11 PER­SONNES SE CONFESSENT

Dans un nou­veau ro­man cho­ral d’une grande hu­ma­ni­té, En plein choeur, l’écri­vaine à suc­cès Ar­lette Cous­ture par­tage onze tranches de vie éche­lon­nées sur tout le 20e siècle. En vi­si­tant une église, ses per­son­nages de­mandent des comptes à Dieu. Tan­tôt avec

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - MA­RIE-FRANCE BORNAIS

De 1898 à la fin du siècle, les per­son­nages se ra­content, dans le si­lence de l’église. Ils parlent d’une femme qui a dû se ca­cher pour fa­bri­quer un ma­gni­fique vi­trail, d’un vo­leur de tronc qui se confesse, d’un sol­dat de la Pre­mière Guerre mon­diale, d’un père cho­qué que son en­fant soit dans un sa­na­to­rium. Pen­dant un siècle, des gens s’ouvrent, se disent, cherchent des ré­ponses, de­mandent des comptes à Dieu.

Ar­lette Cous­ture, qui s’est com­plè­te­ment in­ves­tie dans ce beau grand ro­man cho­ral, prouve sa maî­trise, son ta­lent pour rendre les émo­tions hu­maines. Il y a des re­mises en ques­tion, de la co­lère, par­fois du cha­grin, par­fois de l’amour.

Mais aus­si des adieux. « SEUL DÉ­NO­MI­NA­TEUR COM­MUN »

« Je vou­lais ra­con­ter un siècle de “pe­tites vies”, si tu me per­mets l’ex­pres­sion, au Qué­bec », dit-elle avec sim­pli­ci­té, en en­tre­vue. « L’église, c’était le seul dé­no­mi­na­teur com­mun que je trou­vais. Qu’est-ce qui unis­sait le monde, pen­dant presque un siècle ? C’était l’église. C’est là qu’il y a eu les plus grandes crises. Et quand ça fi­nit, l’église de­vient un res­tau­rant. » L’église ap­pa­raît dans les grands mo­ments de la vie des gens : la nais­sance, le ma­riage, les fu­né­railles, mais aus­si pour le res­sour­ce­ment. « Je vou­lais par­ler d’ins­tants de l’his­toire du Qué­bec dont un parle peu : l’aban­don des fermes, la fin de la peine de mort, les sa­na­to­riums. Des af­faires dont on parle peu, et qui ont eu des im­pacts ab­so­lu­ment im­por­tants. »

Deux de ses his­toires lui ont été ins­pi­rées par des cas vé­cus – celle qui se dé­roule dans les an­nées 1940, avec un sol­dat, et celle des sa­na­to­riums. « J’ai par­lé à du monde qui était al­lé en sa­na­to­rium. »

DEUX GUERRES MON­DIALES

Elle a été fas­ci­née par les deux guerres mon­diales dont elle parle dans le livre. « Je me suis ren­du compte que c’était peut-être les bre­telles du siècle, et de l’im­por­tance que ça peut avoir sur un peuple qui n’a ja­mais con­nu un front. Le peuple a don­né beau­coup d’hommes à des causes qui n’étaient pas les siennes, mais des causes de par­te­na­riat : la Pre­mière Guerre mon­diale, parce qu’on était dans le Com­mon­wealth, et la Deuxième Guerre mon­diale, parce qu’on était des Al­liés. »

Elle a ex­plo­ré ces guerres au tra­vers de deux sol­dats. L’un qui dé­couvre son ho­mo­sexua­li­té dans une tran­chée, et l’autre, une his­toire vraie, dra­ma­ti­sée, après avoir par­lé avec la veuve d’un sol­dat qui a chan­gé le cours de l’his­toire.

Quel constat fait-elle de notre Qué­bec, en ayant fait un tel tour d’ho­ri­zon cultu­rel et his­to­rique ? « Je ne sais plus si on a des choses en com­mun. Ça a dé­jà été l’église, l’ins­truc­tion. Je ne sais pas où on est : on parle à la né­ga­tive. On n’est pas ci, on n’est pas ça. Et ce qui m’a frap­pée, quand mon monde en­trait dans l’église pour par­ler à Dieu : ta­bar­nouche, il n’y a pas beau­coup de monde heu­reux ! »

Les his­toires qu’elle ra­conte ont for­cé des ques­tion­ne­ments. « Ça me for­çait à me dire : et toi, tu en penses quoi ? Je suis une athée fi­nie, donc je me sens plus ou moins concer­née, mais l’Église ca­tho­lique, c’est quelque chose que je connais très bien ! »

En li­brai­rie le 10 oc­tobre.

Ar­lette Cous­ture est l’au­teure, entre autres, des Filles de Ca­leb, dont le pre­mier tome est pa­ru en 1985.

Son oeuvre a sé­duit des cen­taines de mil­liers de lec­teurs dans le monde en­tier.

Ar­lette Cous­ture a rem­por­té plu­sieurs prix et dis­tinc­tions, dont le Prix du pu­blic du Sa­lon du livre de Mon­tréal à deux re­prises.

EN PLEIN CHOEUR Ar­lette Cous­ture Édi­tions Libre-Ex­pres­sion 224 pages

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.