VAL-D’OR DANS LES AN­NÉES 30

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - MA­RIE-FRANCE BORNAIS

Après avoir connu un ex­tra­or­di­naire suc­cès avec les sé­ries La pro­messe des Gé­li­nas et Au chant des ma­rées, la ta­len­tueuse France Lor­rain pro­pose une nou­velle sé­rie ins­pi­rée du tra­vail mi­nier en Abi­ti­bi dans les an­nées 1930, avec sa nou­velle sé­rie, À l’ombre de la mine. Se­crets de fa­mille, ma­riages heu­reux et mal­heu­reux, in­jus­tices et luttes ou­vrières sont au me­nu.

À la fin des an­nées 1930, les frères Ma­rek et Kris­toff Ru­den­ko, ar­ri­vés d’Ukraine un quart de siècle plus tôt avec leurs pa­rents, tra­vaillent à la mine de Val d’Or, en Abi­ti­bi. Même s’ils sont ma­riés à des Qué­bé­coises de souche, leur in­té­gra­tion est dif­fi­cile dans le vil­lage de Bour­la­maque.

Même s’ils sont bien dif­fé­rents l’un de l’autre, les deux frères ont une mis­sion com­mune : dé­cou­vrir la vé­ri­té sur l’ar­res­ta­tion de leur père, em­me­né comme bien d’autres au camp de dé­ten­tion pour res­sor­tis­sants étran­gers de Spi­rit Lake et as­sas­si­né dans des cir­cons­tances mys­té­rieuses.

Avec ce nou­veau ro­man, France Lor­rain fait dé­cou­vrir des pans mé­con­nus de l’his­toire qué­bé­coise, comme le dé­ve­lop­pe­ment de l’in­dus­trie mi­nière en Abi­ti­bi, la dé­ten­tion des res­sor­tis­sants étran­gers, les ten­sions so­ciales entre les tra­vailleurs d’ici et d’ailleurs, et la lutte pour de meilleures condi­tions de tra­vail dans le dur mi­lieu des mines.

INS­PI­RÉE PAR DES LIEUX

« Mon ma­ri vient de Val d’Or. Plus ça va, plus les lieux m’ins­pirent. Je suis al­lée dans les Lau­ren­tides où j’avais un cha­let, et Au chant des ma­rées est sur l’île Verte, où ma tante a éle­vé sa fa­mille. L’Abi­ti­bi, c’est su­per loin, mais une fois qu’on a tra­ver­sé le parc [La Vé­ren­drye, NDLR], il y a tout un tré­sor à dé­cou­vrir », com­mente l’au­teure, en en­tre­vue.

« Au dé­part, je vou­lais tra­vailler sur l’Abi­ti­bi. J’avais l’idée de tra­vailler sur le camp de dé­ten­tion de Spi­rit Lake parce que mon ma­ri avait fait beau­coup de re­cherches sur le su­jet, mais comme je ne vou­lais pas al­ler dans la Pre­mière Guerre mon­diale, j’ai dé­ci­dé d’al­ler en 1937. Mais une par­tie de l’his­toire est liée au camp, c’est quelque chose qui m’in­té­res­sait. »

« Dans ce temps-là, il y avait beau­coup de Slaves en Abi­ti­bi, beau­coup de Po­lo­nais, de Russes », note l’au­teure, en pré­ci­sant que les com­pa­gnies mi­nières les fai­saient ve­nir pour tra­vailler sur place.

En fai­sant ses re­cherches, elle a ap­pris que la com­pa­gnie mi­nière avait fait construire le pe­tit vil­lage de Bour­la­maque et que les tra­vailleurs pou­vaient ha­bi­ter dans une mai­son pour 50 $ par an­née.

TRA­VAILLEURS ÉTRAN­GERS

Elle sou­ligne la pré­sence des tra­vailleurs étran­gers et les in­évi­tables unions mul­ti­cul­tu­relles dans son livre. « Je trou­vais im­pres­sion­nant de voir le nombre de gens qui avaient des noms à conso­nance slave. Les di­ri­geants des mines étaient an­glo­phones et quand je re­gar­dais des pho­tos d’époque, tout était en an­glais. Le Bar­ber Shop où mon per­son­nage de Jeanne tra­vaille, c’était écrit en an­glais. »

Elle a eu la chance de lire le jour­nal d’un mi­neur des an­nées 1930. « C’est as­sez fou, le jour­nal. Cette vie dans les mines était dure. C’était sombre, il y avait des ma­la­dies liées à ce tra­vail. Ils fai­saient ve­nir des hommes cos­tauds qui n’avaient pas peur de se sa­lir. Mais j’en parle aus­si dans mon livre : les pre­miers à avoir fait une grève, c’était les tra­vailleurs étran­gers, les “fros”, qui ont dé­ci­dé de se battre pour faire va­loir leurs droits. »

En pa­ral­lèle, elle montre un couple qui ne peut avoir d’en­fants, sou­ligne le cô­té pieux de Jeanne, la­quelle a dé­cou­vert un cô­té très sen­suel d’elle-même avec Kris­toff, mais qui est en même temps très re­li­gieuse. « Elle passe son temps à al­ler se confes­ser », note France Lor­rain.

Le tome 2 de la sé­rie pa­raî­tra au prin­temps.

Elle a écrit plu­sieurs livres pour en­fants avant d’écrire les sé­ries à suc­cès La pro­messe des Gé­li­nas et Au chant des ma­rées.

France Lor­rain est en­sei­gnante et ro­man­cière.

FRANCE LOR­RAIN – À L’OMBRE DE LA MINE, TOME 1 : JEANNE ET KRIS­TOFF

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.