POR­TRAIT D’UNE SO­CIÉ­TÉ EN CHAN­GE­MENT

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - MA­RIE-FRANCE BORNAIS Le Jour­nal de Québec

Drôle, émou­vante, mor­dante, la ro­man­cière Ma­rie Gray s’est ins­pi­rée de scènes de la vie quo­ti­dienne pour écrire son nou­veau ro­man, Sois belle et tais-toi. À tra­vers l’his­toire de My­lène, une femme qui voit sa vie de couple écla­ter et qui doit se te­nir de­bout, elle rend hom­mage à ceux et celles qui rêvent de re­la­tions saines et res­pec­tueuses entre les hommes et les femmes.

En ap­pa­rence, My­lène a tout pour être heu­reuse. Son ma­ri Sté­phane est un bel homme, un ma­ri at­ten­tion­né en dé­pit de quelques at­ti­tudes dou­teuses.

Elle choi­sit d’igno­rer les si­gnaux d’alarme qui in­diquent que quelque chose ne va pas, même lorsque ses co­pines, Josée et Cyn­thia, s’in­quiètent.

Puis la réa­li­té lui saute aux yeux et son pe­tit monde vole en éclats.

« Sois-belle et tais-toi, c’est large », dit Ma­rie Gray, qui n’en peut plus d’en­tendre l’ex­pres­sion « un gars, c’t’un gars ».

« Je parle au­tant de la men­ta­li­té que les femmes ont su­bie, sou­vent en se fai­sant dire : en­dure et ferme ta gueule, que de notre fa­çon à nous de nous taire sur des af­faires qu’on n’aime pas, dont on est té­moin... et dont on ne dit rien. Je connais plein de femmes dont le conjoint fait des jokes de mo­noncle sur les ado­les­centes. Ja­mais elles ne le re­prennent. Le fils en­tend ça et re­pro­duit ça. »

« Le mou­ve­ment #MeToo a chan­gé cer­taines choses, mis en lu­mière des si­tua­tions qui n’étaient pas évi­dentes pour beau­coup de monde, mais il y a en­core de gros bé­mols. La dif­fé­rence entre le har­cè­le­ment et la sé­duc­tion, ce n’est pas en­core clair. C’est pas fa­cile pour un gars, de ce temps-ci, qui veut crui­ser une fille ! » note l’au­teure, qui est une fine ob­ser­va­trice de la so­cié­té d’au­jourd’hui.

EX­PÉ­RIENCE

Une scène du ro­man, qui se dé­roule dans un res­tau­rant, est trans­po­sée d’un cas que l’écri­vaine a elle-même vé­cu.

« Ça m’est ar­ri­vé de m’être fait pin­cer une fesse, à 17 ans, pen­dant que je tra­vaillais. Les gros co­lons d’hommes d’af­faires en va­cances de leur femme pen­dant une fin de se­maine se croyaient tout per­mis. Ma pa­tronne n’a pas ré­agi. Elle m’a dit : ça n’a ja­mais tué per­sonne... le client a tou­jours rai­son. »

Ma­rie Gray est heu­reuse de voir que les men­ta­li­tés ont chan­gé de­puis cet évé­ne­ment qui s’est pro­duit il y a 35 ans... mais ne vou­drait pas que le mou­ve­ment #MeToo s’es­souffle.

LE FÉMINISME

Ce­la dit, elle rap­pelle qu’elle a écrit un ro­man avant tout, et non un es­sai féministe.

« Pour moi, c’était im­por­tant aus­si de mon­trer des fa­cettes dif­fé­rentes du féminisme. C’est un mot qui fait peur. Josée, dans le ro­man, est très engagée, très ra­di­cale, mais toutes les fé­mi­nistes ne sont pas comme elle. »

My­lène aus­si, à sa fa­çon, est féministe, com­mente-t-elle. « Ça lui prend du temps pour se ré­veiller... mais il y a une évo­lu­tion dans sa com­pré­hen­sion de ce qui se passe. Ça n’em­pêche pas qu’elle aime le sexe, elle aime la sé­duc­tion, que ça fait par­tie de sa vie et qu’elle trouve ça im­por­tant. »

« Sou­vent, on s’ima­gine que les fé­mi­nistes sont des es­pèces d’en­ra­gées, pas fé­mi­nines pan­toute... C’est une per­cep­tion qui n’est pas juste. Cette vision du féminisme per­dure, mais il est temps que ça change. »

Ma­rie vou­lait d’abord ra­con­ter une bonne his­toire sans tom­ber dans le cli­ché du male ba­shing et écrire un ro­man réa­liste, où il est fa­cile de trou­ver ses re­pères parce qu’on a le sen­ti­ment d’en­tendre par­ler du « vrai monde ».

« Le por­trait des re­la­tions hom­mes­femmes, en 2019, me fas­cine. Je vou­lais mon­trer que les choses ne sont pas tou­jours telles qu’elles semblent. »

Ma­rie Gray a écrit les fa­meuses

His­toires à faire rou­gir, qui se sont écou­lées à plus d’un million d’exem­plaires.

Elle a aus­si écrit la sé­rie Bai­ser, ven­due à plus de 30 000 exem­plaires, et plu­sieurs ro­mans pour ados.

MA­RIE GRAY

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.