LA FIC­TION AVANT TOUT

Quelques jours avant de pou­voir al­ler la voir dans La vie utile, qui se­ra pré­sen­tée à l’Es­pace Go du 28 mai au 1er juin dans le cadre du Fes­ti­val TransA­mé­riques, à Mon­tréal, voi­ci tous les coups de coeur lit­té­raires de l’ac­trice So­phie Ca­dieux.

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - KA­RINE VILDER Col­la­bo­ra­tion spéciale

Vous vous rap­pe­lez ce qui vous a don­né l’amour de la lec­ture?

Il y avait beau­coup de livres chez moi. Une grande bi­blio­thèque dans le sa­lon, où il y avait toutes sortes d’ou­vrages as­sez pra­tiques : en­cy­clo­pé­die de l’homme, en­cy­clo­pé­die de la san­té, en­cy­clo­pé­die des ma­la­dies, en­cy­clo­pé­die de la nais­sance, guide sur les an­ti­qui­tés, etc. J’ai le sou­ve­nir d’en dé­cou­vrir les images et de me ra­con­ter des his­toires. C’est comme ça que les livres sont en­trés dans ma vie.

Est-ce que vous li­sez de tout, ou est-ce que vous avez des genres de pré­di­lec­tion?

J’af­fec­tionne vrai­ment la fic­tion. Je suis une grande fan de ro­mans, de nouvelles, de poé­sie et de ro­mans gra­phiques, et de temps à autre, je vais glis­ser un pe­tit es­sai. J’aime me faire ra­con­ter des his­toires.

Jus­qu’à pré­sent, quels sont vos prin­ci­paux au­teurs pré­fé­rés?

Mon « all star », c’est vrai­ment Mar­cel Proust. J’ai lu deux fois À la re­cherche

du temps per­du, ex­cep­tion faite du der­nier tome. Je n’étais pas prête à le voir vieux, alors j’en ai re­com­men­cé la lec­ture de­puis le dé­but pour ap­pré­cier la beau­té de ses phrases qui se dé­plient sans ar­rêt. Je n’ai ja­mais vu quel­qu’un qui ob­serve aus­si bien les dé­fauts et les qua­li­tés de l’être hu­main. C’est in­croyable comme il sai­sit l’es­sence de toutes sortes de ca­rac­tères qui sont en­core au­jourd’hui aus­si vrais.

Au Qué­bec, ces temps-ci, je me suis en­ti­chée de Fanny Britt, une au­teure que j’aime beau­coup en­tendre. Les tran­chées : ma­ter­ni­té, am­bi­guï­té et fé­mi­nisme, en frag­ments, son es­sai sur la ma­ter­ni­té, m’a beau­coup plu. C’est une fille brillante qui se po­si­tionne avec force et fra­gi­li­té dans son rôle de mère.

Si on vous de­man­dait de dres­ser le pal­ma­rès de vos cinq ro­mans coups de coeur, quels titres se glis­se­raient dans la liste?

√ Un­less d’Hé­lène Mo­nette. Un ro­man qué­bé­cois avec un per­son­nage de jeune adulte qui se cherche, qui va avoir une phase dé­lin­quante. Son his­toire m’a ha­bi­tée long­temps.

√ La poé­sie de Gé­rald Go­din, dont l’oeuvre com­plète a été pu­bliée dans une an­tho­lo­gie in­ti­tu­lée Ils ne de­man­daient qu’à brû­ler. √ Gats­by le ma­gni­fique de Fran­cis Scott Fitz­ge­rald. En le li­sant, j’avais fait un film très puis­sant dans ma tête. √ Ex­trê­me­ment fort et in­croya­ble­ment près de Jo­na­than Sa­fran Foer. J’adore ces per­son­nages d’en­fants hé­ros lu­cides qui font face à l’ad­ver­si­té et qui nous offrent une re­lec­ture du monde à tra­vers leurs yeux…

√ Aveugles de l’ar­tiste fran­çaise So­phie Calle. Elle a de­man­dé à des aveugles de lui par­ler des beau­tés du monde et elle les a pris en photo. C’est vrai­ment mon livre d’elle pré­fé­ré.

Que li­sez-vous, quand vous avez en­vie de vous dé­tendre?

J’aime bien lire les jour­naux du wee­kend et les éti­rer pen­dant toute la se­maine. Quand j’ai cinq mi­nutes de­vant moi, plu­tôt que d’al­ler sur in­ter­net, je lis un court ar­ticle !

Et que li­sez-vous en ce mo­ment?

Je tra­vaille sur une mise en scène de

Fanny et Alexandre, alors j’ai com­men­cé à lire l’oeuvre d’Ing­mar Berg­man. Mais si­non, je lis Gé­rard : cinq an­nées

dans les pattes de De­par­dieu de Ma­thieu Sa­pin, une bande des­si­née sur Gé­rard De­par­dieu. L’au­teur a pas­sé cinq ans avec l’ac­teur, qui est par­fois un ogre et d’autres fois, tout doux! C’est vrai­ment très ré­jouis­sant.

Vous pou­vez nous par­ler de votre toute der­nière dé­cou­verte?

En fait, j’en ai deux : Il pleu­vait des

oi­seaux de Jo­ce­lyne Sau­cier, qui est as­sez poé­tique, et Ces hommes qui m’ex

pliquent la vie de Re­bec­ca Sol­nit, un es­sai dans le­quel l’au­teure re­vient sur toutes les fois où elle s’est fait ra­brouée, où les hommes la trai­taient comme une jeune étu­diante. C’est ex­trê­me­ment drôle.

Est-ce qu’il y a un per­son­nage de ro­man que vous ai­me­riez un jour vrai­ment in­car­ner, que ce soit à la té­lé ou au ci­né­ma?

Là en­core, j’ai deux ré­ponses : Bé­ré­nice Ein­berg de L’ava­lée des ava­lés de Ré­jean Du­charme, mon ro­man fé­tiche que je re­lis aux cinq ans. J’ai eu la chance d’en faire une lec­ture avec Lor­raine Pin­tal il y a deux ans et ç’a été un grand mo­ment. L’an der­nier en va­cances, j’ai lu An­na

Ka­ré­nine de Léon Tol­stoï et c’est un per­son­nage que j’ai­me­rais faire parce que c’est une femme par­ti­cu­liè­re­ment com­plexe. Au dé­but, on se dit « mais quelle conne ! », sauf que par la suite, on réa­lise à quel point elle est cou­ra­geuse !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.