HOM­MAGE À L’AMI­TIÉ ENTRE HOMMES !

HIS­TOIRES DE GARS Jay Du Temple, Si­mon La­france et Pa­trick Se­né­cal Les Édi­tions Goé­lette 256 pages

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - MA­RIE-FRANCE BORNAIS Le Jour­nal de Qué­bec

L’hu­mo­riste Jay Du Temple et les ro­man­ciers Pa­trick Se­né­cal et Si­mon La­france rendent hom­mage à l’ami­tié entre hommes, qu’elle soit mal­me­née, per­due ou re­trou­vée, dans un très di­ver­tis­sant (et par­fois très cru!) re­cueil de trois éton­nants pe­tits ro­mans, His­toires de gars.

Le pro­jet, ini­tié par les Édi­tions Goé­lette, va vrai­ment ré­jouir les fans de Pa­trick Se­né­cal, qui pré­sente un mi­ni­ro­man drôle, caus­tique et très cru, ins­pi­ré par la thé­ma­tique du ci­né­ma por­no, Cris

et gé­mis­se­ments. Son his­toire ra­conte le pro­jet am­bi­tieux de Jean-Fran­çois, un cin­quan­te­naire qui rê­vait de de­ve­nir un grand ci­néaste et tente de créer, avec ses chums, un « VRAI bon por­no ».

Un lait, un sucre de Si­mon La­france est dans un re­gistre com­plè­te­ment dif­fé­rent : il parle d’ami­tié, de re­la­tions fa­mi­liales et de ce qui peut ar­ri­ver quand on presse un peu trop le ci­tron. Son per­son­nage, Marc-An­dré, étu­diant à l’uni­ver­si­té et em­ployé chez Tim Hor­tons, voit son quo­ti­dien bous­cu­lé com­plè­te­ment lorsque son co­loc l’aban­donne pour al­ler vivre avec sa co­pine.

L’hu­mo­riste Jay Du Temple a fait sa pre­mière in­cur­sion en lit­té­ra­ture en écri­vant Re­trou­vailles, une au­to­fic­tion dans la­quelle Jay Du Temple, fraî­che­ment sor­ti de sa pre­mière sai­son à la barre d’Oc­cu­pa­tion Double, as­siste à ses re­trou­vailles du se­con­daire. Le tu­multe des ren­contres lui fait ex­plo­rer les fon­de­ments de l’ami­tié mas­cu­line et les émois des pre­mières amours.

« PAS DE LI­MITES »

Pa­trick Se­né­cal s’est bien amu­sé en écri­vant Cris et gé­mis­se­ments. « J’ai­mais l’idée d’His­toires de gars. Il n’y avait pas de li­mites : ce n’était pas obli­gé d’être de l’hor­reur, et c’est tant mieux parce que j’aime ça faire autre chose quand il y a des pro­jets pa­ral­lèles. Je pro­fite de ces pro­jets autres pour ex­plo­rer d’autres ave­nues », ex­plique-t-il en en­tre­vue.

Les seules contrainte­s qu’il avait : al­ler vers une his­toire « ty­pi­que­ment gars » et qu’il y ait de l’hu­mour, que ce soit lé­ger. « Quand l’hu­mour em­barque, quand ça ne se prend pas trop au sé­rieux, c’est plus fa­cile en­core de trai­ter des dif­fé­rences gars-filles. »

Le thème « ty­pi­que­ment gars » l’a in­té­res­sé. « Je me di­sais “de quoi je pour­rais par­ler qui est ty­pi­que­ment gars, et m’amu­ser avec ça?” J’ai pen­sé à la por­no. S’il y a quelque chose de ty­pi­que­ment gars, c’est la por­no. Je sais qu’il y a des filles qui écoutent de la por­no aus­si, mais c’est quand même quelque chose qui ap­par­tient beau­coup au do­maine des gars, au­tant par la clien­tèle que par la ma­nière dont c’est fait. J’ai vrai­ment pris le par­ti pris de faire de l’hu­mour avec ça.

« Il ne faut pas prendre ça au pre­mier de­gré, c’est sûr, aver­tit-il. C’est très cru, c’est très vul­gaire, et je vou­lais que cette vul­ga­ri­té serve l’hu­mour de l’his­toire. Tu ne peux pas par­ler de por­no sans dire les vraies af­faires, à un mo­ment don­né! Et j’es­pé­rais faire rire au­tant les gars que les filles. »

Il vou­lait aus­si, de fa­çon très lé­gère, ré­flé­chir sur ce qu’est la por­no­gra­phie main­te­nant, qu’est-ce que ça veut dire, à qui on s’adresse. « Le constat que les gars font dans mon ro­man, c’est que ça se peut pas, faire de la porn de qua­li­té... Mon per­son­nage, Jean-Fran­çois, n’as­sume pas. Il passe par toutes sortes d’étapes, par le dé­ni, pour y ar­ri­ver. »

Il vou­lait mettre en scène des gars de 50 ans, des gars de son âge. « Les gars de cette gé­né­ra­tion ont vu la porn évo­luer. Ils ont ces ré­flexions, de se dire que dans les an­nées 1980, c’était pas comme ça. Que ça s’est trans­for­mé. Mais le but pre­mier était de ri­go­ler, de faire rire. Avec peut-être un pe­tit édi­to­rial sur la por­no­gra­phie dans les an­nées 2000. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.