LE POR­TRAIT D’UNE FEMME D’EX­CEP­TION

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - MA­RIE-FRANCE BORNAIS

Après avoir ra­con­té l’his­toire de son an­cêtre dans De tendres as­pi­ra­tions, la ro­man­cière Syl­vie Go­beil s’est pen­chée sur celle d’une grande phi­lan­thrope mont­réa­laise, Ma­rie-Louise Glo­bens­ky, dans son nou­veau ro­man his­to­rique, La­dy La­coste.

Avant d’écrire le livre, l’au­teure ne connais­sait pas cette femme qui est consi­dé­rée comme l’une des plus grandes phi­lan­thropes de son époque, et qui s’est beau­coup im­pli­quée dans la fon­da­tion de l’hô­pi­tal Sainte-Jus­tine. Elle était éga­le­ment dame pa­tron­nesse de l’hô­pi­tal Notre-Dame.

« Je n’avais ja­mais en­ten­du par­ler de son nom », com­mente Syl­vie Go­beil, en en­tre­vue.

« Mais j’aime faire du ro­man his­to­rique, sans in­ven­ter des per­son­nages. Ma pré­di­lec­tion, c’est le 19e siècle. Je cher­chais une femme qui a mar­qué son époque, mais qu’on ne connais­sait pas. »

En feuille­tant dans les ar­chives, elle est tom­bée sur la pho­to d’une femme d’un cer­tain âge, en­tou­rée de sept jeunes femmes. C’était La­dy La­coste.

« Ç’a pi­qué ma cu­rio­si­té... et j’ai réa­li­sé que c’était la mère de Ma­rie Gé­rin-La­joie et de Jus­tine La­coste-Beau­bien. J’étais em­bal­lée! »

En li­sant les bio­gra­phies de ces femmes – la pre­mière est une pion­nière de la dé­fense des droits des femmes au Qué­bec et la deuxième fut ges­tion­naire de l’hô­pi­tal Sainte-Jus­tine –, une constante re­ve­nait : elles re­mer­ciaient leur mère pour son ou­ver­ture d’es­prit.

Ma­rie-Louise Glo­bens­ky, née dans une fa­mille bour­geoise de Mon­tréal, s’est ma­riée à 17 ans avec un avo­cat de Bou­cher­ville, Alexandre La­coste.

Elle est de­ve­nue La­dy La­coste après l’ano­blis­se­ment de son ma­ri par la reine Vic­to­ria. Elle sou­hai­tait que ses sept filles de­viennent des femmes éman­ci­pées et en­ga­gées.

L’ÉPOQUE VIC­TO­RIENNE

Syl­vie Go­beil a donc choi­si de ne pas la lais­ser dans l’ombre et s’est in­té­res­sée à elle, pour voir quel genre de vie elle avait me­née.

« Elle était très gé­né­reuse, très croyante, très pieuse. Elle re­pré­sen­tait la dame vic­to­rienne de son époque, à Mon­tréal.

« Elle et son ma­ri ont cô­toyé des gens très in­fluents, que ce soit en po­li­tique ou en re­li­gion. Elle est même al­lée à Rome pour avoir une au­dience avec le pape », ajoute-t-elle.

Ma­rie-Louise Glo­bens­ky, dans sa jeu­nesse, a aus­si pas­sé beau­coup de temps avec Louis-Jo­seph Pa­pi­neau, un ami de ses pa­rents.

JOUR­NAL IN­TIME

Pen­dant toute sa vie, Ma­rie-Louise Glo­bens­ky a te­nu un jour­nal in­time, dans le­quel elle consi­gnait, comme les femmes édu­quées de l’époque, les évé­ne­ments mar­quants de sa vie quo­ti­dienne.

Ces jour­naux sont consi­gnés à Bi­blio­thèque et Ar­chives na­tio­nales du Qué­bec, et l’au­teure s’est ren­due sur place pour les consul­ter.

« Les six tomes ne sont pas tou­jours in­té­res­sants. C’est très ri­gide, très rhé­to­rique. Les mo­ments où elle se lais­sait al­ler plus à l’émo­tion, je les ai mis dans le livre. »

Syl­vie Go­beil a aus­si écrit De tendres as­pi­ra­tions.

Elle ha­bite à Sainte-Ca­the­rine, sur la Rive-Sud de Mon­tréal.

LA­DY LA­COSTE, Syl­vie Go­beil. Les Édi­teurs réunis, 440 pages.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.