DU UFC DANS SA SOUPE

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS -

Les com­bats ultimes, Vir­gi­nie For­tin en mange. De­puis quelques an­nées, elle ne rate au­cun évé­ne­ment du UFC (Ul­ti­mate Figh­ting Cham­pion­ship) et peut en par­ler pen­dant des heures. Com­ment est ar­ri­vée cette pas­sion ?

« Tout le monde pense qu’il y a un gars dans ma vie qui m’a ini­tiée à ça, mais non! dit-elle. Je ne sais pas d’où ça vient. Ça m’a frap­pée. […] En fait, je crois que c’est lorsque le UFC a ou­vert la di­vi­sion des femmes, en 2013. Quand Ron­da Rou­sey est ar­ri­vée, elle est de­ve­nue la grosse ve­dette. Elle a réus­si à convaincre beau­coup de gens que les femmes sa­vaient se battre. »

Vir­gi­nie For­tin re­grette de ne pas avoir ap­pré­cié ce sport plus tôt, quand elle tra­vaillait au Centre Bell. « J’y étais dans les meilleures an­nées de Georges St-Pierre. Ce sont des an­nées gas­pillées, se­lon moi, car j’étais dans les loges et je pou­vais voir tous les com­bats. J’ai vu Georges ga­gner contre Matt Ser­ra. Mais je n’ai­mais pas ça, à ce mo­ment-là. Ça me fai­sait peur. »

PA­RA­DOXAL

L’hu­mo­riste aime tel­le­ment ce sport qu’elle es­saie sou­vent d’ar­ran­ger son horaire de spec­tacles en fonc­tion des com­bats. « L’an der­nier, quand je fai­sais mes ro­dages au Théâtre Ste-Ca­the­rine, j’ai dé­jà dit au pu­blic que je fe­rais des pho­tos très ra­pi­de­ment après le spec­tacle, car j’avais des amis qui m’at­ten­daient à la mai­son pour un ga­la du UFC… (rires). »

« Je sais que c’est très pa­ra­doxal, parce que j’ai des va­leurs fé­mi­nistes et ce sport-là est en­core très ma­cho, dit-elle. Mais c’est plus fort que moi. J’ad­mire tel­le­ment les ath­lètes. […] Et aus­si sexiste et ho­mo­phobe soit-il, c’est quand même un des rares sports pro­fes­sion­nels où il y a sou­vent des femmes sur les com­bats prin­ci­paux. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.