RE­TOUR SUR L’ISLA NUBLAR

L’île du parc d’attraction­s n’a pas fi­ni de li­vrer tous ses se­crets ! Car, lors­qu’Owen Gra­dy (Ch­ris Pratt) et Claire Dea­ring (Bryce Dal­las Ho­ward) y re­tournent pour sau­ver les di­no­saures, ils se re­trouvent face à une si­tua­tion cau­che­mar­desque…

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - ISA­BELLE HONTEBEYRI­E

Colin Tre­vor­row, co­pro­duc­teur et cos­cé­na­riste de Monde ju­ras­sique : le

royaume dé­chu – ain­si que réa­li­sa­teur du vo­let pré­cé­dent – n’était que trop conscient des dif­fi­cul­tés qui at­ten­daient l’équipe de pro­duc­tion. « Ma crainte est tou­jours la même : que nous ne soyons pas ca­pables de convaincre le pu­blic de la né­ces­si­té d’un nou­veau film Parc ju­ras­sique. Le long mé­trage de 1993 était une ex­pé­rience sin­gu­lière et je me sou­viens l’avoir vu et avoir éprou­vé le sen­ti­ment que je n’avais pas be­soin d’une suite. Ce­la a donc été un dé­fi créa­tif quo­ti­dien. »

Au dé­part, Monde ju­ras­sique : le royaume dé­chu s’in­sère dans la fran­chise. Le vol­can de l’Isla Nublar est en érup­tion, et Owen Gra­dy (Ch­ris Pratt) et Claire Dea­ring (Bryce Dal­las Ho­ward) veulent sau­ver les di­no­saures, Owen sou­hai­tant par-des­sus tout re­trou­ver Blue, le vé­lo­ci­rap­tor pour le­quel il éprouve un at­ta­che­ment par­ti­cu­lier. Mais il y a plus… évi­dem­ment. Ben­ja­min Lo­ck­wood (James Crom­well) a de­man­dé à Owen et Claire de ra­pa­trier les di­no­saures dans un sanc­tuaire qu’il a créé. Et l’on re­trouve Ian Mal­colm (Jeff Gold­blum), le scien­ti­fique qui avait pré­dit l’apo­ca­lypse ain­si qu’Hen­ry Wu (BD Wong), le gé­né­ti­cien mal in­ten­tion­né d’InGen.

SURSAUTS…

« Ce que Monde ju­ras­sique est par­ve­nu à faire a été de re­créer le sen­ti­ment d’émer­veille­ment éprou­vé par le pu­blic en voyant à nou­veau des di­no­saures à l’écran. Par contre, j’étais d’ac­cord avec la vo­lon­té de Colin [Tre­vor­row] d’in­té­grer dans Monde ju­ras­sique : le royaume dé­chu un sen­ti­ment de peur, de dan­ger et de ter­reur qu’on trou­vait dans le tout pre­mier film de 1993 », a ex­pli­qué le réa­li­sa­teur J. A. Bayo­na aux mé­dias lors des ac­ti­vi­tés de pro­mo­tion du film en Eu­rope. L’Es­pa­gnol, connu pour son Or­phe­li­nat, sor­ti en 2007, a in­suf­flé une am­biance go­thique, no­tam­ment dans la se­conde par­tie du long mé­trage, et pui­sé dans ses sou­ve­nirs per­son­nels pour gé­né­rer un sen­ti­ment d’an­goisse chez les spec­ta­teurs. « Le fait qu’un monstre s’in­tro­duise dans ma chambre par la fe­nêtre était l’une de mes pires peurs quand j’étais en­fant. Et j’ai eu la chance de fil­mer cette scène pour le film », a-t-il in­di­qué. S’il se ré­clame de la su­per­pro­duc­tion de Ste­ven Spiel­berg, no­tam­ment dans la cons­truc­tion – et l’am­biance claus­tro­phobe de la deuxième moi­tié –, le ci­néaste a aus­si pré­ci­sé que ce nou­veau vo­let de la fran­chise ap­por­tait des élé­ments in­édits.

« Je crois que le plus grand chan­ge­ment que nous ap­por­tons est dans la ma­nière dont nous mo­di­fions cette fable mo­rale. J’ai tou­jours consi­dé­ré les his­toires de la sa­ga ju­ras­sique comme des fables mo­rales parce qu’on s’y penche sur la re­la­tion que l’Homme en­tre­tient avec la science, tout en condam­nant sys­té­ma­ti­que­ment l’hu­main, sans ja­mais condam­ner la science.

Dans ce cas pré­cis, la fable mo­rale se trans­forme en conte de fées. On y trouve tous les élé­ments d’un conte de fées : le châ­teau, la prin­cesse et le dra­gon. J’ai ado­ré ça, je suis tom­bé amou­reux de ce concept à la fois ra­fraî­chis­sant et no­va­teur. »

GROS BRAS ET TA­LONS HAUTS

Le per­son­nage de Bryce Dal­las Ho­ward dans Monde ju­ras­sique avait été am­ple­ment cri­ti­qué pour le fait qu’il pas­sait son temps à cou­rir en ta­lons hauts. Cette fois-ci, Claire Dea­ring est net­te­ment moins uni­di­men­sion­nelle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.