À TABLE AVEC LES CO­PINES !

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - MA­RIE-FRANCE BORNAIS Le Jour­nal de Qué­bec

Rom­pant avec l’as­pect plus sombre de ses trois ro­mans pré­cé­dents, la jour­na­liste et écri­vaine Pas­cale Wil­hel­my plonge tout droit dans l’uni­vers at­ten­dris­sant, au­then­tique, sou­vent très drôle, par­fois très émou­vant aus­si, des fa­meuses soi­rées entre co­pines dans son nou­veau livre, Sou­pers de filles.

Avec une plume di­recte et beau­coup d’hu­mour, Pas­cale in­vite les lec­trices – et les lec­teurs ! – à par­ta­ger la table de cinq co­pines qui ra­content leurs bon­heurs, leurs rêves et leurs an­goisses lors des pré­cieux « sou­pers de filles ».

Les rires s’en­tre­mêlent aux larmes, aux conseils et aux confi­dences dans cette suite de courts textes à sa­vou­rer avec un pe­tit cock­tail ou un thé pré­cieux – au goût. La lec­ture est ré­jouis­sante et elle a trou­vé le ton par­fait pour ex­plo­rer ce su­jet.

APRÈS UNE PAUSE

Ce ro­man a jailli après une pause d’écri­ture longue de six mois. « Le dé­cès de mon père a comme ta­ri quelque chose et après je me suis re­mise à l’écri­ture », par­tage-t-elle en en­tre­vue.

Cette fois, elle a « osé la lu­mière ». « Avec mes trois ro­mans, c’était une par­tie de moi que les gens ne connaissent pas... j’étais du cô­té sombre de la force. Mais cette fois, j’ai dé­ci­dé d’être rac­cord avec ce que je suis pro­fon­dé­ment, c’es­tà-dire le bon­heur et l’amour. L’amour de tes amis, de tes en­fants, de ton chum, de tout ça. »

« Avec ce livre, je vou­lais rendre hom­mage aux femmes d’au­jourd’hui, qui sont des ma­mans, des amantes, des tra­vailleuses, qui réus­sissent aus­si, mal­gré des ho­raires de fou, à trou­ver du temps pour culti­ver des ami­tiés. Je pense que c’est quelque chose qui ne se fai­sait pas au­tant avant, et qu’on a de plus en plus be­soin de faire si on veut être en ac­cord avec la vie des femmes au­tour de nous. »

SOI­RÉES SA­CRÉES

Pas­cale vou­lait aus­si rendre hom­mage à ces sou­pers, qu’on prend le temps de faire même si l’em­ploi du temps est char­gé. « Un sou­per de filles, c’est sa­cré. Quand on le fait, on ne le re­grette ja­mais. Je vou­lais mon­trer à quel point c’est sti­mu­lant, que ça fait du bien, que c’est la plus belle des thé­ra­pies. »

Elle a connu les sou­pers de filles alors qu’elle était dé­jà dans la tren­taine et mère de deux en­fants. « Il y a toute une par­tie de ma vie où je ne connais­sais pas ce bon­heur-là. Et au­jourd’hui, je ne m’en pas­se­rais ja­mais. » Elle a donc connu ces pre­mières soi­rées à l’oc­ca­sion de Star

Aca­dé­mie, il y a 17 ans.

PAS DE TA­BOUS

À son avis, les gens sont bien cu­rieux de dé­cou­vrir ce qui se dit dans ces fa­meuses soi­rées. « Ce sont des sou­pers où on se dit à peu près tout, où il n’y a pas de ta­bous. Mais on ra­conte peu, après. Ce sont des groupes res­pec­tueux qui gardent les se­crets des autres. »

Dans Sou­pers de filles, elle ré­vèle les con­ver­sa­tions entre filles, qui ne sont pas uni­que­ment ci­blées sur les hommes ou sur les his­toires d’amour. « On peut s’écla­ter. On est ca­pable de faire la fête. » Elle ra­conte d’ailleurs dans son livre la fois où elle avait don­né tous ses vê­te­ments...

« Il y a de belles dis­cus­sions. Je nous trouve in­té­res­santes, les filles, drôles aus­si. Je vou­lais mon­trer qu’on est tout ça. Des fois, on a des dis­cus­sions sur les en­jeux so­ciaux, sur l’édu­ca­tion. On parle de nos as­pi­ra­tions, de nos rêves. On fête nos réus­sites aus­si, parce qu’on avance toutes. On parle de voyages, de pro­jets. On par­tage nos pas­sions. Ça fait beau­coup de bien. Ça nous élève. »

VRAI OU FAUX ?

Pas­cale dit qu’il y a des choses vraies, d’autres pas dans le livre. « C’est plu­tôt quand il s’agit de moi que j’ai gar­dé la vé­ri­té. » Ce qu’elle ra­conte est donc « de la pure in­ven­tion ». « Je ne veux bles­ser au­cune de mes amies, que je veux gar­der. J’ai mo­di­fié cer­taines choses, par dé­li­ca­tesse et par ami­tié. »

En li­brai­rie le 16 mai.

Pas­cale Wil­hel­my est pré­sente dans le pay­sage cultu­rel qué­bé­cois de­puis de nom­breuses an­nées, à la ra­dio et à la té­lé.

Son pre­mier ro­man, Où vont les guêpes quand il fait froid ?, a été fi­na­liste au Grand Prix lit­té­raire Archambault 2015. Il y au­ra une suite à Sou­pers de filles.

SOU­PERS DE FILLES Pas­cale Wil­hel­my Édi­tions Libre Ex­pres­sion 208 pages

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.