L’AVO­CAT À LA TROM­PETTE

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - YVES LE­CLERC

Avant de de­ve­nir avo­cat, Brian Lip­son était mu­si­cien et souf­flait dans une trom­pette. Dé­ten­teur d’un bac en com­po­si­tion mu­si­cale et en im­pro­vi­sa­tion de l’Université du Mi­chi­gan, l’homme de droit conti­nue de nour­rir cette pas­sion en­vers la musique, mais d’une tout autre fa­çon. Ori­gi­naire de De­troit, le mu­si­cien avo­cat de 40 ans a par­ti­ci­pé à une ving­taine d’al­bums, dont ceux de Da­ny Pla­card, Ba­sia Bu­lat, Thee Sil­ver Mt. Zion Me­mo­rial Or­ches­tra & Tra-La-La Band, Sam Sha­la­bi et Ma­ta­na Ro­berts.

Avo­cat au sein du cabinet McCar­thy Té­trault, à Québec, de­puis deux ans, Brian Lip­son est spé­cia­li­sé dans les ques­tions de droit des trans­ports et de la lo­gis­tique.

COUP DE FOUDRE

Il avait huit ans lors­qu’il a eu un coup de foudre pour la trom­pette.

« J’ai com­men­cé par le trom­bone et j’ai en­suite chan­gé pour la trom­pette. Parce qu’elle était plus lé­gère et parce que les trom­pet­tistes jouent tou­jours la mé­lo­die », dit-il, en riant.

L’in­té­rêt gran­dit et il pra­tique jus­qu’à six à sept heures par jour du­rant son ado­les­cence.

Ac­cep­té à la Fa­cul­té de musique de l’Université du Mi­chi­gan en 1996, il com­mence, en 1999, à faire de la musique de fa­çon pro­fes­sion­nelle.

Il par­ti­cipe à des ses­sions d’en­re­gis­tre­ment, à des concerts et il monte ses propres pro­jets.

En 2002, ins­tal­lé à Brook­lyn, il a l’oc­ca­sion de par­ti­ci­per à l’en­re­gis­tre­ment d’une oeuvre, qui n’a ja­mais été en­dis­quée, avec le cé­lèbre mul­ti-ins­tru­men­tiste amé­ri­cain An­tho­ny Brax­ton, qu’il consi­dère comme son hé­ros.

MON­TRÉAL

En 2003, il dé­mé­nage à Mon­tréal et il se re­trouve au sein d’une com­mu­nau­té mu­si­cale in­dé­pen­dante en pleine ef­fer­ves­cence.

En al­lant, un jour, cher­cher un mu­si­cien à l’aé­ro­port internatio­nal Pierre-El­liott-Tru­deau, il re­çoit une contra­ven­tion parce qu’il avait dé­pas­sé la vi­tesse per­mise.

« J’ai dé­ci­dé de contes­ter le constat d’in­frac­tion et c’est à ce mo­ment que j’ai eu la pi­qûre pour le droit », dit-il.

Il étu­die­ra le droit à l’Université La­val et il a été as­ser­men­té en 2014.

« L’égo s’est cal­mé et l’as­pect car­rié­riste de mu­si­cien n’est plus là. Je conti­nue à faire de la musique, mais c’est pour le plai­sir et pour vivre des mo­ments et des ren­contres », conclut-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.