J’AI PAS­SÉ CINQ ANS DE MA VIE SUR SCÈNE AU QUÉ­BEC

SHA­WI­NI­GAN - Trai­tez-le de rin­gard ou de has-been tant que vous vou­drez, Alain Mo­ri­sod n’en a cure. Quand il chante avec ses Sweet People, les salles sont pleines. Spé­cia­le­ment au Qué­bec, où il est ac­cueilli à bras ou­verts de­puis main­te­nant qua­rante ans.

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - CÉ­DRIC BÉ­LAN­GER Le Jour­nal de Qué­bec ce­dric.be­lan­ger @que­be­cor­me­dia.com

« Dans votre pays, j’ai fait 1800 spec­tacles. Ça veut dire que j’ai pas­sé cinq ans de ma vie ici sur scène, au Qué­bec », fait re­mar­quer le chan­teur suisse, que

Le Jour­nal a ren­con­tré le mois der­nier, quand il ré­pé­tait à Sha­wi­ni­gan le spec­tacle qu’il a pré­sen­té de­puis le dé­but d’avril par­tout en pro­vince.

On l’ou­blie par­fois, tel­le­ment ça fait long­temps qu’il fait par­tie du pay­sage mu­si­cal, mais rares sont les ar­tistes eu­ro­péens qui ont ob­te­nu au­tant de suc­cès que lui chez nous. Alain Mo­ri­sod le re­con­naît lui-même, sans fausse hu­mi­li­té.

« Nous sommes un phé­no­mène. Nous nous sommes trou­vé un pu­blic et ce pu­blic ne nous a ja­mais lâ­chés mal­gré les chan­ge­ments de goûts et les ra­dios qui ont un conte­nu beau­coup plus ci­blé au­jourd’hui. »

Alain Mo­ri­sod ne peut s’em­pê­cher de si­gna­ler qu’il de­meure un fa­vo­ri du pu­blic, même si on ne le voit pra­ti­que­ment plus à la té­lé.

« À l’époque, rap­pelle-t-il, toutes les portes étaient ou­vertes dans les mé­dias. Je dé­bar­quais à l’aé­ro­port et j’al­lais di­rec­te­ment à l’émis­sion de Mi­chel Lou­vain, puis c’était Ad Lib et toutes les autres. Au­jourd’hui, c’est plus dif­fi­cile parce qu’on est des ar­tistes has-been ou d’une autre époque », dit-il en lan­çant une flèche à ceux qui le re­gardent de haut.

« On s’aper­çoit que ceux qui nous donnent des le­çons main­te­nant ne vendent rien. Ils font des spec­tacles com­man­di­tés dans des salles de 120 places. Moi, de ma vie, je n’ai ja­mais fait ça. »

LES FAUX ADIEUX

S’il dé­crie l’état des lieux dans le mi­lieu de la mu­sique, Mo­ri­sod ne manque quand même pas d’hu­mour ni d’au­to­dé­ri­sion, prin­ci­pa­le­ment quand on lui re­met sur le nez que la der­nière tour­née de Sweet People au pays, en 2017, en était une d’adieu. Deux ans plus tard, les re­voi­là. « J’ai re­trou­vé une af­fiche d’un show sur la­quelle était ins­crit “Pour la der­nière fois”. C’était en 1976. Je vous jure. Je ne sais pas pour­quoi j’avais mar­qué ça… », dit-il en riant de bon coeur.

« Les tour­nées d’adieu, c’est un peu l’apa­nage des vieilles gloires. Les Com­pa­gnons de la chan­son, en France, ont fait une tour­née d’adieu pen­dant douze ans. Tout le monde fait ses adieux et per­sonne n’y croit. »

UN SUC­CÈS IN­AT­TEN­DU

Mais re­ve­nons à ses pre­miers suc­cès au Qué­bec. C’est à son grand éton­ne­ment, se re­mé­more-t-il, qu’Alain Mo­ri­sod a tou­ché le coeur des Qué­bé­cois, du­rant les an­nées 1970, avec un titre qui avait été en­foui dans la face B d’un 45 tours, Le lac de Côme.

« Un pro­duc­teur qué­bé­cois, Ger­ry Pla­mon­don, m’a contac­té un jour pour me dire que cette mé­lo­die pour­rait mar­cher chez nous. Je n’en re­ve­nais pas parce que la face A de ce disque n’avait même pas mar­ché en France. »

Se fiant au pif de ce pro­duc­teur d’outre-mer, Alain Mo­ri­sod a dit oui. Il n’a ja­mais re­gret­té.

« Un mois après lui avoir don­né les bandes, il m’a ap­pe­lé. Il me dit : “Écou­tez, c’est la folie, toutes les sta­tions tournent ça, il faut ab­so­lu­ment faire un al­bum, on est disque d’or”. J’ai vi­dé tous mes ti­roirs de ce que j’avais pour faire un al­bum. À la fin de la tour­née, nous étions disque de pla­tine en 45 et 33 tours. Dire que c’était par­ti presque sur un mal­en­ten­du. »

Le reste, comme ils disent, is his­to­ry.

La tour­née qué­bé­coise d’Alain Mo­ri­sod et Sweet People se pour­suit jus­qu’au 14 mai. Le groupe se­ra no­tam­ment au Zé­nith de Saint-Eus­tache, le 7 mai, de même qu’à la salle Al­bert-Rous­seau de Qué­bec pour deux re­pré­sen­ta­tions, les 12 et 13 mai. Pour toutes les dates à ve­nir : mo­ri­sod.org.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.