Connais­sez-vous vos clas­siques ?

La pe­tite his­toire de 10 chan­sons de Noël

Le Journal de Quebec - - SPECTACLES - SAN­DRA GO­DIN

Saviez-vous que la chan­son Mon beau sa­pin est al­le­mande et a dé­jà ser­vi aux na­zis et que Sainte Nuit a été écrite en 1816, en Au­triche? Les grands clas­siques de Noël sont tel­le­ment an­crés pro­fon­dé­ment dans la tra­di­tion de Noël qu’on porte peu at­ten­tion à leur his­toire. Voi­ci donc l’ori­gine — sur­pre­nante — de 10 grands clas­siques du temps des Fêtes qui ont été re­pris par des cen­taines d’ar­tistes à tra­vers le monde.

Mon beau sa­pin

La ver­sion connue la plus an­cienne des pa­roles de Mon beau sa­pin date de 1550. À par­tir du texte, l’or­ga­niste et pro­fes­seur al­le­mand Ernst An­schütz a créé la cé­lèbre ver­sion qu’on connaît en 1824, ayant pour titre O’ Tan­nen­baum. Le Troi­sième Reich, État na­zi di­ri­gé par Adolf Hit­ler, s’est ap­pro­prié la chan­son en 1933, car elle ne com­por­tait au­cun as­pect ch­ré­tien.

Petit Pa­pa Noël

In­ter­pré­tée pour la pre­mière fois en 1946 par le chan­teur fran­çais Ti­no Rossi dans le film Des­tins, Petit Pa­pa Noël dé­tient le re­cord de tous les temps de la chan­son la plus ven­due en France à ce jour: soit près de six mil­lions d’exem­plaires, to­ta­li­sant plus de 40 mil­lions dans le monde. Elle a été écrite par Ray­mond Vin­cy en 1944. Il dé­cri­vait la prière d’un fils qui de­man­dait au père Noël que son père, pri­son­nier en Al­le­magne, re­vienne pour Noël. L’au­teur l’a ré­écrite en ef­fa­çant les al­lu­sions à la guerre pour le film.

Vive le vent !

La ver­sion fran­çaise de Jingle Bells (1857) a vu le jour en 1948 et est une des chan­sons du temps des Fêtes les plus connues dans le monde. Da­li­da et Mi­reille Ma­thieu ont en­re­gis­tré les deux ver­sions fran­co­phones les plus cé­lèbres. Quant à Jingle Bells, son au­teur est James Lord Pier­pont, un pa­ro­lier de 27 ans ori­gi­naire de Bos­ton, très connu à l’époque.

Mi­nuit, chré­tiens

Ce cé­lèbre can­tique a d’abord été écrit en fran­çais aux alen­tours de 1843, mais les cir­cons­tances de sa créa­tion res­tent né­bu­leuses. L’his­toire ra­conte qu’une prin­cesse ita­lienne au­rait de­man­dé que l’on com­pose une mu­sique sur les pa­roles. Elle a été tra­duite en an­glais en 1855 ( O’ Ho­ly Night).

Joyeux Noël

Nat King Cole a été le pre­mier à l’en­re­gis­trer en 1949 et, après qu’elle eut été en­re­gis­trée en quatre ver­sions, c’est celle pu­bliée en 1989 qui fe­ra ex­plo­ser la po­pu­la­ri­té de la chan­son et qui res­te­ra. À l’ori­gine, The Ch­rist­mas Song a été écrite par un duo, en plein été 1944, en Ca­li­for­nie, en à peine 40 mi­nutes.

Le petit renne au nez rouge

Ins­pi­ré par un livre écrit en 1939, Ru­dolph, the Red-No­sed Rein­deer, le chan­teur coun­try Gene Au­try, qu’on sur­nom­mait «le cow-boy chan­tant», en a fait un nu­mé­ro un dans les pal­ma­rès amé­ri­cains en 1950. Jusque dans les an­nées 80, cette chan­son se clas­sait au deuxième rang des disques les plus ven­dus aux États-Unis.

Noël blanc

En 1941, Bing Cros­by en­re­gis­trait la chan­son la plus ven­due de tous les temps, se­lon Le livre Guin­ness des re­cords: 50 mil­lions d’exem­plaires de White Ch­rist­mas ont été ven­dus dans le monde. Com­po­sée en 1940 par l’Amé­ri­cain Ir­ving Ber­lin, elle a re­çu l’Os­car de la meilleure chan­son ori­gi­nale pour le film Ho­li­day Inn.

Sainte Nuit

C’est dans une église au­tri­chienne que Sainte Nuit a été in­ter­pré­tée pour la pre­mière fois en 1818, après que le prêtre ca­tho­lique de la pa­roisse, Joseph Mohr, en eut écrit les pa­roles deux ans plus tôt. Il exis­te­rait 300 ver­sions de cette chan­son dans le monde, en dif­fé­rentes langues et dia­lectes.

Au royaume du bon­homme Hiver

Winter Won­der­land a été tra­duite en fran­çais par le Qué­bé­cois Lu­cien Brien, qui a entre autres écrit pour Gi­nette Re­no et Les Clas­sels. Elle a été com­po­sée par le pia­niste Fé­lix Ber­nard. La ver­sion ori­gi­nale de 1934 est de Ri­chard Smith, un homme qui avait la tu­ber­cu­lose et qui s’est ins­pi­ré des en­fants qu’il re­gar­dait jouer de­hors, de­puis sa chambre.

Père Noël ar­rive ce soir

Ce clas­sique est une ver­sion fran­çaise de San­ta Claus Is Co­ming to Town, chan­tée pour la pre­mière fois dans une émis­sion de ra­dio amé­ri­caine en no­vembre 1934. Le suc­cès fut ins­tan­ta­né: le len­de­main, il s’est ven­du 100 000 exem­plaires de la chan­son et 400 000 tout juste avant Noël.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.