KEIRA KNIGHTLEY IM­PRES­SIONNE

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - ISA­BELLE HONTEBEYRIE

Un film de Wash West­mo­re­land Avec Keira Knightley et Do­mi­nic West

Les pre­mières mi­nutes pas­sées,

Co­lette s’im­pose comme un film bio­gra­phique ex­trê­me­ment in­té­res­sant.

Co­lette (Keira Knightley) est une au­teure fran­çaise du siècle der­nier dont les ro­mans de la sé­rie des

Clau­dine ont eu une ré­per­cus­sion énorme. Co­lette a d’ailleurs re­çu le prix No­bel de lit­té­ra­ture en 1948.

On dé­couvre la jeune femme alors qu’elle se fait cour­ti­ser par Willy (Do­mi­nic West), édi­teur et au­teur pa­ri­sien. Après le ma­riage, en 1893, le couple s’éta­blit à Pa­ris. Willy, dé­pen­sier, ne par­vient pas à ga­gner suf­fi­sam­ment d’argent pour as­su­rer son train de vie. Il de­mande donc à sa femme d’écrire quelque chose de ven­deur qui se­ra édi­té sous son nom. C’est le dé­but de la sa­ga des Clau

dine et, consé­quem­ment, de l’éman­ci­pa­tion de la jeune femme. LI­BER­TÉ RA­FRAέCHIS­SANTE

Car Co­lette n’est pas qu’une plume. En avance sur son temps, la jeune femme est bi­sexuelle, a ou­ver­te­ment des aven­tures, em­brasse pu­bli­que­ment une autre femme, ses livres créent une vé­ri­table mode, elle est connue des mi­lieux ar­tis­tiques pa­ri­siens.

Écrit par Wash West­mo­re­land et Ri­chard Glat­zer, le duo der­rière le poi­gnant Tou­jours Alice, ce film se dis­tingue des oeuvres du même genre. Tout d’abord, la Co­lette pré­sen­tée ici n’est pas une mi­li­tante. Elle ne re­ven­dique pas ; elle af­firme. Af­firme vou­loir être re­con­nue comme l’au­teure des Clau­dine, em­brasse son amante Mis­sy (De­nise Gough) en pu­blic, sans se sou­cier des consé­quences. Elle n’est, non plus, ja­mais dé­peinte comme une vic­time. La so­cié­té de l’époque ne lui per­met pas d’être plei­ne­ment elle-même, mais elle vit, avance, crée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.