PAS­CALE PI­CARD CHANGE DE CAP… ET CE N’EST PAS UNE MAU­VAISE CHOSE

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE -

L’au­teure-com­po­si­trice-in­ter­prète se ré­in­vente sur ce qua­trième al­bum.

Si l’ar­tiste s’est tout d’abord fait connaître, gui­tare à la main et son « band » à ses cô­tés, Pas­cale Pi­card re­vient à la charge, en so­lo, quatre an­nées après All Things Pass, avec un al­bum plus sombre et sé­rieux.

À dé­faut d’une meilleure ex­pres­sion : di­sons que The Beau­ty We’ve Found est son fa­meux « al­bum de la ma­tu­ri­té ». DU « BAND » À… COLDPLAY ?

Écrites en tour­née puis après l’ac­cou­che­ment de l’ar­tiste, ces nou­velles chan­sons – sou­vent plus pia­no­tées sur l’ivoire que grat­tées sur la six cordes – s’avèrent plus épu­rées que le ma­té­riel pro­po­sé pré­cé­dent. Une pro­po­si­tion plus pop que folk, sans tou­te­fois dé­lais­ser son genre de pré­di­lec­tion, bien évi­dem­ment.

Je ne m’at­ten­dais pas à écrire ça un jour, mais cet al­bum de Pas­cale Pi­card fait par­fois écho à Pa­ra­chutes de Coldplay. C’est un com­pli­ment, en pas- sant. C’était bien avant que le groupe ne de­vienne in­sup­por­table.

La réa­li­sa­tion d’An­toine Grat­ton est somp­tueuse et n’abuse pas trop des cordes.

Oh, et pour celles et ceux qui ré­cla­maient une pièce en fran­çais à l’ar­tiste, Pi­card pro­pose la bal­lade La

tempête… qui vient confir­mer que je pré­fère son ma­té­riel dans la langue de Sha­kes­peare. DE MA­TU­RI­TÉ ET DE TRAN­SI­TION ? Par sa pru­dence, The Beau­ty We’ve

Found peut lais­ser croire qu’il marque un tour­nant dans la car­rière de la chan­teuse qui semble ici en in­flé­chis­se­ment.

Bien que l’ex­pres­sion « al­bum de tran­si­tion » est gal­vau­dée et tangue sou­vent vers le né­ga­tif, ce n’est pas le cas ici. Pas­cale Pi­card livre une pro­po­si­tion 2 in­at­ten­due qui lui va bien.

Bref, du bon bou­lot.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.