LE COS­TUME DE DEAD­POOL : UN CAUCHEMAR POUR RYAN REY­NOLDS !

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

Pas fa­cile d’être un su­per­hé­ros. Au-de­là des cas­cades éblouis­santes, il faut d’abord et avant tout réus­sir à en­trer – et sur­tout à tra­vailler – dans un cos­tume ul­tra mou­lant!

« ON FINIT PAR S’Y HABITUER, MAIS LES DÉ­BUTS SONT PÉNIBLES. JE ME SOU­VIENS DES PRE­MIÈRES FOIS. JE ME SUIS MIS À PANIQUER, J’ÉTAIS CLAUSTROPH­OBE, J’AVAIS L’IM­PRES­SION D’ÊTRE COINCÉ SOUS LE MASQUE. CAR IL FAUT SA­VOIR QUE JE NE PEUX PAS EN­LE­VER LE MASQUE TOUT SEUL, J’AI BE­SOIN QUE QUEL­QU’UN M’AIDE À LE RE­TI­RER. »

« J’AI EU PEUR ET J’AI EU, AU DÉ­BUT, DES PENSÉES PARANOÏAQU­ES. JE ME DEMANDAIS CE QU’IL M’AR­RI­VE­RAIT SI JE VOMISSAIS EN POR­TANT CE MASQUE, OU SI JE DEVAIS L’EN­LE­VER EN UR­GENCE. APRÈS UN MO­MENT, ON FINIT PAR NE PLUS Y PEN­SER. »

« J’AVOUE QUE LE PIRE, C’EST UN COS­TUME NEUF. JE PRÉFÈRE UTI­LI­SER LES COS­TUMES QUE J’AI PU USER UN PEU. C’EST UN PEU COMME UNE COMBINAISO­N DE COURSE DE MOTO, C’EST UN MA­TÉ­RIAU TRÈS RIGIDE. IL FAUT DONC QUE JE COURE PAR­TOUT ET QUE JE ME JETTE À TERRE PEN­DANT UNE HEURE EN­VI­RON POUR QU’IL S’ASSOUPLISS­E. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.