L’ÉCRI­TURE : UNE THÉ­RA­PIE POUR TAY­LOR SWIFT

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE -

WENN | Tay­lor Swift est ap­pa­rue au Time 100 Ga­la à New York mar­di der­nier, et elle y a chan­té un med­ley de chan­sons, dont son vieux classique

Love Story, ou en­core des mor­ceaux plus ré­cents comme Shake It Off. S’adres­sant au pu­blic entre les chan­sons, elle a ex­pli­qué qu’il y avait quelque chose de ca­thar­tique dans l’écri­ture et que ce­la l’ai­dait à gé­rer ce qui lui ar­ri­vait, en bien et en mal. « J’ai tou­jours su que c’était le pi­lier de ma santé men­tale. Pour moi, l’écri­ture a tou­jours été une sorte d’ar­mure pro­tec­trice. Ce qui est étrange parce que quand on pense à écrire sur sa vie, c’est gé­né­ra­le­ment vu comme une vul­né­ra­bi­li­té, mais pour moi, c’est ce qui m’aide à com­prendre ma vie. Je m’en sers pour jus­ti­fier ce qu’il m’ar­rive, que ce soit bon ou mau­vais. J’aime rendre hon­neur aux bons mo­ments, et ana­ly­ser les mau­vais mo­ments quand j’écris », a-t-elle ex­pli­qué.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.