PAR­LER DE DEUIL ET DE CHA­GRIN POUR PRENDRE LE TRAIN DE LA VIE

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - MA­RIE-FRANCE BORNAIS

En com­pa­gnie de l’illus­tra­trice pri­mée Del­phie Cô­té-La­croix, la chan­teuse et écri­vaine Sté­pha­nie La­pointe s’est ins­pi­rée de la perte et de la so­li­tude im­mense liée au cha­grin pour écrire son nou­vel al­bum illus­tré, Jack et le temps per­du.

Jack, un pê­cheur, fume la pipe, lit quand il se sent trop seul et rêve de voir une my­thique ba­leine grise à na­geoire dor­sale ci­ca­tri­sée.

Un jour, cette fa­meuse ba­leine s’em­pare de son fils. Jack jure de le re­trou­ver, quoi qu’il ar­rive, et se lance à sa re­cherche.

« Ce livre est une drôle d’his­toire. Les ro­mans gra­phiques, c’est comme des ac­ci­dents de poé­sie dans ma vie », par­tage la ga­gnante de la deuxième édi­tion de

Star Aca­dé­mie, en 2004. « Je ne sa­vais pas à ce mo­ment-là que j’avais be­soin d’abor­der la ques­tion du deuil. Pour­tant, je ve­nais de me sé­pa­rer. C’est ja­mais fa­cile. »

LES ÉPREUVES

« Je me suis mise à écrire Jack vrai­ment comme si j’écri­vais une pe­tite his­toire pour le plai­sir. Fi­na­le­ment, je me suis ren­du compte que non. Ce pê­cheur-là, c’était les craintes que j’avais de pas­ser à cô­té des choses, mais sur­tout de me lais­ser chan­ger par l’épreuve ou de de­ve­nir ai­grie par l’épreuve. À la fin du ré­cit, je me suis dit que j’étais en train de par­ler de quelque chose de tel­le­ment per­son­nel... C’est là que j’ai su que je vou­lais le tra­vailler et le pu­blier. »

Les sen­ti­ments de perte, de so­li­tude sont cam­pés dans un en­vi­ron­ne­ment ma­ri­time, ma­gni­fi­que­ment illus­tré par Del­phie.

« J’ai l’im­pres­sion que, de tout temps, l’homme a été fas­ci­né par l’océan. S’il y a bien un en­droit où on n’est pas maître des lieux, c’est là. En même temps, il n’y a pas un en­droit où on se sent plus en vie que sur l’océan. » Cam­per son his­toire dans un per­son­nage d’homme lui a fait du bien. « Des fois, j’ai l’im­pres­sion qu’on a be­soin de s’éloi­gner des per­son­nages qui nous res­semblent trop, pour être ca­pable d’être en­core plus per­son­nel. » Elle dit que son livre conçu pour les 7-77 ans n’est pas fa­ta­liste, mais rap­pelle qu’il y a un mo­ment, dans la vie, où on réa­lise que si on ne fait pas at­ten­tion, il y a des choses qui vont pas­ser. « Le train de la vie va pas­ser. Je trou­vais que c’était une belle mo­rale. » Sté­pha­nie La­pointe a re­çu les illus­tra­tions de Del­phie comme un ca­deau. « Il fal­lait qu’on trouve un lan­gage com­mun. Ça me fait tel­le­ment pen­ser au jour où tu trouves “le” gui­ta­riste qui ar­rive à ex­pri­mer ta sen­si­bi­li­té ! »

FAN­NY CLOU­TIER AU CI­NÉ­MA

En pa­ral­lèle, elle signe aus­si la sé­rie jeu­nesse Fan­ny Clou­tier aux Édi­tions Les Ma­lins. Le deuxième tome vient de pa­raître.

« Il va y avoir deux tomes par an­née. Je tra­vaille avec Ma­rianne Ferrer. On a fait un pro­jet un peu fou de scrap­book. Mon per­son­nage, c’est une ado qui a per­du sa mère. Il y a plein de choses qu’elle n’est pas ca­pable d’ex­pri­mer, donc elle se met à des­si­ner. On a fait un pro­jet de ro­man stan­dard où tout est illus­tré en cou­leur. »

Ça va su­per bien! « On a ven­du les droits par­tout en Eu­rope et Film Vi­sion 4, qui a fait le film Au­ré­lie La­flamme, a ache­té les droits pour le tome 1. Je suis en train de l’adap­ter en scénario. La sé­rie a dé­col­lé vrai­ment vite. On est su­per contentes du che­min que c’est en train de prendre ! »

STÉ­PHA­NIE LA­POINTE ET DEL­PHIE CÔ­TÉ-LA­CROIX

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.