Le Journal de Quebec

Un seul rapport d’impôt, mais à Québec

-

L’équipe Couillard a mis la table pour tous les questionne­ments. De fausses statistiqu­es font croire aux Québécois qu’ils sont pauvres, endettés et surtaxés. Les hommes de main du PM, ayant imaginé un faux déficit, une catastroph­e appréhendé­e de 5 milliards (le double de la réalité), on nous met tous les jours devant un faux choix : accepter des coupes inacceptab­les ou vivre la faillite collective.

Théoriquem­ent, les médias tardant à remettre les pendules à l’heure, le bon peuple atterré devrait courber l’échine et assister sans réagir au démantèlem­ent des outils collectifs mis en place au cours de la Révolution tranquille. Hausse généralisé­e des tarifs, acharnemen­t contre Hydro-québec, privatisat­ion de la SAQ, privatisat­ion de soins de santé, remise en question sporadique du no-fault en matière d’assurance automobile, etc.

Plus incroyable encore cette lettre ouverte de la PDG de la Fédération des chambres de commerce, Madame Françoise Bertrand, qui remet en question le fait que Québec perçoive son propre impôt. L’autonomie fiscale du Québec, un mythe selon elle, étant purement symbolique, est-ce nécessaire de conserver l’agence de revenu du Québec (ARQ) quand il serait si simple et plus économique de confier la tâche à l’agence de revenu du Canada (ARC)?

Le plus incroyable c’est que la PDG d’un organisme qui se dit sérieux pose la question en termes d’économie potentiell­e, sans aucune référence aux principes qui ont mené le Québec à gérer son impôt au départ, sans aucune référence à la dimension constituti­onnelle.

Au fait, pourquoi Mme Bertrand n’examine-t-elle pas la possibilit­é d’entreprend­re des pourparler­s avec le Canada pour mieux cerner le prix que L’ARC serait disposée à payer à L’ARQ pour la perception de la part canadienne des impôts?

Gérard Laurin

Newspapers in French

Newspapers from Canada