LA GRANDE NA­TURE HU­MAINE

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - MA­RIE-FRANCE BORNAIS

Pour son nou­veau ro­man, Un poi­gnard dans un mou­choir de soie, l’écri­vain et ac­teur de ta­lent Ro­bert La­londe a quelque peu mis de cô­té son ha­bi­tude de par­ler de la grande na­ture... pour se tour­ner da­van­tage vers la na­ture hu­maine.

Il a ima­gi­né une im­pro­bable, mais in­té­res­sante ren­contre entre trois per­son­nages. Ro­main, un pro­fes­seur de phi­lo à la re­traite, se re­met comme il peut du dé­cès de sa conjointe. Irène est une ac­trice cé­lèbre, mais, avec l’âge, elle a de plus en plus de mal à re­te­nir son texte. Jérémie, un jeune iti­né­rant à l’âme d’ar­tiste, pas­sa­ble­ment po­qué, trouve en eux des pa­rents de sub­sti­tu­tion pour as­su­mer sa propre his­toire.

Ré­cit sur la fa­mille, sur les gens qui se cherchent ? « Ce sont des per­son­nages que je connais, ex­plique-t-il. Cette dame comme le per­son­nage de mon livre, j’en ai con­nu des tas. Le vieux pro­fes­seur de phi­lo­so­phie aus­si. Des jeunes gar­çons comme Jérémie, aus­si, parce que j’ai en­sei­gné pen­dant des an­nées. Il y a des ins­pi­ra­tions très claires pour moi. Dans la vie, ils ne sont pas réu­nis de cette fa­çon, mais moi, je les ai réu­nis comme ça. »

L’écri­vain dit que ce livre est vrai­ment par­ti­cu­lier dans son par­cours et ne res­semble pas à ses ro­mans pré­cé­dents. « Il y a un peu de théâtre dans ce livre – on sent que mon ex­pé­rience de théâtre est là. Ça de­vait faire une nou­velle, au dé­part, puis ça s’al­lon­geait... et j’en ai fait un ro­man com­plet. »

LA TRANS­MIS­SION

Il se dit très pré­oc­cu­pé, de­puis plu­sieurs an­nées, par la trans­mis­sion. « On parle sou­vent de conflits gé­né­ra­tion­nels, de gens qui vivent cha­cun dans leur bulle. J’avais en­vie de mettre en­semble des per­son­nages qui ne sont pas des­ti­nés tant que ça à se ren­con­trer, mais qui eux, n’ont pas ces obs­tacles pour en­trer en contact. Ni des obs­tacles liés à l’âge ou sur le plan des dé­si­rs. Ils sont as­sez en de­hors de la mo­rale cou­tu­mière, les trois. »

Il trou­vait aus­si que ça fai­sait du bien de mettre en scène des per­son­nages âgés, « dont on parle tou­jours pas for­cé­ment d’une fa­çon po­si­tive, dans le jeu­nisme dans le­quel on est ». Il ajoute : « On en parle plus comme étant en dé­cré­pi­tude que d’en­core ca­pables de conti­nuer à vivre. »

Il dit aus­si qu’il a tou­jours en­vie d’al­ler au-de­là des cli­chés, tant sur les per­sonnes âgées que sur les jeunes iti­né­rants, qui sont bien sou­vent « beau­coup plus riches in­té­rieu­re­ment que ce qu’on peut sup­po­ser, à les voir en­ca­pu­chon­nés, à quê­ter au coin de la rue. Il y a quelques Mo­zart as­sas­si­nés par­mi ces jeunes-là ».

SUR LES PLANCHES

Au cours des pro­chaines se­maines, Ro­bert La­londe pas­se­ra beau­coup de temps sur les planches. On peut le voir jus­qu’au 14 oc­tobre au théâtre La Ru­brique de Jon­quière dans L’État, de Nor­mand Ca­nac-Mar­quis, « une pièce au conte­nu hu­main et po­li­tique as­sez fort », dit-il.

À la fin de l’hi­ver, il joue­ra dans une ver­sion mo­derne de La Mouette de Tche­khov, mais ne fe­ra pas de té­lé­vi­sion.

Ro­bert La­londe est écri­vain et co­mé­dien.

Il a écrit C’est le coeur qui manque en der­nier, entre autres.

Il pré­sente des confé­rences et en­seigne la créa­tion lit­té­raire.

UN POI­GNARD DANS UN MOU­CHOIR DE SOIE Ro­bert La­londe Édi­tions du Bo­réal 208 pages

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.