Une lourde perte pour Las Ve­gas

Las Ve­gas va s’en­nuyer de Cé­line Dion. Bien que de­puis quelques an­nées, les grosses poin­tures y convergent à vi­tesse grand V, la ci­té du vice ap­pré­hende la perte de celle qu’elle consi­dère comme sa reine de­puis main­te­nant 16 ans.

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS -

Le dé­part de l’étoile de Char­le­magne heur­te­ra la Strip – d’abord et avant tout – d’un point de vue éco­no­mique. Un seul coup d’oeil aux sta­tis­tiques des deux spec­tacles en ré­si­dence qu’elle a of­ferts au Co­los­seum du Cae­sars Pa­lace ( A New Day de 2003 à 2007, et Celine de 2011 à 2019) suf­fit pour com­prendre com­bien son ab­sence se fe­ra res­sen­tir aux gui­chets.

Se­lon les chiffres four­nis par Bill­board et AEG Live, le pro­mo­teur des concerts de Cé­line Dion, quand cette der­nière sor­ti­ra de scène sa­me­di pro­chain, ses 1141 re­pré­sen­ta­tions au­ront at­ti­ré plus de 4 500 000 per­sonnes et amas­sé des re­cettes de 875 mil­lions $ CAN.

Pas mal pour un pa­ri que tout le monde qua­li­fiait de fou quand la construc­tion du Co­los­seum (au coût de 145 mil­lions $) a dé­bu­té en 2001, sous l’élan de Re­né An­gé­lil.

Se­lon la Chambre de com­merce de Las Ve­gas, Cé­line Dion se dis­tingue des autres têtes d’affiche en rai­son du nombre de tou­ristes étran­gers qu’elle en­traîne aux États-Unis.

« Cé­line est l’une des plus grandes stars – sinon la plus grande star – au monde, in­dique Ca­ra Clarke, vice-pré­si­dente aux com­mu­ni­ca­tions de l’or­ga­ni­sa­tion. C’est une icône in­ter­na­tio­nale qui at­tire des gens de par­tout. Quand on as­siste au spec­tacle de Cé­line, c’est une ex­pé­rience in­croyable, parce qu’on en­tend toutes sortes de langues. Elle est l’une des rares ar­tistes qui trans­cendent la na­tio­na­li­té. C’est très, très spé­cial pour Las Ve­gas. »

UN NOU­VEAU MO­DÈLE

La ville de Las Ve­gas sa­vait qu’elle s’ap­prê­tait à perdre une am­bas­sa­drice hors pair quand Cé­line Dion a an­non­cé, en sep­tembre der­nier, qu’elle bou­cle­rait sa ré­si­dence en juin 2019.

La chose a beau avoir été ré­pé­tée à maintes re­prises au cours des 10 der­nières an­nées, elle mérite quand même d’être sou­li­gnée de nou­veau : la di­va qué­bé­coise a chan­gé le vi­sage de Las Ve­gas en s’y ins­tal­lant en 2003 alors qu’elle do­mi­nait les pal­ma­rès pop.

« Cé­line a révolution­né notre in­dus­trie du di­ver­tis­se­ment, af­firme John Nel­son, pre­mier vice-pré­sident de AEG Live Las Ve­gas en en­tre­vue au Jour

nal. Avant elle, Las Ve­gas était per­çu comme un en­droit où les ar­tistes en fin de car­rière al­laient choir. À elle seule, elle a chan­gé le mo­dèle. Elle a tra­cé la voie à tel­le­ment d’ar­tistes… »

PER­SONNE COMME ELLE

L’in­fluence de Cé­line Dion s’est fait sen­tir dès 2004, quand El­ton John a sui­vi ses pas en pro­po­sant son Red Pia­no au Co­los­seum quand elle pre­nait une pause. Ont sui­vi Cher, Bette Mid­ler, Rod Ste­wart, Sha­nia Twain et Ma­riah Ca­rey. Voyant com­bien cette for­mule sou­riait au Cae­sars Pa­lace, d’autres grands éta­blis­se­ments ont re­pro­duit le mo­dèle, re­cru­tant des fi­gures comme Brit­ney Spears, Jen­ni­fer Lo­pez et plus ré­cem­ment La­dy Ga­ga.

« Elles sont de fan­tas­tiques at­traits pour Las Ve­gas, mais elles ne sont pas comme Cé­line, es­time John Nel­son. Au­cune d’entre elles ne s’en­gage comme Cé­line. Au dé­part, elle don­nait 200 re­pré­sen­ta­tions par an­née! Per­sonne ne fait ça au­jourd’hui. C’est 60 concerts tout au plus. »

« Si Las Ve­gas est de­ve­nue une des­ti­na­tion de choix chez les ar­tistes, c’est grâce à Cé­line, ajoute Ca­ra Clarke. Elle a créé cette dy­na­mique. Ça té­moigne du suc­cès qu’elle ob­tient. Les ve­dettes les plus hot de l’heure pré­sentent des spec­tacles en ré­si­dence main­te­nant. Il

pa­raît que même Ka­ty Per­ry consi­dère ses op­tions… »

COMME LE GRAND CA­NYON

Pour Norm Clarke, chro­ni­queur der­rière la co­lonne Ve­gas Con­fi­den­tial du

Las Ve­gas Re­view-Jour­nal de 1999 à 2016, Cé­line Dion lais­se­ra « un vide com­pa­rable au Grand Ca­nyon » quand elle fer­me­ra les livres et fe­ra ses va­lises. Le jour­na­liste se rap­pelle avec tris­tesse l’état dans le­quel sa ville se trou­vait avant son ar­ri­vée en 2003.

« Les at­ten­tats du 11 sep­tembre 2001 avaient beau­coup heur­té Las Ve­gas. L’éco­no­mie avait été du­re­ment frap­pée. Les gens s’in­quié­taient. Cé­line n’au­rait pas pu ar­ri­ver à un meilleur mo­ment. »

« Elle a re­le­vé la ville du­rant la ré­ces­sion, pour­suit M. Clarke. Elle a at­ti­ré les foules comme per­sonne d’autre de­puis El­vis et Frank Si­na­tra. Sa po­pu­la­ri­té dé­passe lar­ge­ment les fron­tières des États-Unis. »

MARC-AN­DRÉ LEMIEUX Le Jour­nal de Mon­tréal marc-andre.lemieux @que­be­cor­me­dia.com

Billy Idol

Ch­ris­ti­na Agui­le­ra

Backs­treet Boys PHO­TOS D’AR­CHIVES AFP ET WENN

Ja­net Jack­son

La­dy Ga­ga

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.