DES FI­NALES ET DE LA MA­TIÈRE À RÉ­FLEXION

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - EM­MA­NUELLE PLANTE Col­la­bo­ra­tion spé­ciale em­ma­[email protected]­be­cor­me­dia.com

Plu­sieurs portes se sont ou­vertes cet au­tomne, tra­çant la voie pour de nou­velles in­trigues nous per­met­tant de dé­cou­vrir des fa­cettes moins connues de nos per­son­nages pré­fé­rés des séries dra­ma­tiques. Les 2es sai­sons de Blue Moon et Faits di­vers se sont ter­mi­nées cette se­maine. D’ici la fin du mois, plu­sieurs d’entre elles se­ront bou­clées, d’autres vont nous lais­ser sur le qui­vive pen­dant le temps des Fêtes ali­men­tant sans doute quelques conver­sa­tions. Pe­tit ré­su­mé d’un au­tomne de re­mises de ques­tion, de doutes, d’abus, de com­bats.

DIS­TRICT 31

Si j’étais dans la peau du com­man­dant Da­niel Chias­son, je fi­le­rais un mau­vais co­ton. Cet au­tomne, le meurtre de Pha­neuf teinte lit­té­ra­le­ment la sai­son. Nous, spec­ta­teurs, en sa­vons plus que tous les membres du SPGM. Si j’étais Pa­trick Bis­son­nette, je pour­sui­vrais mon épo­pée au­tour du monde quelque temps en­core, parce que l’étau se res­serre, des in­dices éveillent des soup­çons. Si j’étais Amé­lie Bé­ru­bé, je fe­rais bien at­ten­tion aux gestes que je pose. Un ex­cé­dent de confiance peut tout faire bas­cu­ler. Il y a en­core dans son pla­card quelques sque­lettes pas élu­ci­dés par rap­port au 31. Reste à voir où nous en se­rons dans cette sa­ga à la mi-dé­cembre. Et si j’étais Ya­nick Du­beau, j’at­ta­che­rais ma tuque avec de la broche, car ses col­lègues risquent de gron­der fort quand ils sau­ront ce qu’il cache dans son sous-sol. Bref, au quo­ti­dien, Luc Dionne réus­sit à nous gar­der en ha­leine. La lieu­te­nante Ga­brielle Si­mard a beau avoir l’air en contrôle, il se brasse tou­jours pas mal de choses au 31. Et il reste en­core des re­bon­dis­se­ments d’ici la pause des Fêtes. Jus­qu’au 20 dé­cembre

UNI­TÉ 9

Jeanne est sans doute le per­son­nage qui a connu le plus de re­bon­dis­se­ments à Liet­te­ville. Re­belle qua­si ir­ré­cu­pé­rable, de­ve­nue plus hu­maine au contact d’Élise et de Ma­rie, puis jus­ti­cière, elle s’est im­po­sée comme pré­si­dente des dé­te­nues. Fi­dèle à son frère et pri­son­nière de son pas­sé en­core plus que des murs de l’éta­blis­se­ment, elle s’est re­mise de bles­sures phy­siques, s’est lais­sé ap­pri­voi­ser par Kim. On pen­sait vrai­ment que Jeanne était sur la bonne voie… Jus­qu’au jour où, lors d’une sor­tie, sa vie a à nou­veau été bou­le­ver­sée et tra­hie. Cet au­tomne, après avoir tout fait pour mettre un terme à sa gros­sesse, Jeanne est de­ve­nue ma­man. Pas en­core dans sa tête, mais dans son corps. Ce bé­bé convoi­té est l’ob­jet de luttes par­mi son en­tou­rage. Une belle so­li­da­ri­té fé­mi­nine. Es­pé­rons qu’avec les encouragements d’Eyo­ta, de Ma­rie, de Kim, de Jo­sée, Jeanne au­ra en­vie de dé­non­cer. Shan­dy et Boule-de-quille sont aus­si à sur­veiller. Est-ce que leur règne de ter­reur est ter­mi­né? Jus­qu’au 27 no­vembre

L’HEURE BLEUE

Une gros­sesse non dé­si­rée a aus­si été au coeur des pré­oc­cu­pa­tions des per­son­nages de L’heure bleue cette sai­son. Cla­ra n’ar­ri­vait pas à s’at­ta­cher à son en­fant, mais re­vient sur sa dé­ci­sion. Au­ra-t-elle de l’aide de ses pa­rents ou de sa co­pine Zoé ? Alors que la fa­mille Bou­drias-Mo­ran a vé­cu des an­nées dif­fi­ciles, mar­quées par le deuil, la sé­pa­ra­tion, le men­songe, le dé­sir de re­faire leur vie, la fuite, ce pe­tit Charles est peut-être une bonne nou­velle après tout. Peut-être est-il le pré­texte d’un rap­pro­che­ment? Anne-Sophie re­trou­ve­ra-t-elle son ins­tinct ma­ter­nel au­près de son pe­tit-fils? Ils ont tous be­soin d’un peu de paix dans leur vie. Jus­qu’au 27 no­vembre

O’

La fa­mille O’Ha­ra est tou­jours sous ten­sion. Dans la fa­mille de Phi­lippe, le calme semble être de courte du­rée. Au bu­reau, Mé­la­nie, vice-pré­si­dente mar­ke­ting, lui fait de l’oeil. Et il n’est pas le pre­mier de la fa­mille à su­bir ses avances. Mais est-ce réel­le­ment une flamme ou quelque chose de pu­re­ment in­té­res­sé ? La belle semble jouer un double jeu. Est-elle un im­pos­teur? Pas cer­taine si elle res­te­ra chez Agua ou pas­se­ra dans le camp ad­verse. Pauvre Phi­lippe qui des­celle mal les mau­vaises in­ten­tions. Pa­ral­lè­le­ment, Anne, sa fille, semble flé­chir pour Lu­do­vic, le jeune bum qui vit chez Loui­sa. J’es­père qu’elle au­ra une in­fluence po­si­tive sur lui et non l’in­verse. Puis Éric com­mence à trou­ver lourde la dif­fé­rence d’âge et de ré­fé­rences qui le sé­parent d’avec Re­naud. Bref, les his­toires de couples sont au coeur des in­trigues de la mai­son­née de Phi­lippe O’Ha­ra. Jus­qu’au 27 no­vembre

LE JEU

Le phé­no­mène des trolls est un vé­ri­table fléau. Mais le cas de Marianne a pris des pro­por­tions dé­me­su­rées, in­quié­tantes, dan­ge­reuses. D’abord in­ti­mi­dée via les ré­seaux so­ciaux,

puis phy­si­que­ment lors d’un ga­la des Lu­dix et dans son nou­veau lo­ge­ment, la concep­trice de jeux vi­déo peine à re­voir le fil des évé­ne­ments. Les fa­meux Pas-de-Vie ont un im­pact si grand qu’ils af­fectent le stu­dio pour le­quel elle bosse. Si la jus­tice a mis le grap­pin sur Frank, un désaxé, il a été re­lâ­ché avec pro­messe de com­pa­raître, mal­gré la gra­vi­té de ses gestes. Des in­dices nous laissent aus­si croire que des col­lègues pour­raient être im­pli­qués dans ce mou­ve­ment hai­neux. La com­pé­ti­tion étant forte dans le mi­lieu. Dans le der­nier épi­sode, Marianne se re­trouve dans un cha­let pour se concen­trer sur un nou­veau jeu. Le se­tup par­fait pour une fin qui pour­rait être dra­ma­tique. Jus­qu’au 19 no­vembre

DE­MAIN DES HOMMES

Au hockey, un échange pour chan­ger beau­coup de choses. Sté­phane Meu­nier, main­te­nant coach, a réus­si à ins­tau­rer son style au­près de l’équipe de Montferrand, ra­me­nant une cer­taine har­mo­nie au sein du club. Il tente de se re­faire une si­tua­tion fi­nan­cière, af­fec­tive. Ça ra­mène aus­si un peu d’es­poir au­près des jeunes joueurs qui es­saient de trou­ver un sens à leur vie, et de me­ner une exis­tence hors glace. Et aux par­ti­sans pour qui la vie bat au rythme du hockey. Mais le sport a, comme la vie, ses re­vers. Le beau Max risque d’en payer le prix. Jus­qu’au 19 no­vembre

RUP­TURES

Une jeune fille qui veut être un gar­çon, une mère por­teuse qui veut gar­der l’en­fant, une ar­tiste qui se mu­tile in­quié­tant sa fille, les causes se suivent et ne se res­semblent pas dans le ca­bi­net d’Ariane Beau­mont. Mais outre les cas qu’elle a dû dé­fendre, deux toiles de fond ont pla­né cet au­tomne dans sa vie : la ven­geance de Jean-Luc sur Claude et la mort mys­té­rieuse de son père dont sa mère ne semble pas tout à fait in­no­cente. Est-ce ce qui a cau­sé des pro­blèmes car­diaques à la belle avo­cate ? De­puis trois sai­sons, on sait qu’elle cache un lourd pas­sé qui a d’ailleurs tein­té son choix de car­rière. Tout semble mis en place pour qu’on sache le fond de l’his­toire très bien­tôt. Jus­qu’au 3 dé­cembre

L’ÉCHAP­PÉE

Les jeunes de L’échap­pée ont pas mal la vie dure. Je m’in­quiète pour Xavier, ac­cro aux an­ti­dou­leurs. Je m’in­quiète pour Ro­sa­lie dont le père semble ve­nu d’une autre époque et l’a pro­mise contre son gré en ma­riage à un homme dans la qua­ran­taine. Je m’in­quiète aus­si pour Zoé, Clau­die, Joëlle prises dans les maillons des Louves Blanches, or­ga­ni­sa­tion in­fluente qui sé­vit sur les ré­seaux so­ciaux. Les jeunes filles vul­né­rables, bles­sées et en co­lère sont des proies fa­ciles. Je m’in­quiète pour Max qui en­tre­tient une re­la­tion étrange avec Ro­nald. On nage ici dans la pé­do­phi­lie, ce qui va aler­ter son père, Bru­no. Je m’in­quiète aus­si pour Bri­gitte, parce que Bru­no est co­lé­rique et im­pré­vi­sible et que cette si­tua­tion peut le rendre ex­plo­sif. Jus­qu’au 3 dé­cembre

L’heure bleue

Dis­trict 31

Uni­té 9

Rup­tures

O’

De­main des hommes

L’échap­pée

Le jeu

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.