L’ÉVEIL À LA PAS­SION DANS LE CU­BA DES AN­NÉES 70

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - MA­RIE-FRANCE BORNAIS

La grande ro­man­cière cu­baine Zoé Val­dés pro­pose cet au­tomne un grand ro­man d’ap­pren­tis­sage, qui parle d’amour, de dé­sir, de li­ber­té, sur une trame cu­baine dans les an­nées 1970, De­si­rée Fe. Ro­man ma­gni­fique, ly­rique, su­per­be­ment co­lo­ré, qui fait hon­neur au corps et à ses plai­sirs, vé­cus avec art et pas­sion.

Zoé Val­dés re­vient sur les lieux de son en­fance et de son ado­les­cence, dans La Ha­vane des an­nées 1970, dans ce ro­man nos­tal­gique.

Elle ra­conte les rêves d’une fille, De­si­rée Fe, ses dé­si­rs et ses frus­tra­tions d’ado­les­cente, son ap­pren­tis­sage très libre de la sexua­li­té. Tout s’ins­crit sur les ruines d’un pays au déses­poir, où les jeunes vi­vaient entre les toits des mai­sons et la mer.

Son ro­man est ex­cellent et tra­duit l’am­biance de Cu­ba à l’époque. « Je me suis ser­vie de mon ex­pé­rience, et de celle d’autres amis, d’autres filles », ex­plique Zoé Val­dés, en en­tre­vue.

« C’était sur­tout l’ex­pé­rience de toute une gé­né­ra­tion : je vou­lais dé­crire cette gé­né­ra­tion des an­nées 1970, com­ment on a vé­cu le dé­sir et sur­tout l’en­vie de se don­ner et d’ap­prendre des choses à tra­vers nos corps et à tra­vers notre en­vie de li­ber­té. »

BONS ET MAU­VAIS SOU­VE­NIRS

La li­ber­té est jus­te­ment un thème très fort du ro­man. Quel sou­ve­nir garde-t-elle de ces an­nées ?

« Il y a de tout : il y a des mo­ments où je pense que c’était ce qu’il fal­lait vivre, qu’on ne pou­vait pas faire au­tre­ment. On croyait que la vie était nor­male comme ça. »

« Je garde des bons sou­ve­nirs, et de très mau­vais sou­ve­nirs aus­si, par exemple l’époque de pri­son de mon père, et la par­tie la plus com­plexe, com­ment on de­vait ca­cher les choses qu’on de­vait pen­ser et oc­cul­ter la vé­ri­té pour être dans la dis­ci­pline de ce ré­gime to­ta­li­taire. C’était très com­plexe à vivre, sur­tout quand on est jeune : on doit avoir un double lan­gage, pen­ser d’une fa­çon à l’in­té­rieur et ex­pri­mer un autre lan­gage. »

DÉ­SIR ET LI­BER­TÉ

Zoé Val­dés ex­prime toute la ri­chesse du dé­sir fé­mi­nin à tra­vers le per­son­nage de De­si­rée Fe, sans in­hi­bi­tion.

« J’ai tou­jours vou­lu écrire sur le dé­sir, la li­ber­té, l’art et l’amour. Ce sont les su­jets qui me prennent au coeur et qui sont mes pré­fé­rés de­puis le dé­but. C’est vrai qu’il y a des ro­mans qu’on écrit avec la tête, des ro­mans qu’on écrit avec le coeur, avec les mains, et d’autres ro­mans qu’on écrit avec tout son corps. » Elle a écrit ce ro­man à un mo­ment où elle était très ma­lade. « J’étais dans un hô­pi­tal. J’ai com­men­cé à écrire parce que je vou­lais me soi­gner, et ne pas ef­fa­cer ces mo­ments de dé­cou­verte que j’ai eus avec un homme qui m’a beau­coup ins­pi­rée avec son dé­sir et son corps, et avec sa sa­gesse et ses connais­sances. Il m’a ap­pris beau­coup sur la mu­sique et je ne vou­lais pas que ça s’en aille de moi. Chaque cha­pitre est un mor­ceau de mu­sique, avec les dif­fé­rents genres de mu­siques cu­baines. »

Zoé Val­dés note que les pas­sages sen­suels du ro­man sont liés à un phé­no­mène cultu­rel.

« La sen­sua­li­té fait par­tie de la culture cu­baine, avant 1959 et après. Mais à cette époque, la sexua­li­té était une forme de re­fuge : c’était la seule fa­çon qu’on avait d’ex­pri­mer notre dé­sir de li­ber­té. »

L’écri­vaine fait re­mar­quer le sous-titre du ro­man : L’in­no­cente por­no­graphe.

« Pour­quoi ? Parce qu’en li­sant le ro­man, on peut croire dès le dé­but que le ro­man est un ro­man por­no­gra­phique... mais après, on va voir que la vraie por­no­gra­phie, la por­no­gra­phie pas ar­tis­tique, d’une lai­deur in­sup­por­table, c’est la po­li­tique. »

Zoé Val­dés est ro­man­cière, poète et scé­na­riste.

Elle est née à La Ha­vane en 1959 et vit en France de­puis 1995.

Ses livres sont tra­duits par­tout dans le monde.

DE­SI­RÉE FE Zoé Val­dés Édi­tions Ar­thaud 360 pages

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.