LE FILM D’ADOS DE BIZ

Rap­peur de­ve­nu au­teur, Biz a l’ha­bi­tude de lan­cer des disques et des livres. Mais dans quelques jours, il vi­vra une toute nou­velle ex­pé­rience avec la sor­tie de l’adap­ta­tion ci­né­ma­to­gra­phique de son ro­man pour ado­les­cents La chute de Sparte : « C’est ex­cit

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

MAXIME DE­MERS Le Jour­nal de Mon­tréal

Biz s’est im­pli­qué à fond dans cette pre­mière ex­pé­rience d’écri­ture pour le ci­né­ma. En plus d’avoir cos­cé­na­ri­sé le film avec le réa­li­sa­teur Tris­tan Du­bois (un de ses bons amis), l’au­teur et rap­peur qui s’est fait connaître au sein du trio Lo­co Lo­cass a sui­vi toutes les étapes de la créa­tion du film.

« Je trouve ça trip­pant de voir à quel point c’est un tra­vail d’équipe, ad­met-il. Il y a plein de gens qui ont mis leur talent au ser­vice de cette his­toire que j’ai écrite. Je suis content aus­si parce que c’est la fin d’un long pro­ces­sus. Avec Tris­tan, on a com­men­cé à plan­cher sur ce film en 2011. Et moi, j’avais cette his­toire-là en tête au moins deux ans avant avec l’écri­ture du ro­man. Donc, ça fait qua­si­ment 10 ans que cette his­toire-là m’ha­bite. » Se­cond ro­man de Biz, La chute de

Sparte a été pu­blié en 2011 et a connu un beau suc­cès au­près des jeunes, au point où il est au­jourd’hui lu dans les écoles. Le livre (tout comme le film) nous amène dans l’uni­vers de Steeve Simard (joué par Lé­vi Do­ré), un ado­les­cent de 16 ans so­li­taire et in­tel­lec­tuel qui de­vra sor­tir de sa bulle suite à un évé­ne­ment tra­gique sur­ve­nu dans son école se­con­daire de Saint-Lam­bert.

« Tris­tan (Du­bois), qui est un bon ami à moi, est ve­nu au lan­ce­ment du livre en 2011. Après l’avoir lu en une jour­née, il m’a rap­pe­lé en me di­sant : “Je pense qu’il y a un film à faire avec cette his­toire”, ra­conte Biz.

« On a eu une pre­mière ren­contre peu de temps après pour com­men­cer à écrire le scé­na­rio en­semble. Ce qui est le fun avec Tris­tan, c’est qu’il a ap­por­té un re­gard de ci­néaste à cette his­toire. Ra­pi­de­ment, il m’a dit : “C’est bien, tu n’es pas at­ta­ché à chaque vir­gule de ton livre.” Per­son­nel­le­ment, j’y ai vu l’oc­ca­sion de ra­con­ter cette his­toire d’une autre fa­çon et en chan­geant des élé­ments que j’ai­mais moins dans le ro­man. C’est une chance qu’on n’a pas sou­vent en tant qu’au­teur de pou­voir ré­écrire une his­toire en es­sayant de l’amé­lio­rer. »

RE­VI­SI­TER SON ADO­LES­CENCE

Biz ne s’en cache pas : pour créer le per­son­nage prin­ci­pal de La chute de Sparte, il s’est beau­coup ins­pi­ré de sa propre ado­les­cence. « Comme tous les per­son­nages de mes livres, je pars de moi pour les créer, mais je di­rais que c’est par­ti­cu­liè­re­ment vrai avec ce­lui-là, note-t-il. Je me suis re­plon­gé dans mes an­nées d’ado­les­cence pour écrire le livre. Comme Steeve, j’étais un ado lit­té­raire, cri­tique et un peu cy­nique. Mais par contre, j’avais des amis con­trai­re­ment à Steeve qui en a très peu. J’étais dans ma tête, je fai­sais du skate avec ma gang. Mais je n’ai pas vé­cu d’évé­ne­ment dra­ma­tique comme ce qu’on voit dans le film. » À l’image du ro­man dont il est ti­ré, La chute de Sparte suit le mo­dèle des films d’ados à l’amé­ri­caine :

« C’est un film de genre et il y a donc des codes à res­pec­ter. C’est comme quand tu fais un film po­li­cier, il doit y avoir des ca­davres à un mo­ment don­né. Là, on s’est dit : on va faire un film de high school amé­ri­cain avec la belle fille, la grosse brute et le pe­tit nerd qui a du mal à sor­tir de sa tête. On a vou­lu faire un film qui goûte bon pour les jeunes avec du foot­ball, des pour­suites et de la bonne mu­sique. Mais on a vou­lu que ce soit aus­si nu­tri­tif donc on a in­clus aus­si de la poé­sie, de la my­tho­lo­gie et des ques­tions sur des pro­blèmes so­ciaux comme l’in­ti­mi­da­tion et l’ho­mo­pho­bie en ar­rière-plan. Il y a peut-être des jeunes qui vont se sen­tir in­ter­pel­lés par ça et qui vont avoir en­vie d’en par­ler après avoir vu le film. Ça, c’est la va­leur ajou­tée.

« On a aus­si vou­lu gar­der la di­men­sion poé­tique du livre. On la re­trouve dans la narration et les ré­fé­rences à Pierre Bour­gault et à Gas­ton Mi­ron. Com­bien de fois peut-on mettre des ré­fé­rences à Mi­ron dans un film qué­bé­cois et en­core plus dans un film d’ado au Qué­bec ? C’est une de nos fier­tés d’avoir réus­si à le faire. » Le film La chute de Sparte prend l’af­fiche ven­dre­di (le 1er juin).

Biz et le réa­li­sa­teur Tris­tan Du­bois ont si­gné en­semble le scé­na­rio du film La chute de Sparte.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.