spec­tacle, In­sé­pa­ra

bles, qui par­lait de la per­cep­tion de ce que les gens avaient de nous deux.»

«Pour un hu­mo­riste, se faire dire “t’es drôle”, c’est un com­pli­ment, pour­suit-il. Mais de se faire dire “t’es fou”, c’est le com­pli­ment ul­time.»

LE FOU DE QUEL­QU’UN

Jus­qu’à quel point les deux co­miques sont-ils fous dans la vraie vie? «On est tous le fou de quel­qu’un, comme le dit l’ex­pres­sion, ré­pond Do­mi­nic. Moi-même, j’ai ap­pris aux gars, pen­dant nos ren­contres, qu’avant de me cou­cher, à tous les soirs, je barre les portes et je ferme les lu­mières dans le même ordre. Les soirs où je ne le fais pas, je dors mal.»

«De mon cô­té, ça m’ar­rive de par­ler tout seul, mais de faire plu­sieurs per­sonnes, ajoute Mar­tin. Comme pen­dant le lock-out au ho­ckey, à la minute où je fai­sais une ac­ti­vi­té rou­ti­nière, comme de pas­ser la ton­deuse, je fai­sais Ga­ry Bett­man et Do­nald Fehr et j’es­sayais de ré­gler le conflit de la Ligue na­tio­nale tout seul.»

À la mise en scène, le duo a une fois de plus fait confiance à Guy Jo­doin. «Quand on a fait le der­nier show avec lui, on avait l’im­pres­sion d’être un trio, dit Mar­tin. Il s’in­sère dans le duo, il voit les choses dans le sens qu’on les voit. On avait l’im­pres­sion d’avoir com­men­cé quelque chose qu’on n’avait pas ache­vé, la der­nière fois.»

DÉ­POUILLÉ

Ce nou­veau spec­tacle est plus dé­pouillé, au dire des deux hu­mo­ristes. «Mis à part le nu­mé­ro de la fin, il n’y a pas de per­son­nages, dit Mar­tin. De­puis long­temps, on vou­lait faire cet exer­ci­ce­là de se dire en nous-mêmes com­ment on pou­vait jouer plus sur les am­biances, sur les si­tua­tions. On a aus­si un pro­pos qui est plus de notre âge, car j’ai 43 ans et Do­mi­nic, 41.»

En jan­vier der­nier, le duo est re­tour­né dans les pe­tites salles, hors du ré­seau de dif­fu­sion of­fi­ciel, pour amor­cer son ro­dage. «Ça nous a per­mis de nous rendre compte, Do­mi­nic et moi, qu’après 20 ans, on a en­core le même fun qu’au dé­but. On aime ça em­bar­quer dans un char, faire deux heures de route et dire des niai­se­ries. Car oui, on est vrai­ment niai­seux, je suis triste de le dire!»

Alors que Do­mi­nic a col­la­bo­ré aux textes d’autres hu­mo­ristes, Mar­tin est quant à lui de­ve­nu mor­ning-man à CKOI. Qu’est-ce que le fait d’avoir des pro­jets ex­ternes a ap­por­té au duo?

«Quand Do­mi­nic a fait la script-édi­tion pour Mar­tin Pe­tit, j’ai trou­vé qu’il était très nour­ri de ça. Se frot­ter à un gars aus­si brillant et son­gé que Mar­tin lui a per­mis d’avoir un re­gard plus critique par rap­port à ce qu’on fait.»

MÊME HO­RI­ZON

«De mon cô­té, c’était un rêve que j’avais de­puis dix ans d’avoir un

mor­ning show. Tu ne choi­sis pas quand ça t’ar­rive et tu ne sais même pas si ça va t’ar­ri­ver. En même temps, Do­mi­nic fait la script-édi­tion de tout ce qui est hu­mour dans l’émis­sion. C’était im­por­tant pour moi qu’il ne soit pas trop loin.»

Après 20 ans en­semble, qu’est-ce qui ex­plique que Do­mi­nic et Mar­tin soit un couple du­rable?

«Les couples qui marchent re­gardent tou­jours le même ho­ri­zon, ré­pond Mar­tin. On a tou­jours par­ta­gé ce qu’on vi­vait en­semble, les joies comme les mo­ments plus dif­fi­ciles. On n’a pas de mé­rite. On est juste fait pour être en­semble. On a eu la chance in­ouïe de se trou­ver sur le même che­min. Je suis très ro­man­tique au­jourd’hui...»

«Vite une pelle, quel­qu’un!», ré­torque Do­mi­nic.

PHO­TO COURTOISIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.