Anne Dor­val et Élise Guil­bault

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION -

l’or­di­naire. Sté­phan Bu­reau et sa pe­tite équipe «vivent» long­temps avec les per­son­na­li­tés qu’ils re­çoivent. «On pense à nos in­vi­tés 12 mois par an­née, où on se re­lance avec des idées, où on sort des sté­réo­types, mais avec six mois à temps plein pour pro­duire les émis­sions. J’ai eu Re­né-Ri­chard Cyr sur mon écran pen­dant huit mois! lance-t-il. Je connais très bien mes in­vi­tés. Avec Les Grandes En­tre­vues, on veut créer de l’in­ti­mi­té et consa­crer du temps aux ar­tistes.»

«Ça prend du temps pour ex­pli­quer la somme de tes connais­sances. Il y a un cô­té mas­ter class là-de­dans. Ce n’est pas un hot seat non plus. On ne sort au­cun ca­davre du pla­card. Je suis res­pec­tueux de la vie in­time des gens. Je m’y aven­ture avec pu­deur et sais prendre la porte si elle s’ouvre. C’est un consen­te­ment mu­tuel. Tout est ri­gou­reu­se­ment scrip­té. Il y a 30-40 élé­ments en amont, je sais où je m’en vais tout en res­tant ou­vert aux ré­ponses. Parce que dans un monde idéal, un ani­ma­teur, tu ne dois pas l’en­tendre trop. Un ani­ma­teur ne doit pas être meilleur que son in­vi­té. Et les in­vi­tés sont d’une ex­trême gé­né­ro­si­té.»

UNE FOR­MULE ÉTU­DIÉE

« Les Grandes En­tre­vues offre chaque se­maine des mo­ments de grâce. Je me sou­viens d’avoir vu So­nia Va­chon bou­le­ver­sée par la pré­sence de Be­noît Brière sur le plateau, lui don­nant la ré­plique dans la scène du bal­con de Ro­méo et Ju­liette. Mar­tin Clou­tier, du duo Do­mi­nic et Mar­tin, a par­lé avec beau­coup d’émo­tions de la re­la­tion avec son père. Anne Dor­val a confié ses an­goisses face à la mort. Il n’y a pas de doute, nous as­sis­tons à des mo­ments pri­vi­lé­giés dans un en­ro­bage di­ver­tis­sant.»

«Dans la pro­chaine sai­son (qui dé­bute ce soir), vous ver­rez Pa­trice Ro­bi­taille nous li­vrer un ex­trait de Cy­ra­no – le coeur du pu­blic bat­tait dans sa main –, Ch­ris­tian Bégin, être dan­ge­reu­se­ment au­to­cri­tique avec une can­deur comme on en voit peu, et An­neMa­rie Cadieux nous en­traî­ner dans les cou­lisses de la tour­née avec Ro­bert Le­page. C’est fas­ci­nant.»

L’ani­ma­teur nous pro­met aus­si une émis­sion com­plè­te­ment dé­bile avec Fran­çois Pé­russe et, d’abord, 90 mi­nutes avec Guy Jo­doin, d’une grande gé­né­ro­si­té. «Au­jourd’hui, avoue-t-il, nous de­vons lutter contre notre propre concept pour évi­ter l’an­ti­ci­pa­tion. Les ar­tistes connaissen­t l’émis­sion et se font des scé­na­rios. Ré­my Gi­rard, par exemple, se dou­tait que nous al­lions re­ce­voir son grand ami Nor­mand Chouinard. Il ne se dou­tait pas par contre qu’il se­rait ap­pe­lé à plai­der comme lors de leurs études en droit. Nous de­vons tou­jours es­sayer de sur­prendre.»

«Nous avons créé un for­mat dis­tinct, étu­dié par d’autres dif­fu­seurs. Un for­mat qui tient la route de­puis 10 ans et qui, en s’ou­vrant au-de­là des hu­mo­ristes, ouvre la porte à plein de belles op­por­tu­ni­tés.» Et qui ren­verse petit à petit la ten­dance dans un monde où nous avons bien be­soin de nous ar­rê­ter un peu et de pro­fi­ter du mo­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.