«NOUS AVONS BESOIN DE MARY POPPINS » – EMI­LY MOR­TI­MER

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

De pas­sage à To­ron­to la se­maine der­nière pour la pro­mo­tion du film

Le re­tour de Mary Poppins met­tant en ve­dette Emi­ly Blunt dans le rôle-titre, Emi­ly Mor­ti­mer, qui in­carne Jane Banks, a par­lé de son amour pour la gou­ver­nante ico­nique et la ma­nière dont elle a abor­dé sa par­ti­ci­pa­tion à cette suite.

ISA­BELLE HONTEBEYRI­E Agence QMI

C’est à la de­mande du réa­li­sa­teur Rob Mar­shall et de son co­pro­duc­teur John DeLu­ca qu’Emi­ly Mor­ti­mer a ren­con­tré les deux hommes à New York.

« Rob m’a ex­pli­qué pour­quoi il fal­lait ra­me­ner le per­son­nage de Mary Poppins. Il m’a aus­si in­di­qué qu’il vou­lait don­ner vie au pro­jet. Il m’a vrai­ment convain­cue, à tel point qu’au sor­tir de cette réunion, j’ai ap­pe­lé mon agent et je lui ai in­di­qué que je vou­lais vrai­ment faire ce film. Et je n’avais pas lu le scé­na- rio », a-t-elle dé­taillé à l’Agence QMI lors d’une en­tre­vue té­lé­pho­nique.

« Comme tout le monde, j’ai beau­coup ai­mé [le film] Mary Poppins quand j’étais jeune. Je l’ai aus­si mon­tré à mes en­fants un nombre in­cal­cu­lable de fois lors­qu’ils étaient pe­tits. Mais il y a quelque chose dans la vi­sion de Rob qui m’a fait me dire que je de­vais faire par­tie de ce film. En écou­tant les réac­tions des gens de­puis quelques jours, je me rends compte qu’il a at­teint l’ob­jec­tif qu’il s’était fixé. »

« Son ob­jec­tif était d’ap­por­ter du bon­heur aux gens à une époque où, dans notre in­cons­cient col­lec­tif, nous nous sen­tons tous un peu per­dus et confus. »

Dans cette suite qui se dé­roule 30 ans après le Mary Poppins de 1964, la gou­ver­nante re­vient ai­der Mi­chael (Ben Whi­shaw), de­ve­nu veuf, ses trois en­fants et sa soeur Jane. « La vie a por­té des coups aux en­fants Banks, de­ve­nus adultes. Ces per­son­nages que l’on a connus in­no­cents ont souf­fert », de sou­li­gner Emi­ly Mor­ti­mer. En ef­fet, Mi­chael et Jane étaient du pre­mier long mé­trage. « Nous avons besoin de Mary Poppins en tant qu’adultes, peut-être même plus que lorsque nous étions en­fants. Elle nous ap­prend qu’il est im­por­tant de conser­ver notre ima­gi­na­tion d’enfant. Cette cu­rio­si­té, cette joie éprou­vée jeune doit de­meu­rer au fur et à me­sure que l’on vieillit. Car c’est une es­pèce de re­mède à la vie. »

CO­MÉ­DIE MU­SI­CALE

L’ac­trice de 47 ans, vue no­tam­ment dans l’ex­cel­lente sé­rie d’HBO Salle des nou­velles, a éga­le­ment eu l’oc­ca­sion de chan­ter, car Le re­tour de Mary Poppins est une co­mé­die mu­si­cale.

« Je chante trois lignes et j’étais ter­ri­fiée pen­dant le tour­nage. À l’école, quand j’étais enfant, je me fai­sais trai­ter de cor­beau par les autres élèves tel­le­ment je ne sa­vais pas chan­ter », s’est-elle sou­ve­nue.

Avec ce long mé­trage, de nou­velles gé­né­ra­tions d’en­fants se­ront éle­vées en connais­sant la gou­ver­nante haute en couleur, quelque chose dont Emi­ly Mor­ti­mer se ré­jouit.

« Les en­fants ont tou­jours été fas­ci­nés par Mary Poppins et ont gran­di en ap­pré­ciant le film. Les his­toires de PL Tra­vers [l’au­teure des livres, NDLR] sont conçues comme de mi­ni aven­tures, dans les­quelles on peut en­trer et sor­tir à son gré. Ce nou­veau film peut être vu sans qu’on connaisse le pre­mier, et ça, c’est for­mi­dable. »

Le re­tour de Mary Poppins ar­rive dans un ci­né­ma près de chez vous le 19 décembre.

Emi­ly Blunt dans le rôle de Mary Poppins

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.