DANS LA COUR DES GRANDS

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - RA­PHAEL GEN­DRON-MAR­TIN

Le nom de Lu­do­vic Alarie n’est peut-être pas en­core très connu du grand pu­blic. Mais à 26 ans seule­ment, l’au­teur-com­po­si­teur qué­bé­cois lance un troi­sième al­bum so­lo qui a no­tam­ment bé­né­fi­cié du tra­vail de War­ren Spi­cer (Plants and Ani­mals), Si­mone Pace (Blonde Red­head), Adèle Trot­tier-Ri­vard (Louis-Jean Cormier) et Mi­sh­ka Stein (Pa­trick Wat­son). Le Jour­nal s’est en­tre­te­nu avec lui.

Com­ment est ar­ri­vée la col­la­bo­ra­tion avec Si­mone Pace?

« C’est un ami d’ami d’ami (rires). Je lui ai en­voyé mon der­nier al­bum et je lui ai de­man­dé si ça lui ten­tait d’en­re­gis­trer le pro­chain. Il a dit oui. Ça s’est fait aus­si fa­ci­le­ment que ça. Il ha­bite à New York et on a communiqué par cour­riel au dé­but. Quand il est ve­nu en stu­dio, c’était la pre­mière fois qu’on se ren­con­trait. C’était as­sez spécial de se ren­con­trer et de jouer cinq mi­nutes après en­semble, et d’en­re­gis­trer ça. C’est cool parce qu’on a pu cap­ter sur l’al­bum ce pre­mier échange-là. »

Que vou­lais-tu qui se dé­gage de ce troi­sième al­bum?

« Je vou­lais m’éloi­gner un peu du son folk de mon der­nier disque. Ç’a bien tom­bé puisque War­ren [Spi­cer, le réa­li­sa­teur] a com­men­cé à tra­vailler avec des drum

ma­chines et des syn­thé­ti­seurs. On a dé­ci­dé de s’éloi­gner de la gui­tare acous­tique. Ça s’est fait très na­tu­rel­le­ment. »

Pour­quoi avoir choi­si le titre we’re a dream no­bo­by wrote down pour l’al­bum?

« C’est le titre de la pre­mière pièce. Les pa­roles pour l’al­bum ont vrai­ment été faites après que les pièces ont été com­po­sées. Les pa­roles se sont adap­tées à la musique. Ce que la musique m’évo­quait, c’est vrai­ment quelque chose de nostalgiqu­e. C’est là que m’est ve­nu le titre. C’est une espèce de sou­ve­nir qu’on a de la dif­fi­cul­té à se rap­pe­ler, mais qu’on veut re­trou­ver. »

Ce disque est dé­jà ton troi­sième al­bum so­lo à seule­ment 26 ans. Peut-on dire que tu es un vé­té­ran du mi­lieu?

« Je ne sais pas, je suis quand même en­core jeune (rires)! Ce que j’aime le plus, c’est de faire des al­bums. Je ne fais gé­né­ra­le­ment pas beau­coup de spec­tacles. J’aime plus être dans la créa­tion. C’est pour ça que je suis dé­jà ren­du à mon troi­sième al­bum. »

Ton al­bum sor­ti­ra sur ta propre éti­quette de disques, chou­chou re­cords, mais aus­si sur celle de Blonde Red­head, Asa Wa Ku­ru, aux ÉtatsU­nis. Qu’est-il pré­vu pour toi au sud de la fron­tière?

« Je vais al­ler faire quatre pre­mières par­ties avec eux en juin, aux ÉtatsU­nis. Ce se­ra la pre­mière fois que j’irai jouer là-bas. Ce se­ra donc un nou­veau pu­blic, de nou­velles salles. Ce se­ra su­per in­té­res­sant. Je vais faire le même spec­tacle qu’ici, avec des chan­sons an­glo­phones et fran­co­phones. Le pu­blic est as­sez ré­cep­tif là-bas, même si tu chantes en fran­çais. »

Y a-t-il des pro­jets pour la France?

« Pas pour l’ins­tant. J’y étais dé­jà al­lé avec mon groupe The Loo­dies, en 2012 ou 2013. On avait fait une tren­taine de dates là-bas en Al­le­magne et en Suisse. Mais de­puis, je ne suis pas sor­ti du Ca­na­da. [...]

Pour­quoi as-tu vou­lu lan­cer ta propre éti­quette?

« Avec Ta­sia Ba­chir, on a fon­dé chou­chou re­cords en sep­tembre der­nier pour faire de la pro­mo­tion de fa­çon ar­tis­tique. On veut es­sayer de dé­ve­lop­per une iden­ti­té forte, qui en­toure la musique. Au lieu de sim­ple­ment sor­tir un disque com­pact, il y a un “zine-al­bum” qui est of­fert avec un li­vret de 36 pages. »

LU­DO­VIC ALARIE À seule­ment 26 ans, Lu­do­vic Alarie sort son troi­sième al­bum so­lo.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.