QUAND LA FÊTE D’AMIS TOURNE AU DRAME

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - √ De­puis la pu­bli­ca­tion de son pre­mier best-seller, La Nuit du re­nard, en 1979, Ma­ry Hig­gins Clark de­meure la reine du sus­pense. √ Ses ro­mans sont ven­dus dans le monde en­tier à des mil­lions d’exem­plaires. MA­RIE-FRANCE BOR­NAIS Le Jour­nal de Qué­bec

L’Amé­ri­caine Ma­ry Hig­gins Clark, la reine du sus­pense dont les ro­mans sont ven­dus à des mil­lions d’exem­plaires par­tout dans le monde, a ima­gi­né qu’une fête d’amis tour­nait au drame dans un quar­tier cos­su d’une ville du New Jer­sey dans son nou­veau ro­man, Der­nière danse.

Alors que ses pa­rents sont ab­sents, Ker­ry Dow­ling, 18 ans, or­ga­nise une grande fête dans la mai­son fa­mi­liale de Saddle Ri­ver.

Le len­de­main, son corps est re­trou­vé sans vie au fond de la pis­cine. Qui a bien pu as­sas­si­ner la jeune femme ? Qui lui en vou­lait ? Son pe­tit ami, avec qui elle s’était dis­pu­tée ? Un in­con­nu ?

L’étau se res­serre au­tour de Ja­mie, un jeune voi­sin han­di­ca­pé, en co­lère de ne pas avoir été in­vi­té à la fête. Sa mère n’ose pas croire qu’il ait pu com­mettre un geste pa­reil, mais ses pro­pos créent beau­coup de confu­sion.

Aline, la soeur de Ker­ry, est dé­ci­dée à dé­cou­vrir la vé­ri­té. En prê­tant main­forte au pro­cu­reur char­gé de l’enquête, elle ne réa­lise pas qu’elle met­tra, elle aus­si, sa vie en dan­ger.

LE SYN­DROME DE L’X FRA­GILE

Ma­ry Hig­gins Clark a fait quelque chose de vrai­ment spé­cial pour ce ro­man : elle s’est en par­tie ins­pi­rée de son pe­tit-fils Da­vid, qui souffre du syn­drome de l’X fra­gile, une ma­la­die gé­né­tique qui cause un re­tard cog­ni­tif, pour créer le per­son­nage de Ja­mie.

« Mon fils Dave tra­vaille avec moi. C’est lui qui m’a sug­gé­ré cette idée », ex­plique-t-elle en en­tre­vue té­lé­pho­nique de sa résidence du New Jer­sey.

La ro­man­cière à suc­cès a re­çu plu­sieurs té­moi­gnages très émou­vants à la suite de la pu­bli­ca­tion du livre.

« En­core au­jourd’hui, j’ai re­çu un cour­riel d’une lec­trice qui m’a dit à quel point l’his­toire l’avait tou­chée, car son fils a aus­si cette ma­la­die. Il a été ar­rê­té et in­car­cé­ré après avoir pro­fé­ré des me­naces à quel­qu’un, sans même sa­voir de quoi il par­lait. Elle m’a ré­vé­lé à quel point elle com­pre­nait les émo­tions que vi­vait la mère de Ja­mie, dans le ro­man. »

UNE FÊTE

L’idée de dé­part du ro­man, ajou­tet-elle, était de faire en sorte que des jeunes fassent une fête en l’ab­sence des pa­rents et que cette fête tourne mal. Mais au fur et à mesure qu’elle construi­sait son in­trigue, l’idée de la mère d’un en­fant ayant le syn­drome de l’X fra­gile est sur­ve­nue.

La mère de Ja­mie, veuve, passe vrai­ment un mau­vais quart d’heure dans le livre et se meurt d’in­quié­tude.

« Elle a vrai­ment peur que son fils dise quelque chose tout sim­ple­ment pour faire plai­sir à quel­qu’un et que sa dé­cla­ra­tion le conduise droit à une ar­res­ta­tion pour meurtre. »

TRA­VAIL PO­LI­CIER

Le sus­pense psy­cho­lo­gique est in­tense dans son ro­man et le per­son­nage du dé­tec­tive Mike Wil­son est par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sant.

« Je suis en­tré en contact avec un pro­cu­reur, de ma­nière à dé­crire le plus exac­te­ment pos­sible le tra­vail des po­li­ciers dans un cas sem­blable », no­tet-elle.

« Par exemple, les am­bu­lan­ciers ar­rivent en pre­mier sur les lieux pour ten­ter de sau­ver Ker­ry, la po­lice sur­vient en­suite, puis l’af­faire se re­trouve dans le bu­reau du pro­cu­reur quand ils réa­lisent qu’elle a re­çu un coup fa­tal à la tête. C’était très im­por­tant de pla­cer tous les faits cor­rec­te­ment, de ma­nière à don­ner un ef­fet très réa­liste au ro­man. »

UN BEST-SELLER

Ma­ry Hig­gins Clark est très heu­reuse de voir que le pu­blic a ai­mé son ro­man : l’édi­tion amé­ri­caine ori­gi­nale s’est re­trou­vée en pre­mière po­si­tion du pal­ma­rès du New York Times.

« J’ai eu 90 ans la veille de Noël. Quand les gens me de­mandent pour­quoi je conti­nue, je leur ré­ponds que j’adore écrire et qu’en plus, on me paie bien pour le faire ! Ce sont deux ex­cel­lentes rai­sons de conti­nuer ! »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.