CE QU’ON SAIT DU NOU­VEAU M. NIGHT SHYA­MA­LAN

Bruce Willis et Sa­muel L. Jack­son re­prennent leurs rôles de L’in­des­truc­tible tan­dis que James McA­voy re­trouve ce­lui de Di­vi­sé dans Verre, un long mé­trage pour le­quel le se­cret règne en maître..

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - ISA­BELLE HONTEBEYRI­E

Quand L’in­des­truc­tible sort sur les écrans il y a 18 ans, au­cun des su­per­hé­ros de Mar­vel n’a en­core fait l’ob­jet d’un film. « Je par­ti­ci­pais à une té­lé­con­fé­rence avec les stu­dios et ils me di­saient qu’on ne pou­vait par­ler ni de co­mics ni de su­per­hé­ros parce que c’était trop obs­cur », confiait M. Night Shya­ma­lan au Co­mic-Con de San Die­go l’été der­nier. En près de deux dé­cen­nies, le monde du ci­né­ma a bien chan­gé. Hommes et femmes aux pou­voirs spé­ciaux font dé­sor­mais par­tie du quo­ti­dien des ci­né­philes.

Fi­dèle à son amour du se­cret et au fait de ne rien vou­loir dé­voi­ler des dé­tails de l’in­trigue de son nou­veau film, voi­ci ce que le ci­néaste a néan­moins ré­vé­lé…

L’HIS­TOIRE

Da­vid Dunn (Bruce Willis) part à la pour­suite de The Beast, per­son­na­li­té de Ke­vin Wen­dell Crumb (James McA­voy), alors qu ’Eli­jah Price (Sa­muel L. Jack­son), aus­si connu sous le nom de Verre, dé­tient des se­crets sur les deux hommes. Au-de­là de cette ph­rase of­fi­cielle, M. Night Shya­ma­lan a in­di­qué être « fas­ci­né par les no­tions de bien et de mal. Ce que je pré­fère du film c’est les in­ter­ro­ga­tions à sa­voir s’il y a des gens bons et mau­vais. Est-ce plu­tôt un mé­lange, deux ex­trêmes entre les­quels os­cil­lent les gens ? J’es­père que ce film per­met de re­dé­fi­nir ce qu’est un mé­chant et ce qu’est un hé­ros. »

LES CA­RAC­TÉ­RIS­TIQUES DES PER­SON­NAGES

Pour le réa­li­sa­teur et scé­na­riste, Verre est « ul­ti­me­ment, nages mar­gi­naux qui fi­nissent par trou­ver leur place dans le monde. Ilss réa­lisent en­fin qu’ils sont im­por­tants, même si on leur a tou­jours ré­pé­té qu’ils ne l’étaient pas. » Afin de construire les per­son­na­li­tés de ses pro­ta­go­nistes, M. Night Shya­ma­lan a ap­pli­qué une tech­nique qu’il trouve par­ti­cu­liè­re­ment ef­fi­cace. « Dans un monde de fic­tion, je trouve que ce qui fonc­tionne le mieux c’est quand on in­clut des émo­tions qui n’ont rien d’in­ven­té. À mon avis, c’est ain­si que le pu­blic peut res­sen­tir ces émo­tions. »

SA RE­LA­TION AVEC SA­MUEL L. JACK­SON ET BRUCE WILLIS

« Sam et moi sommes res­tés va­gue­ment en contact du­rant toutes ces an­nées. Nous nous sommes re­vus spo­ra­di­que­ment à dif­fé­rents évé­ne­ments, et Sam plai­san­tait tou­jours sur le mo­ment où nous fe­rions une suite à L’in­des­truc­tible. Par contre, Bruce et moi nous sommes par­lés pen­dant 18 ans, nos fa­milles sont d’ailleurs très proches. Bruce a tou­jours été une es­pèce de grand frère pour moi et m’a tou­jours pro­té­gé. C’est lui qui a pris des risques pour moi. De fait, il oc­cupe une place très spé­ciale dans ma vie. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.